Dossier spécial Promenons-nous à Asakusa
L’art de porter le « chic d’Edo » à Asakusa
Hantenya, spécialiste de vêtements et accessoires pour le matsuri
[13.05.2014] Autres langues : ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le hanten est un manteau court que l’on porte pour participer à un matsuri (fête votive). Et se sentir beau dans un hanten teint à la main dans les règles de l’art par un artisan de valeur, est une chose qui rend un « enfant d’Edo », un Edokko, particulièrement fier de lui.

M. Kojima Akihiro, qui est né et a grandi au sein d’une famille de commerçants en kimono vieille de plus de cent ans à Asakusa, a ouvert la première boutique consacrée uniquement aux hanten et autres articles à porter les jours de fête votive, pour ses amis qui aiment tant les matsuri.

Le patron de Hantenya, M. Kojima Akihiro

« Asakusa n’est pas Asakusa s’il n’y a pas les matsuri. L’amitié et les relations tiennent aux liens étroits qui se nouent pendant les fêtes de quartier, le Sanja Matsuri étant la première d’entre elles. C’est ce lien qui rend si forte la communauté du quartier. Et si j’ai ouvert ce commerce, c’est parce que j’ai envie que les fêtes soient bonnes. »

La plupart des vêtements que vend M. Kojima sont des modèles originaux, élaborés chacun par un maître artisan avec un soin maniaque. Les teintures sont faites par des artisans qualifiés selon la technique traditionnelle du chûsen, les effets de flous et les plus subtiles nuances sont parfaitement maîtrisées.

À l’époque d’Edo, le hanten était aussi le vêtement molletonné d’hiver des classes populaires. À partir de 2 500 yens (à partir de 20 000 yens pour un modèle uni teint à la main, de 28 000 yens pour un modèle à motif).

Plus d’une centaine de modèles différents de chemises koikuchi (« bouche de carpe », sans col), l’élément à porter sous le hanten. Les modèles à motifs traditionnels repris tels quels de l’époque d’Edo et simplement déclinés dans un goût plus actuel, ont énormément de succès auprès des jeunes comme des clients étrangers, tant ces articles expriment le meilleur du « style Edo ».

Voir les photos des participants aux matsuri vêtus de costumes traditionnels

L’amateur trouvera également dans la boutique de M. Kojima d’autres vêtements et accessoires à porter dans les matsuri, tels momohiki (caleçons à lier autour de la taille), haragaké (débardeurs), obi (ceintures à nouer), tabi (chaussettes à gros orteil séparé), setta (tongs), tenugui (serviettes), kinchaku (pochettes en tissu), etc.

Un choix de plus de 100 modèles de chemises koikuchi. À partir de 3 980 yens (à partir de 4 900 yens pour un modèle teint à la main).

Hantenya / Adresse : 1-37-11 Asakusa, Taitô-ku, Tokyo / Tél : +81.3.5827.0852 / Ouverture : tous les jours sauf mercredi de 10h à 18h. http://www.hantenya.com/

(Reportage : Motoyoshi Kyoko. Photos : Kato Takemi)

Cliquez sur les miniatures pour lire les articles sur ces établissements.

  • [13.05.2014]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Un plat d’anguilles au menu sans interruption depuis plus de 200 ansQuand on parle des plats favoris des Edokko, les « enfants d’Edo », on a coutume de citer quatre plats principaux : les sushi, les soba (nouilles de sarrazin), les tempura (beignets salés) et l’unagi (anguille). Nous visitons aujourd’hui un restaurant spécialiste de l’anguille, dont le menu est constitué de recettes inchangées depuis l’époque d’Edo, il y a 200 ans.
  • Le Tenugui, un « bandana » traditionnel multi-usageLe tenugui est l’un des accessoires les plus typiques de la culture d’Edo. Il s’utilise principalement comme mouchoir et comme serviette, mais c’est aussi le bout de tissus qu’on a toujours sous la main et qui peut se transformer en pansement, torchon, lien… ses usages sont infinis. De nos jours, c’est même un accessoire de mode.
  • Boire un cocktail « électrique » dans le premier bar ouvert au JaponLe premier bar de style occidental a ouvert au Japon en 1880, soit 12 ans à peine après la fin de l’ère d’Edo. Où ça ? Nulle part ailleurs que dans le quartier d’Asakusa, bien sûr, quartier à la pointe de la modernité à l’époque.
  • Les éventails traditionnels d’EdoDifficile d’imaginer une tradition artisanale plus « japonaise » que celle des éventails. Découvrons certaines boutiques vieilles de plus de 120 ans dans le quartier d’Asakusa.
  • Sukiyaki, le plat préféré des Japonais pour une occasion spécialeLe sukiyaki est une recette créée au moment où la culture occidentale a été introduite au Japon et a connu une immense mode. Voici l’authentique façon de déguster un sukiyaki, selon la tradition du célèbre restaurant Asakusa Imahan, dont la popularité ne s’est jamais démentie depuis les tout débuts de cette introduction.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone