Dossier spécial Promenons-nous à Asakusa
Boire un cocktail « électrique » dans le premier bar ouvert au Japon
Kamiya Bar
[16.05.2014] Autres langues : ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le premier bar de style occidental a ouvert au Japon en 1880, soit 12 ans à peine après la fin de l’ère d’Edo. Où ça ? Nulle part ailleurs que dans le quartier d’Asakusa, bien sûr, quartier à la pointe de la modernité à l’époque.

En 1880 ouvrit à Asakusa un bar de style occidental, le Kamiya Bar. Aujourd’hui, le lieu dégage l’envoûtant parfum rétro de l’époque Meiji. Il connut un tel succès qu’il devint rapidement un des centres de la vie sociale du quartier. L’un des tous premiers cocktails à avoir été créé au Kamiya Bar est  le Denki Bran, ce qui signifie « brandy électrique ».

150 places, une atmosphère de brasserie. Le lieu était particulièrement animé les jours fériés.

« Bran » vaut pour « brandy », tout simplement parce que c’était un cocktail sur base brandy, mais pourquoi donc « électrique » ? Eh bien parce que l’électricité était encore quelque chose de rare à l’époque, et de nombreux produits nouvellement importés étaient qualifiés « d’électriques », pour dire tout simplement « modernes et nouveaux ».

Le célèbre Denki Bran, d’une belle couleur ambrée : 260 yens. Légèrement sucré, 30° (40° pour la version Denki Bran Old : 360 yens).

Dans sa composition entrent également du gin, du vin, du curaçao, certaines épices médicinales, pour obtenir un cocktail légèrement sucré, assez fort puisqu’il titre 30° d’alcool. À l’origine, il faisait même 45°, et certainement les consommateurs japonais peu habitués aux boissons fortement alcoolisées à l’époque devaient en éprouver des frissons « électriques ».

Ce n’est pas seulement du Denki Bran que le barman sert au comptoir, c’est toute une atmosphère nostalgique.

M. Kamiya Naoya, 5e génération des patrons du lieu nous le présente : « La recette du Denki Bran original est aujourd’hui encore un secret. Sa magie vient du fait, que, même si c’est la première fois que vous le buvez, il vous procure une indicible sensation de nostalgie, même sans raison ».

À l’époque (Meiji), on buvait assis à l’immense comptoir qui serpentait dans toute la salle, épaule contre épaule.

Autrefois, les gens sortaient pleins d’exaltation des films muets en noir et blanc qu’ils étaient allés voir dans l’Asakusa Rokku (le district n°6), et venaient directement au Kamiya Bar prendre un petit verre de Denki Bran pour se remonter. C’était le summum du plaisir pour la population populaire et branchée de l’époque.

Beaucoup de gens commandent également une bière pour se désaltérer avec leur Denki Bran. Ils grignotent volontiers une portion de tripes de bœuf, ou une brochette de porc frite avec des oignons, c’est-à-dire des plats de brasserie populaire, il n’y a rien de snob ou d’affecté dans ces cocktails. C’est un cocktail qui n’est jamais meilleur qu’à Asakusa, savouré avec l’atmosphère de liberté typique du quartier populaire qui l’a vu naître.

Kamiya Bar / Adresse : 1-1-1 Asakusa, Taitô-ku, Tokyo / Tél : +81.3.3841.5400 / Ouverture : tous les jours sauf mardi de 11h30 à 22h. http://www.kamiya-bar.com/

(Reportage : Motoyoshi Kyoko. Photos : Kato Takemi)

Cliquez sur les miniatures pour lire les articles sur ces établissements.

  • [16.05.2014]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Un plat d’anguilles au menu sans interruption depuis plus de 200 ansQuand on parle des plats favoris des Edokko, les « enfants d’Edo », on a coutume de citer quatre plats principaux : les sushi, les soba (nouilles de sarrazin), les tempura (beignets salés) et l’unagi (anguille). Nous visitons aujourd’hui un restaurant spécialiste de l’anguille, dont le menu est constitué de recettes inchangées depuis l’époque d’Edo, il y a 200 ans.
  • Le Tenugui, un « bandana » traditionnel multi-usageLe tenugui est l’un des accessoires les plus typiques de la culture d’Edo. Il s’utilise principalement comme mouchoir et comme serviette, mais c’est aussi le bout de tissus qu’on a toujours sous la main et qui peut se transformer en pansement, torchon, lien… ses usages sont infinis. De nos jours, c’est même un accessoire de mode.
  • Les éventails traditionnels d’EdoDifficile d’imaginer une tradition artisanale plus « japonaise » que celle des éventails. Découvrons certaines boutiques vieilles de plus de 120 ans dans le quartier d’Asakusa.
  • L’art de porter le « chic d’Edo » à AsakusaLe hanten est un manteau court que l’on porte pour participer à un matsuri (fête votive). Et se sentir beau dans un hanten teint à la main dans les règles de l’art par un artisan de valeur, est une chose qui rend un « enfant d’Edo », un Edokko, particulièrement fier de lui.
  • Sukiyaki, le plat préféré des Japonais pour une occasion spécialeLe sukiyaki est une recette créée au moment où la culture occidentale a été introduite au Japon et a connu une immense mode. Voici l’authentique façon de déguster un sukiyaki, selon la tradition du célèbre restaurant Asakusa Imahan, dont la popularité ne s’est jamais démentie depuis les tout débuts de cette introduction.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone