Kore-eda, le quatrième cinéaste japonais sacré Palme d’or
[21.05.2018]

La Palme d’or de la 71e édition du Festival de Cannes a été remise au réalisateur japonais Kore-eda Hirokazu pour son film « Une affaire de famille » (Manbiki kazoku, littéralement « La famille des voleurs à l’étalage »), le 19 mai.

Ce film dépeint les relations humaines d’une famille des quartiers populaires de Tokyo vivant entre autres de petits délits. Il met également l’accent sur des problèmes auxquels doit faire face la société japonaise, tels que la pauvreté, l’adoption et la maltraitance infantile.

Le rôle du père et de la mère sont respectivement interprétés par Lily Franky et Andô Sakura. Les actrices Kiki Kirin et Matsuoka Mayu font aussi partie du film.

Les films de Kore-eda sont des « habitués de la Croisette ». En effet, en 2004 déjà, Yagura Yûya, âgé de 14 ans, remportait le Prix d’interprétation masculine pour le film « Nobody knows » (Daremo shiranai). Puis en 2013, « Tel père, tel fils » (Soshite chichi ni naru) gagnait le Prix du jury.

Le cinéma japonais avait déjà été récompensé quatre fois au Festival de Cannes : « La Porte de l’enfer » (Jigokumon) de Kinugasa Teinosuke en 1954, « Kagemusha, l’ombre du guerrier » (Kagemusha) de Kurosawa Akira en 1980 et les deux films réalisés par Imamura Shôhei, « La Ballade de Narayama » (Narayamabushi kô) en 1983 et « L’Anguille » (Unagi) en 1997.

Manbiki kazoku sortira dans les salles obscures japonaises le 8 juin 2018.

Kore-Eda reçoit la Palme d’or du 71e Festival de Cannes, le 19 mai (photo : AFP/Jiji)

« Une affaire de famille » (Manbiki kazoku)

[Copyright The Jiji Press, Ltd.]

  • [21.05.2018]
Articles liés
Autres chroniques

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone