Japan Data

Les enjeux des négociations sur les Territoires du Nord entre le Japon et la Russie

Politique

Le 14 janvier 2019, Kôno Tarô, ministre des Affaires étrangères du Japon, et Sergueï Lavrov, son homologue russe, ont entamé des négociations avec l’objectif de régler le litige des Territoires du Nord (îles Kouriles) et de signer un traité de paix. Voici un résumé des principaux événements qui ont marqué les relations entre les deux pays depuis la signature de la Déclaration commune nippo-soviétique du 19 octobre 1956.

Le 14 novembre 2018, le Premier ministre japonais Abe Shinzô et le président russe Vladimir Poutine, se sont rencontrés à Singapour pour décider d’un commun accord d’accélérer les pourparlers en vue de la signature d’un traité de paix basé sur la Déclaration commune nippo-soviétique de 1956. Jusqu’à présent, les deux pays n’ont en effet ratifié aucun accord mettant fin officiellement aux hostilités liées à la Seconde Guerre mondiale. Les deux hommes se sont ensuite retrouvés à l’occasion du sommet du G20 qui s’est tenu les 30 novembre et 1er décembre 2018 à Buenos Aires, en Argentine. Après quoi, le Premier ministre japonais s’est rendu en Russie le 22 janvier dernier pour un sommet bilatéral avec M. Poutine.

La Déclaration commune nippo-soviétique de 1956 a mis un terme au conflit qui a opposé le Japon et l’Union soviétique à la fin de la Seconde Guerre mondiale et elle a rétabli les relations diplomatiques entre les deux pays. Elle a ensuite été ratifiée par la Diète japonaise et le Soviet suprême de l’URSS. Mais elle ne contient aucun accord sur l’attribution des Territoires du Nord et spécifie simplement que les îles Habomai et celle de Shikotan seront restituées au Japon une fois qu’un traité de paix aura été signé.

Territoires du Nord, dans la mer d’Okhotsk entre l’île de Hokkaidô et la péninsule du Kamtchatka

Les Territoires du Nord en quelques chiffres

Superficie Caractéristiques
Îles Habomai 95 km2 Petit archipel regroupant plusieurs îles
Île de Shikotan 249 km2 Ile constituée de petites collines verdoyantes
Population : 3 000 habitants
Île de Kunashiri 1 489 km2 Le littoral de l’île donnant sur l’océan Pacifique est relativement peu élevé et dispose de bons ports naturels.
Population : 8 000 habitants
Île d’Etorofu 3 167 km2 Abondantes ressources marines. On y pêche notamment quelque 20 000 tonnes de saumons et de truites par an.
Population : 6 000 habitants
Total 5 003 km2 Un territoire d’une superficie totale comparable à celle de la préfecture de Fukuoka, dans l’île de Kyûshû.

Tableau élaboré par Nippon.com à partir d’informations fournies par l’Association pour la question des Territoires du Nord et le site Internet du Bureau du Cabinet. Les chiffres concernant le nombre d'habitants correspondent à ceux des résidents russes.

Le litige des Territoires du Nord – c’est-à-dire concernant les îles Habomai et celles de Shikotan, de Kunashiri et d’Etorofu (appelées en russe Kouriles du Sud) – est le contentieux le plus important qui oppose le Japon et la Russie. La Déclaration commune nippo-soviétique de 1956 est considérée comme le « point de départ » des négociations menées à cet égard à ce jour. Vladimir Poutine a reconnu la validité de ce document, mais certaines questions sont encore « à l’étude » notamment l’attribution de la souveraineté sur ces îles et le processus de rétrocession de celles qui seront rendues au Japon. La Russie redoute par ailleurs qu’après la signature d’un traité de paix, des bases militaires américaines ou des Forces d’autodéfense japonaises soient installées sur les îles réintégrées dans l’Archipel. Ce qui veut dire que les discussions sur les problèmes de souveraineté et de sécurité risquent d’être tendues.

Voici un aperçu des principaux développements qui ont marqué les relations entre le Japon et la Russie depuis la signature de la Déclaration commune nippo-soviétique de 1956.

Les principaux développements du litige des Territoires du Nord depuis 1956

Octobre 1956

Déclaration commune nippo-soviétique signée à Moscou par Hatoyama Ichirô (1883-1959), Premier ministre du Japon, et Nikolaï Boulganine (1895-1975) président du Conseil des ministres de l’URSS (voir photo de titre). Elle met fin officiellement aux hostilités et rétablit les relations diplomatiques entre les deux pays, sans pour autant régler le contentieux sur la souveraineté des Territoires du Nord. Elle précise toutefois que les îles Habomai et de Shikotan seront restituées au Japon en cas de signature d’un traité de paix.

1992

La Russie commence à autoriser des visites sans visa dans les îles Kouriles du Sud aux citoyens japonais. Ces autorisations sont renouvelées à diverses reprises chaque été.

Octobre 1993

Déclaration de Tokyo sur les relations nippo-russes signée par le Premier ministre japonais Hosokawa Morihiro (1938-) et le président russe Boris Eltsine (1931-2007). Elle mentionne explicitement les quatre îles en jeu en spécifiant qu’une fois que le problème de leur attribution aura été résolu, les négociations reprendront en vue de la signature rapide d’un traité de paix.

Novembre 1997

Accord de Krasnoïarsk (Sibérie) signé par le Premier ministre japonais Hashimoto Ryûtarô (1937-2006) et le président russe Boris Eltsine. Les deux dirigeants s'entendent pour joindre leurs efforts en vue de la conclusion d’un traité de paix d’ici l’an 2000.

Avril 1998

Proposition de Kawana (Japon). Le Premier ministre japonais Hashimoto Ryûtarô et le président russe Boris Eltsine proposent un tracé frontalier situé au nord des quatre îles revendiquées par Tokyo tout en reconnaissant à la Russie le droit d’administrer provisoirement ces territoires.

Septembre 2000

Vladimir Poutine (1952-), président de la Fédération de Russie, se rend au Japon où il affirme que la Déclaration commune nippo-soviétique de 1956 est valable mais que la proposition de Kawana ne correspond absolument pas à ce que pense la Russie.

Mars 2001

Déclaration d’Irkoutsk signée par le Premier ministre japonais Mori Yoshirô (1937-) et le président russe Vladimir Poutine. Elle confirme que la Déclaration commune nippo-soviétique de 1956 constitue le point de départ des futures négociations.

Janvier 2003

Plan d’action Japon-Russie signé par le Premier ministre japonais Koizumi Junichirô (1942-) et le président russe Vladimir Poutine. Il met l’accent sur la coopération économique entre les deux pays.

Novembre 2010

Dimitri Medvedev (1965-), président de la Russie, visite l’île de Kunashiri. C’est la première fois qu’un dirigeant russe se rend dans les Territoires du Nord.

Juillet 2012

Dimitri Medvedev, alors premier ministre de la Russie, se rend à nouveau dans l’île de Kunashiri. Il affirme qu’il s’agit d’« un territoire russe dont pas la moindre parcelle ne sera restituée ».

Décembre 2016

Le président Vladimir Poutine se rend au Japon. Il donne son accord pour des discussions en vue d’activités communes sur les quatre îles des Territoires du Nord.

Septembre 2018

Le président Vladimir Poutine propose de signer un traité de paix avec le Japon sans conditions préalables d’ici la fin de l’année 2018.

Novembre 2018

À l’occasion du sommet nippo-russe, le Premier ministre japonais Abe Shinzô et le président russe Vladimir Poutine décident d’un commun accord d’accélérer les négociations en vue de la signature d’un traité de paix basé sur la Déclaration commune nippo-soviétique de 1956.

Janvier 2019Kôno Tarô, ministre des Affaires étrangères du Japon, et Sergueï Lavrov, son homologue russe, entament des pourparlers pour résoudre le litige des Territoires du Nord et signer un traité de paix

Élaboré par Nippon.com à partir de données provenant des sites Internet du Bureau du Cabinet et du ministère des Affaires étrangères japonais ainsi que de diverses autres sources d’information.

(D’après un article en japonais du 19 novembre 2018. Photo de titre : signature de la Déclaration commune nippo-soviétique, le 19 octobre 1956, à Moscou, par Hatoyama Ichirô, Premier ministre du Japon [à gauche], et Nikolaï Boulganine, président du Conseil des ministres de l’URSS. Photo : Jiji Press)

diplomatie Russie Hokkaidô territoire