Dossier spécial Promenons-nous à Asakusa
Les éventails traditionnels d’Edo
Arai Bunsendô
[15.05.2014] Autres langues : ESPAÑOL | العربية | Русский |

Difficile d’imaginer une tradition artisanale plus « japonaise » que celle des éventails. Découvrons certaines boutiques vieilles de plus de 120 ans dans le quartier d’Asakusa.

L’éventail pliable (appelé ôgi ou sensu en japonais), de papier ou de pelure de bois, est une invention japonaise. Il se répandit jusqu’en Europe où il fut adopté par la classe aristocratique, en passant par la Chine, vers le milieu du XVIe siècle.

Si l’éventail a toujours été un objet d’usage quotidien pour les Japonais pour se soulager de la chaleur, l’éventail trouve des usages plus particulier dans différents arts traditionnels tels le théâtre kabuki, la danse traditionnelle nihon buyô ou l’art narratif humoristique rakugo.

Éventail Shibusen : le papier en est renforcé par le tanin d’une décoction de kaki. Son usage était dans le temps réservé aux samouraï.

La boutique Arai Bunsendô, en activité depuis plus de 120 ans, compte effectivement de nombreux acteurs de kabuki, de danseurs de nihon buyô et de conteurs de rakugo parmi sa clientèle. M. Arai Osamu, transmet cette tradition depuis quatre générations, par une attention portée aux motifs. Écoutons-le :

« Dans la culture traditionnelle, le rôle de l’éventail est essentiellement de marquer une frontière. Dans la cérémonie du thé, c’est l’éventail qui marque la place de l’invité principal, et poser un éventail fermé devant ses genoux est une façon de délimiter le rang supérieur et inférieur et le sens du respect dans la disposition des invités. L’éventail n’a pas seulement pour objet de créer de la fraîcheur. C’est un objet profondément enraciné dans la culture japonaise ».

M. Arai Osamu, 4e patron de la maison. Il crée lui-même certains des designs originaux de ses éventails.

(À gauche) Les outils du fabriquant d’éventails. (À droite) Les baleines (plus éxactement deux « panaches » et des « brins ») sont fixées sur leur axe, appelé kaname. Un outil chauffé permet d’en régler la fermeté.

À l’époque d’Edo, les éventails ont développé un style de design remarquable, par le jeu de grandes plages de blancs. Par exemple, pour représenter un dragon, le corps ne sera même pas dessiné, mais seulement la tête et le bout de la queue tout au bord de l’éventail par exemple, ce qui exprimera encore plus l’idée de gigantisme. Les motifs tirés du kabuki aussi étaient populaires, certains amateurs venaient commander un éventail tout spécialement pour aller avec la pièce qu’ils allaient voir. L’éventail était à l’avant-garde de la culture du chic urbain plein d’humour des quartiers populaires.

Éventail Mochisen (éventail pour l’usage quotidienne) à motif « kakubi ». À gauche, Nakamura Kanzaburô dans Hôkaibô ; à droite, Benten kozô Kikunosuke

Un éventail plat et fixe s’appelle uchiwa.

Arai Bunsendô (Boutique Asakusa Kaminarimon) / Adresse : 1-20-2 Asakusa, Taitô-ku, Tokyo / Tél : +81.3.3841.0088 / Ouverture : tous les jours sauf un lundi par mois (après le 20) de 10h30 à 18h.

(Reportage : Motoyoshi Kyoko. Photos : Kato Takemi)

Cliquez sur les miniatures pour lire les articles sur ces établissements.

  • [15.05.2014]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Un plat d’anguilles au menu sans interruption depuis plus de 200 ansQuand on parle des plats favoris des Edokko, les « enfants d’Edo », on a coutume de citer quatre plats principaux : les sushi, les soba (nouilles de sarrazin), les tempura (beignets salés) et l’unagi (anguille). Nous visitons aujourd’hui un restaurant spécialiste de l’anguille, dont le menu est constitué de recettes inchangées depuis l’époque d’Edo, il y a 200 ans.
  • Le Tenugui, un « bandana » traditionnel multi-usageLe tenugui est l’un des accessoires les plus typiques de la culture d’Edo. Il s’utilise principalement comme mouchoir et comme serviette, mais c’est aussi le bout de tissus qu’on a toujours sous la main et qui peut se transformer en pansement, torchon, lien… ses usages sont infinis. De nos jours, c’est même un accessoire de mode.
  • Boire un cocktail « électrique » dans le premier bar ouvert au JaponLe premier bar de style occidental a ouvert au Japon en 1880, soit 12 ans à peine après la fin de l’ère d’Edo. Où ça ? Nulle part ailleurs que dans le quartier d’Asakusa, bien sûr, quartier à la pointe de la modernité à l’époque.
  • L’art de porter le « chic d’Edo » à AsakusaLe hanten est un manteau court que l’on porte pour participer à un matsuri (fête votive). Et se sentir beau dans un hanten teint à la main dans les règles de l’art par un artisan de valeur, est une chose qui rend un « enfant d’Edo », un Edokko, particulièrement fier de lui.
  • Sukiyaki, le plat préféré des Japonais pour une occasion spécialeLe sukiyaki est une recette créée au moment où la culture occidentale a été introduite au Japon et a connu une immense mode. Voici l’authentique façon de déguster un sukiyaki, selon la tradition du célèbre restaurant Asakusa Imahan, dont la popularité ne s’est jamais démentie depuis les tout débuts de cette introduction.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone