Dossier spécial Allons voir les festivals japonais !
A fond les chars ! Le festival Hakata Gion Yamakasa
[12.09.2012] Autres langues : ESPAÑOL |

La fête Hakata Gion Yamakasa peut s’enorgueillir de quelque 770 années d’histoire. Les hommes en shimekomi (pagne japonais), un char portatif sur les épaules, foncent à travers la ville décorée de chars stationnaires richement parés. Grâce à l’enthousiasme des participants, l’été est encore plus chaud à Hakata.

Le festival Yamakasa, indissociable de l’été à Hakata

Le festival Hakata Gion Yamakasa, qui existe depuis plus de 770 ans, a pour origine un rite shinto destiné à lutter contre les épidémies, organisé au sanctuaire Kushida dans l’arrondissement de Hakata à Fukuoka, dans la préfecture du même nom. Ce festival, durant lequel les hommes en shimekomi (sorte de pagne distinct du fundoshi qui est un sous-vêtement masculin) parcourent la ville à toute allure, se déroule sur deux semaines chaque année en juillet ; elle attire trois millions de visiteurs.

Le sanctuaire Kushida le jour du festival

Un char portatif en route vers le sanctuaire Kushida

Les yamakasa, ces énormes chars ornementaux typiques des festivals du nord de Kyûshû, sont de deux types : les hiki-yamakasa équipés de roues et les kaki-yamakasa qu’on porte sur les épaules. A Kyûshû, on les appelle aussi tout simplement les « yama ». Jusqu’à il y a 130 ans, le festival Hakata Gion Yamakasa se distinguait par une parade de chars de 15 à 16 mètres de haut, tirés dans tout le quartier. Mais à l’ère Meiji, avec l’installation du réseau électrique aérien, il devient impossible de faire circuler ces chars très hauts dans les rues. C’est alors qu’apparaissent les kaki-yamakasa, qui sont portés ; les anciens chars, richement décorés, deviennent stationnaires et prennent le nom de kazari-yamakasa.

Les chars portatifs du festival Hakata Gion Yamakasa pèsent une tonne. Ils sont portés par trente hommes à peine, suivis d’une masse compacte de participants qui courent derrière eux. Lors du « oi-yama », le dernier jour du festival, sept chars s’élancent les uns après les autres hors de l’enceinte du sanctuaire Kushida pour sillonner le quartier de Hakata au petit matin.

Un char portatif du festival Hakata Gion Yamakasa

Les chars ornementaux kazari-yamakasa constituent l’un des attraits du festival Hakata Gion Yamakasa. Avec 12 mètres de haut, ce sont de véritables tableaux en relief, décorés de magnifiques poupées confectionnées par des artisans de Hakata. Côté face, des guerriers sont représentés, tandis que côté pile, il s’agit souvent de personnages de contes ou de dessins animés, qui relatent les uns comme les autres des histoires variées ; tous sont de véritables œuvres d’art, un concentré de techniques artisanales et de sensibilité artistique jusque dans les moindres détails. Durant les deux semaines du festival, 14 chars ornementaux égaient le quartier de Hakata.

Un char ornemental du festival Hakata Gion Yamakasa

Les hommes qui participent au festival Yamakasa sont surnommés les « yama-nobose » (dingues de char). Durant cette période, jeunes et moins jeunes délaissent travail et famille et consacrent tout leur temps, leur argent et leurs forces à leur passion. Le festival Hakata Gion Yamakasa est souvent considéré comme un « festival masculin », mais c’est grâce au soutien discret des femmes qu’elle perdure. Tout le monde est impliqué dans cet événement. Cet engagement par-delà les générations et le sexe est le garant de la survie de cette tradition.

Hakata Gion Yamakasa

Lieu : arrondissement de Hakata, ville de Fukuoka, préfecture de Fukuoka

Dates : du 1er au 15 juillet

Site internet : Association de promotion du festival Hakata Gion Yamakasa (sanctuaire Kushida), en japonais
http://www.hakatayamakasa.com/index.php

 

Reportage : Kurasako Yuriko
Photos : Kusano Seiichirô

 

Galerie photos : déroulement du rite shinto « oi-yama »

Le « oi-yama », point d’orgue du festival Hakata Gion Yamakasa, se déroule à l’aube du 15 juillet, dans une atmosphère pénétrante. Les hommes en shimekomi, avec sur les épaules un char d’une tonne décoré de majestueuses poupées à l’effigie des grands guerriers de l’époque Sengoku, quittent le sanctuaire Kushida (Kamikawabata-machi, arrondissement de Hakata) à 4 h 59. Les sept chars parcourent à vive allure un circuit d’environ cinq kilomètres, en rivalisant pour effectuer le meilleur temps.

  • [12.09.2012]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Une fête pour faire tomber la pluie : Suneori AmagoiUn festival traditionnel sans équivalent, en forme de rite pour faire venir la pluie, intitulé Suneori Amagoi, se déroule à Tsurugashima dans la préfecture de Saitama. Un énorme dragon est fabriqué à cet effet par les résidents locaux, puis porté en procession. Ce rite de la pluie a lieu une fois tous les quatre ans, les années des Jeux olympiques d’été ! Ce festival est répertorié comme bien culturel folklorique national.
  • Un somptueux festival d’été : le Festival de Samba d’AsakusaDes débuts modestes en 1981 n’ont pas empêché le Festival de Samba d’Asakusa de devenir au fil des ans l’un des plus importants festivals d’été de toute l’Asie, attirant chaque année quelques 500 000 spectateurs. Avec 4000 participants regroupés en 18 équipes, le concours est acharné.
  • L’histoire étonnante du festival de la neige de SapporoDans l’île septentrionale d’Hokkaidô, le festival de la neige de Sapporo (Sapporo yuki matsuri) est l’un des événements les plus importants de l’hiver. Chaque année, elle attire des foules de visiteurs venus du monde entier. Pourtant, lors de sa première édition, en 1950, elle ne comportait en tout et pour tout que six petites sculptures de neige élaborées par des lycéens de la ville.
  • Savez-vous danser l’Awa odori ?L’Awa odori est certainement l’un des plus célèbres des danses traditionnelles japonaises. C’est également un festival annuel qui attire énormément de monde pendant l’été dans sa région d’origine, Tokushima, dans l’île de Shikoku. Venez avec nous faire connaissance avec cette tradition riche de 400 ans d’histoire !
  • Gion matsuri et l’hospitalité légendaire des KyotoïtesDu premier au dernier jour de juillet, la ville millénaire de Kyoto se pare aux couleurs de « Gion Matsuri », le festival de Gion. Ce sont évidemment les temps forts du « yoiyama », du 14 au 16, et la procession des « yama-hoko » le 17 qui attirent le plus de monde. L’esprit de l’hospitalité des citoyens de Kyoto, qui allaient jusqu’à importer des objets précieux de l’étranger pour décorer leurs chars, a toujours soutenu ce festival traditionnel, le plus important de tous les matsuri d’été du Japon.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone