Série Japan Data
Importation de vin au Japon : le Chili surpasse la France
[18.08.2018] Autres langues : 日本語 | ESPAÑOL |

Autrefois prisé comme une boisson de luxe à déguster lors d'événements spéciaux, le vin est aujourd'hui devenu beaucoup plus abordable au Japon. On peut désormais en trouver facilement à moins de 1 000 yens dans les supérettes. L’Accord de partenariat économique (APE) conclu entre le Japon et le Chili joue un rôle majeur dans cette baisse des prix.

Le vin est de plus en plus consommé au Japon, et pendant de longues années, c’est la France qui occupait la place du plus grand exportateur vers l’Archipel (effervescent non inclu), devançant de loin le deuxième du classement. Cependant, à partir de l’année 2015, le Chili a commencé à détrôner de très peu la France. Les années suivantes, l’écart a continué de se creuser.

Dans les années 1990, le Chili occupait seulement entre 1 et 5 % du marché de l’importation de vin au Japon. Mais suite à l’entrée en vigueur en 2007 d’un Accord partenariat économique (APE) entre le Japon et le Chili, les droits de douane sur les vins chiliens ont progressivement diminué. Dix ans plus tard, en 2017, le volume a sensiblement augmenté et représente 31 % du total des importations. Les konbini et les supermarchés proposent aujourd’hui une sélection variée de vins chiliens à prix abordables (environ 1 000 yens), qui ont rapidement trouvé leur place sur les tables japonaises. Mais cette popularité n’est pas uniquement due aux petits prix. Le Chili possède un climat propice à la culture du raisin : temps d’ensoleillement important et faible pluviométrie pendant la période de récolte. Beaucoup de producteurs européens se sont installés dans le pays, améliorant la qualité du vin grâce à l’introduction de techniques modernes de vinification.

L’importation de vins mousseux a continué de progresser pendant huit années consécutives. Le marché est aujourd’hui 80 % plus important qu’il y a 10 ans. Cette croissance stable est soutenue par la vente de mousseux dont le prix se situe autour des 1 000 yens.

Bien que la France soit toujours en tête des pays exportateurs, l’Espagne réduit son écart grâce à des volumes qui ont plus que doublé au cours de la dernière décennie. Le cava, produit en Catalogne, suit la même méthode de fabrication que le champagne, mais son prix bien inférieur en fait un vin apprécié au quotidien par les Japonais. En outre, le Chili, grâce au succès de ses vins rouges, exporte de plus en plus de vins mousseux.

Les droits de douanes sur les vins chiliens seront complètement supprimés en avril 2019. Dans le même temps, le Japon et l’Union européenne viennent de signer un accord de libre-échange (JEFTA) en juillet 2018, qui prévoit de lever les droits de douane sur les vins européens dès l’entrée en vigueur de l’accord, au printemps 2019. Grâce à cette relance des concurrents européens, le marché du vin au Japon pourrait devenir encore plus dynamique.

(Photo de titre : PIXTA)

  • [18.08.2018]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone