Série Japan Data
Duel au sommet : les Grands Bouddha de Nara et Kamakura
[30.01.2019] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | Русский |

Nara et Kamakura ont chacune leur célèbre statue du Grand Bouddha. Toutes deux impressionnantes, et toutes deux à la grande valeur historique. Mais en les comparant, on s’aperçoit que leurs mérites sont éminemment différents…

Comme leur appellation de « Grand Bouddha » l’indique, tous deux sont des statues géantes du Bouddha. La tradition de construire des statues de très grande taille a pris racine au Japon après l’introduction du bouddhisme dans le pays au VIe siècle, avec une fonction votive, que ce soit pour la paix de la nation ou la bienveillance du pouvoir.

Une grande majorité de Japonais citeront en premier lieu les Grands Bouddha de Nara et de Kamakura comme les représentants les plus aboutis de cette culture. Tous deux sont en effet très imposants, tous deux représentent le bouddha en position assise et sereine. Mais en comparant leurs caractéristiques physiques, on s’aperçoit que le Grand Bouddha de Nara est quelque peu supérieur en taille à son challenger de Kamakura, et deux fois plus lourd.

Les mensurations des Grands Bouddha de l’Ouest et de l’Est

Nara Kamakura
Hauteur totale (base comprise) 18,03 m 13,35 m
Hauteur du Bouddha (sans la base) 14,93 m 11,31 m
Longueur de la face 5,33 m 2,35 m
Taille d’une boucle de la coiffure 0,21 m 0,18 m
Nombre de boucles sur la coiffure 492 656
Poids du Bouddha 250 tonnes 121 tonnes

(D’après les données publiées sur la page web du temple Kôtoku-in et le site de l’Association pour le Tourisme de Nara)

Le Grand Bouddha de Nara (Bouddha Vairocana, divinité principale du Tôdai-ji, Trésor national)

Le Grand Bouddha de Nara

Désireux de montrer le pouvoir du bouddhisme pour l’apaisement des troubles politiques, rebellions et insécurité sociale, épidémies et catastrophes naturelles, l’empereur Shômu ordonna l’érection d’un Bouddha géant. En l’an 752 (an 4 de l’ère Tenpyô Shôhô) eut lieu son inauguration, par une cérémonie dite « introduction d’une âme dans le Bouddha ». Le pavillon qui l’abrite fut par deux fois détruit sous le feu des guerres, et le Bouddha lui-même fut endommagé. Mais le pavillon, reconstruit à l’époque d’Edo, est aujourd’hui l’une des plus grandes structures de bois du monde, et répertorié au titre des trésors nationaux.

Outre le Grand Bouddha lui-même, le gros trou percé à la base du pilier situé au nord-est du Bouddha est particulièrement populaire parmi les enfants et les visiteurs étrangers, car il est dit que les vœux se réalisent si on le traverse.

  • Accès : à 5 minutes à pied de l’arrêt de bus « Daibutsuden Kasuga Taisha-mae », par la gare de Nara, sur les lignes JR Yamatoji ou Kintetsu Nara.
  • Tarif : 600 yens

Le Grand Bouddha de Kamakura (Bouddha Amithaba, divinité principale du Kôtoku-in, Trésor national)

Le Grand Bouddha de Kamakura

Sa construction commença en 1252 (l’an 4 de l’ère Kenchô) et dura environ 10 ans. Mais la date exacte de son inauguration et la raison à son érection sont inconnues.

Si la plupart des Grands Bouddha se trouvent protégés à l’intérieur d’une salle, l’une des spécificités de celui de Kamakura est d’être assis en plein air. Un bâtiment l’abritait à l’origine, mais celui-ci fut détruit à plusieurs reprises par des typhons et des tremblements de terre, à la suite de quoi le Bouddha endure le vent et les intempéries depuis 1498, donc plus de 500 ans maintenant. L’absence de toit occasionne des détériorations, mais sa beauté sur fond de ciel bleu est d’une autre nature que celles des Bouddha d’intérieur.

Après avoir admiré le Grand Bouddha de l’extérieur, vous pouvez également pénétrer à l’intérieur (au « ventre ») de la statue, moyennant un droit de 20 yens. Vous remarquerez alors les traces des différentes réparations, invisibles de l’extérieur.

Voir également notre article : Un certificat de bonne santé pour le Grand Bouddha de Kamakura

  • Accès : à 7 minutes à pied de la station Hase, sur la ligne Enoshima Dentetsu (Enoden). Ou à quelques pas devant l’arrêt de bus Daibutsu-mae d’Enoden Bus ou de Keikyû Bus, à partir de la gare JR Kamakura sortie Est.
  • Tarif : 200 yens (supplément de 20 yens pour entrer au ventre de la statue)

Existe-t-il un troisième Grand Bouddha ?

« Les 3 meilleurs râmen », « les 3 plus grands seigneurs féodaux », « les 3 meilleurs paysages nocturnes »… Les Japonais aiment nommer le trio des meilleurs dans tous les domaines. Et pourtant, personne ne semble avoir jamais parlé de « 3 Grands Bouddha ». Un troisième Grand Bouddha existait pourtant jusqu’à la guerre, appelé le Grand Bouddha de Hyôgo. Érigé en 1891 (an 24 de Meiji), il fut démantelé en 1944 en application de la loi pour la récupération des métaux. D’autres Grands Bouddha pourraient postuler à la place laissée vacante de « troisième », comme le (nouveau) Grand Bouddha de Hyôgo (reconstruit en 1991), le Grand Buddha de Takaoka (dans la préfecture de Toyama), ou le Grand Bouddha de Gifu (préfecture de Gifu)…

S’il ne s’agissait que de la taille, d’ailleurs, le plus grand serait le Grand Bouddha d’Ushiku (préfecture d’Ibaraki), qui jauge 120 mètres de haut (base comprise), soit trois fois la taille de la Statue de la Liberté à New York, grand comme un gratte-ciel de 30 étages. Mais personne ne le compte parmi les Grands Bouddha prestigieux. Construit en 1992, il est encore un peu jeunot…

(Photo de titre : Pixta)

  • [30.01.2019]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone