Grâce au Doctor Yellow, le Shinkansen est en bonne santé

Richard Medhurst [Profil]

[11.10.2017] Autres langues : ENGLISH | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Si l’on vous disait qu’un des médecins les plus célèbres du Japon est un train de couleur vive filant à toute vitesse à travers le pays ? Le Doctor Yellow, comme son nom l’évoque, est un train de couleur jaune qui se charge de « diagnostiquer » régulièrement le Shinkansen, le train à grande vitesse japonais. Sa mission première ? Vérifier l’état des voies et des câbles aériens, afin de ne pas faillir à sa très enviable réputation de train le plus sûr du monde (zéro accident fatal, grave ou même léger depuis 1964).

Si vous avez la chance d’apercevoir le très furtif Doctor Yellow (il y en a plusieurs en service), faites un vœu ! On dit en effet qu’il serait signe de bon augure, en plus d’apporter une petite touche colorée à notre quotidien. L’impossibilité de connaître à l’avance ses horaires de passage le rend « unique », semant en même temps la frustration des passionnés de trains qui ne peuvent se satisfaire d’attendre un miracle pour pouvoir l’admirer. Pour provoquer la chance d’une rencontre et d’une photo mémorable, ils s’échangent alors des informations en ligne afin de déterminer les différents endroits où il aurait été aperçu.

Une consultation médicale de Tokyo à Hakata

La toute première ligne à grande vitesse du Japon, le Tôkaidô Shinkansen reliant Tokyo à Osaka, a été mise en service en octobre 1964, et les premiers trains de test introduits en janvier de l’année suivante. Ils ont connu d’importantes modifications en 1974 et en 2001. Pour leur première modernisation, les appareils ont combiné le contrôle simultané des voies et des câbles, car ces vérifications étaient autrefois effectuées séparément. Les derniers modèles en date sont entrés en service pour s’adapter au transport des passagers qui avait gagné en rapidité.

Le Doctor Yellow et le Shinkansen N700. (Photo : Aichou/Pixta)

Ces trains de test évaluent la sécurité des lignes de Shinkansen entre la gare de Tokyo (cette gare se nomme elle-même « Tokyo », et se trouve dans la capitale, au sud-est de la ville) et celle de Hakata, située dans la ville de Fukuoka sur l’île de Kyûshû. Pour cela, deux appareils distincts entrent en jeu : l’un se chargeant de la ligne JR Central entre la gare de Tokyo et celle de Shin-Osaka, et l’autre de la ligne JR West entre Shin-Osaka et Hakata. Un train de test du même acabit appelé « East-i » sillonnent les autres lignes de Shinkansen, mais il est blanc avec des rayures rouges…et se trouve encore loin d’atteindre le niveau de popularité dont jouit le Doctor Yellow.

Un train difficile à connaître mais facile à reconnaître

Alors pourquoi le Docteur Yellow est-il jaune ? Les premiers appareils effectuaient des opérations de diagnostic, et cette couleur avait à l’origine était choisie afin de rendre les trains visibles la nuit. Accordons-lui le mérite, un peu secondaire, d’être facilement reconnaissable aux voyageurs afin qu’ils ne montent pas à bord par erreur… Mis à part la couleur, le Doctor Yellow n’a rien à envier à son homologue blanc : tout comme le Shinkansen, il roule à 270 km/h et procède à son diagnostic avec la même vitesse.

L’intérieur de l’appareil est toutefois différent, avec des équipements spéciaux disposés dans tous les sept wagons. À son bord, neuf membres : deux conducteurs, trois techniciens en charge du contrôle des voies, et quatre autres pour superviser les problèmes électriques. Les divers équipements récupèrent les données relatives à l’état des câbles aériens ainsi que de celles des voies, afin de s’assurer qu’elles n’ont pas dévié de leurs alignements d’origine. Auquel cas l’équipe à bord se charge de régler le problème.

Des visiteurs à l’intérieur du Docteur Yellow, à la gare de Hamamatsu, préfecture de Shizuoka. (© Jiji)

Les vitres du Doctor Yellow sont faites de manière à ce qu’il soit impossible de voir les équipements à travers. Cependant, certaines occasions de visiter le train sont proposées. Le 13 mars 2016, la compagnie JR West a ouvert les portes de l’appareil à 400 personnes à Hakata. La JR Central en a fait de même par la suite, et beaucoup de personnes se disputent les places. On se sent alors beaucoup plus chanceux d’avoir pu admirer le Doctor Yellow de l’intérieur que de l’extérieur.

D’innombrables produits à son effigie

Pour ceux qui ne sont jamais montés à son bord ou qui ne l’ont jamais aperçu, il est toujours possible en lots de consolation de se procurer les articles du train culte… Et ils sont nombreux : boîtes à bento, sacs à dos, clefs USB, montres, baskets qui ont sa forme, chaussettes, T-shirts, et bien d’autres produits à son effigie. Il n’est pas rare non plus de voir certains de ces produits en collaboration avec de très populaires personnages japonais comme Hello Kitty. Et puis bien sûr, des petits trains Doctor Yellow sont également disponibles.

Des articles Doctor Yellow. (Photo : Kodera Kei)

(Photo de bannière : Le Doctor Yellow passant devant le lac Hamana, dans la préfecture de Shizuoka. Photo : Zenshi/Pixta.)

Tags :
  • [11.10.2017]

Traducteur et éditeur pour Nippon.com. Titulaire d’un mastère de poésie moderne et contemporaine obtenu en 2002, à l’Université de Bristol. Est parti la même année pour le Japon où il a enseigné l’anglais pendant trois ans, à Chiba. A également vécu en Chine et en Corée. A travaillé à la mairie d’Izumi, dans la préfecture de Toyama de 2008 à 2013. S’est ensuite installé à Tokyo où il est devenu traducteur à plein temps chez Nippon.com en 2014.

Articles liés
Autres chroniques

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone