Chronologie du Japon

L’essentiel du mois de juillet 2015

Les sites de la révolution industrielle Meiji au Japon inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, l'équipe féminine de football vice-championne du monde, le projet de construction du nouveau stade olympique annulé. Retour sur les évènements marquants du mois de juillet 2015.

Vendredi 3

Le gouvernement japonais annonce que la Corée du Nord va reporter la présentation des résultats de l'enquête sur la série d'enlèvements de citoyens japonais. Cette enquête, menée par un comité spécial mis en place par les autorités nord-coréennes, a débuté en juillet 2014. La Corée du Nord avait alors promis que les résultats de l'enquête seraient présentés dans un an.

Article lié :

Ce que change le lancement réussi du « satellite » nord-coréen

Dimanche 5

Le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO, rassemblé à Bonn en Allemagne, décide d'inscrire les sites de la révolution industrielle Meiji au Japon au patrimoine mondial. Ce patrimoine inclut 23 sites localisés dans 8 préfectures, tels que l'aciérie Yahata à Fukuoka et le chantier naval Mitsubishi à Nagasaki. Ces sites ont été reconnus pour leur valeur historique, car ils représentent le premier cas d’industrialisation réussie dans une nation non occidentale. La Corée du Sud, initialement opposée à cette reconnaissance du fait de la présence de travailleurs forcés coréens sur 7 sites, a finalement trouvé un point d'accord avec le Japon.

Article lié :

Les sites de la révolution industrielle Meiji entrent au patrimoine mondial

Lundi 6 (dimanche 5 heure locale)

Les Nadeshiko Japan (l’autre nom de l'équipe féminine de football japonaise) s'inclinent 2 buts à 5 face aux Américaines, lors de la finale de la Coupe du monde. Elles n'ont pas pu préserver leur titre mondial, obtenu en 2011 en Allemagne.

Mardi 7

Kyoto est pour la deuxième année d'affilée la meilleure ville du monde, selon le magazine américain Travel + Leisure. Les nombreuses bornes d'internet sans fil et gratuit, ainsi qu'une meilleure prise en charge des visiteurs étrangers auraient joué en la faveur de l'ancienne capitale historique du Japon. Les hôtels de Kyoto ont accueilli 183 000 visiteurs étrangers en 2014.

Article lié :

Kyoto — un défi international, culturel et touristique

Samedi 11

Le PDG de Nintendo, Iwata Satoru, meurt à 55 ans d'un cancer des voies biliaires. Après avoir rejoint Nintendo en 2000, il prend les commandes de la compagnie en 2002. Il est à l'origine de nombreux succès commerciaux tels que la console portable Nintendo DS et la Wii, la console de salon qui détecte la position et les mouvements du joueur grâce à une manette sans fil.

Article lié :

Comment le Japon devint « la grande puissance du jeu vidéo » (2)

Jeudi 16

Le projet de loi sur la sécurité, qui autorise notamment l'utilisation du droit de légitime défense collective, est approuvé par la Chambre des représentants. Le texte va ensuite être examiné par la Chambre des conseillers, qui a 60 jours pour le voter. Au terme de cette période, même si les conseillers ne votent pas le projet de loi, il suffit à la Chambre des représentants de le réapprouver pour qu'il entre en vigueur. Il est donc très probable le texte soit définitevement adopté avant la fin de l'actuelle session de la Diète.

Des manifestants contre le projet de loi sur la sécurité devant le Parlement. Le 16 juillet 2015, Tokyo, Nagatacho (Jiji press)

Le prix Akutagawa est décerné aux romans Scrap and Build de Hada Keisuke, 29 ans, et Hibana de Matayoshi Naoki, 35 ans. Le prix Naoki revient quant à lui à Higashiyama Akira pour Ryû. Le choix de Matayoshi Naoki pour le plus prestigieux prix littéraire japonais étonne car il n'est pas écrivain mais humoriste de profession. La maison d'édition Bungeishunju, qui publie Hibana, annonce que le livre s'est déjà vendu à 1,44 million d'exemplaires. Parmi les romans récompensés par le prix Akutagawa, Hibana est le plus grand succès commercial de l’histoire.

Révision complète du projet de futur stade olympique

Vendredi 17

Le Premier ministre Abe Shinzo annonce que le pays va : « mettre un terme au projet actuel, et recommencer à zéro », au sujet de la construction du nouveau stade olympique prévu pour les JO de Tokyo en 2020. L'opinion publique était très défavorable au projet initial, dont les coûts de construction avaient presque doublé pour atteindre 252 milliards de yens (environ 1,8 milliard d'euros).

Article lié :

Quels bénéfices à long terme peut-on attendre des JO de Tokyo ?

Le Siège pour la prévention du réchauffement climatique, un organisme rattaché au gouvernement et présidé par le Premier ministre, annonce au secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques que le Japon vise une baisse de 26 % des émissions de gaz effet de serre en 2030 par rapport aux chiffres de 2013. Pendant les 15 années à venir, le but est d'abaisser de 40 % les émissions des entreprises, des bureaux et des ménages.

Article lié :

Les problèmes environnementaux de la Chine

Dimanche 19

Mitsubishi Materials (ancien Mitsubishi Mining) s'excuse auprès d'anciens prisonniers de guerre américains, qui avaient été contraints au travail forcé durant la Seconde Guerre mondiale. À Los Angeles, plusieurs directeurs de la compagnie rencontrent une trentaine d'anciens prisonniers ainsi que leurs familles pour présenter leurs excuses. Le gouvernement japonais s'est dans le passé officiellement excusé au sujet des travailleurs forcés, mais c'est la première fois pour une grande entreprise japonaise.

Lundi 20

La commission indépendante qui inspecte les comptes de Toshiba a rendu public ses résultats, dans le cadre du scandale de trucages répétés des bilans de l'entreprise. Toshiba a falsifié ses comptes dans des secteurs aussi variés que les ordinateurs personnels et le développement d'infrastructures sociales. La commission conclut que Toshiba a gonflé artificiellement ses profits de 156,2 milliards de yens d'avril 2008 à décembre 2014. Le 21, le directeur général Tanaka Hisao et ses deux prédécesseurs, le vice-président Sasaki Norio et le conseiller spécial Nishida Atsutoshi démissionnent de leurs postes.

Mercredi 22

Le gouvernement japonais dévoile des photos prises aux abords de la frontière sino-japonaise dans la mer de Chine orientale. On y voit 12 nouvelles plate-formes gazières récemment bâties par la Chine dans ces eaux disputées par les deux pays. Lors d'une conférence de presse, le Secrétaire général du gouvernement Suga Yoshihide affirme qu'il est « extrêmement regrettable que la Chine développe de manière unilatérale ses ressources énergétiques », et appelle à la suspension de l'exploitation.

Jeudi 23

Un vaisseau spatial russe Soyouz quitte la terre depuis le cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan), et rejoint la Station spatiale internationale. À son bord, l'astronaute nippon Yui Kimiya, ainsi que deux homologues américain et russe. Durant son séjour de cinq mois, Yui Kimiya va participer aux expériences scientifiques conduites au sein du module japonais Kibô, et veillera également au bon fonctionnement de la station.

L'astronaute Yui Kimiya, en route pour la rampe de lancement Soyouz, disant au revoir à sa famille. Le 23 juillet 2015, cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan (Jiji press).

Le quotidien Nihon Keizai Shimbun, ou Nikkei, annonce le rachat du journal Financial Times. Nikkei s'est entendu avec la société-mère Pearson sur la somme de 844 millions de livres. D'après les médias japonais, ceci représente le plus grand rachat d'une société étrangère de la part d'un groupe de médias japonais.

Vendredi 24

Le logo des JO de 2020 est dévoilé par le Comité des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo. Créé par le directeur artistique Sano Kenjiro, ce logo fait usage des couleurs blanc, noir, rouge, or et argent et comporte un « T » pour Tokyo. La version paralympique évoque un signe « = (égal) ». La création est pointée du doigt pour sa forte ressemblance avec l'image du théâtre de liège en Belgique.

Les logos des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo de 2020. Le 24 juillet 2015, gouvernement de Tokyo (Jiji press).

Dimanche 26

Un petit avion qui venait juste de décoller de l'aéroport de Chôfu, dans la banlieue Tokyo, s'écrase dans un quartier résidentiel. Les deux hommes à bord ainsi qu’une femme qui était chez elle sont tués sur le coup. Le lieu du drame est situé à 800 mètres au sud de la piste de décollage. Le stade Ajinomoto ainsi qu'un collège sont situés non loin de là.

Mardi 28

La proposition de révision de la Loi sur les éléctions est adoptée par la Chambre des représentants. Elle corrige la disparité du poids de chaque vote lors des élections de la Chambre des conseillers. Cette disparité est causée par la forte variation de population d’une circonscription à l’autre, entraînant une représentation disproportionnée de la population dans la chambre haute de la Diète. Le Parti libéral-démocrate, au pouvoir, et quatre autres formations, dont le Parti de la restauration, sont à l'origine de cette proposition. En redessinant la carte des circonscriptions, l'écart maximal des votes est abaissé de 1/4,44 à 1/2,97. C'est la première fois que des préfectures entières sont fusionnées pour former une circonscription unique.

Jeudi 30

Confirmant un jugement de première instance, la Haute Cour de Tokyo ordonne la suspension des vols de nuit d'avions de la Force maritime d'autodéfense japonaise, aux alentours de la base d'Atsugi. Les riverains de la base – opérée conjointement avec l'US Navy – s'étaient plaints des nuisances sonores causées par le trafic aérien la nuit. La Haute Cour de Tokyo a également rejeté la requête d'appel formulée par l'État.

actualité chronologie