Lieux sacrés du Japon

Munakata Taisha : trois sanctuaires de légende, trois îles et des trésors historiques

Tourisme

Munakata Taisha est un ensemble de trois sanctuaires se trouvant sur trois îles différentes, toutes situées dans la préfecture de Fukuoka, au sud-ouest du Japon. L’un de ces lieux sacrés demeure sur l’île interdite d’Okinoshima, qui n’a été ouverte aux fouilles que dans les années 1950. D’innombrables trésors historiques y furent plus tard découverts.

Les océans sous bonne garde

Munakata Taisha se compose de trois sanctuaires. Bien que tous rattachés à la ville de Munakata, dans la préfecture de Fukuoka, ils se situent dans trois endroits différents et vénèrent chacun trois divinités. Ce sont les filles d’Amaterasu-ômikami, la déesse du Soleil. Ainsi :

  • Le sanctuaire Hetsu-miya, à Tashima, sur la partie continentale de l’île de Kyûshû, est consacré à Ichikishima-hime
  • Le sanctuaire Nakatsu-miya, sur l’île Ôshima, est consacré à Tagitsu-hime
  • Le sanctuaire Okitsu-miya, sur l’île sacrée d’Okinoshima, est consacré à Tagori-hime

Munakata donne sur la mer de Genkai qui sépare le Japon de la Chine et de la péninsule coréenne. La proximité aidant, une voie commerciale s’y est développée et a permis à Munakata de jouer un rôle important en tant que passerelle pour des échanges commerciaux avec une culture en avance sur son temps.

Selon le Nihon Shoki (« Chroniques du Japon »), un ouvrage datant du VIIIe siècle, les trois divinités sont descendues sur Terre à Munakata pour assister les empereurs dans l’accomplissement de leurs rites sacrés. La mer de Genkai est par ailleurs connue pour ses eaux agitées ; peut-être une raison pour laquelle ces divinités sont également vénérées comme les gardiennes des marins et, à notre époque, protectrices du trafic routier.

Le portique Ni-no-torii du sanctuaire Nakatsu-miya, sur l’île Ôshima
Le portique Ni-no-torii du sanctuaire Nakatsu-miya, sur l’île Ôshima

Une île interdite qui regorge de trésors historiques

Nul ne saurait dire avec précision quand Munakata Taisha a été construit, mais les trois lieux sacrés apparaîssent déjà dans le Kojiki (« Chronique des faits anciens »), la plus ancienne œuvre littéraire japonaise, compilé au début du VIIIe siècle. Fort d’une longue histoire, ces sanctuaires abritent des milliers d'artefacts culturels et constituent donc une source inestimable d'informations tant pour l'archéologie, que l'histoire de l'art et la religion shintô. C'est particulièrement le cas pour Okitsu-miya, dont les trésors ont longtemps été protégés par l'isolement naturel d'Okinoshima, une île de falaises abruptes située à 50 kilomètres du rivage, entourée des eaux tumultueuses de la mer de Genkai. Considérée comme un site sacré, l'île a longuement été interdite d’accès, à l'exception d'un très petit nombre de fidèles. L'accès aux femmes y est proscrit, et les hommes doivent être soumis à certaines contraintes, comme par exemple des ablutions obligatoires dans la mer, avant de pénétrer sur ce territoire. Mais des fouilles exceptionnelles ont pu être dirigées à partir de 1954. L'île sacrée d'Okinoshima et les sites associés situés dans la région de Munakata ont été inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco en 2017.  (Voir notre article : Okinoshima, une île sacrée inscrite au patrimoine mondial)

Dès le début de ces recherches archéologiques sur Okinoshima, les experts ont été stupéfaits par le nombre de trésors qu’ils y ont découverts. Le lieu était resté intact et inexploré depuis plus d’un millénaire. D’autres expéditions permirent de découvrir les vestiges de sites de rituels religieux et des trésors sacrés datant de l'Antiquité jusqu’au début de la période de Heian (794–1185) et plus de 80 000 objets, dont beaucoup ont par la suite été désignés trésors nationaux ou biens culturels importants. Tout cela a valu à Okinoshima le nom de « Shôsô-in des mers », une référence au réceptacle se trouvant dans l’enceinte du temple du Tôdai-ji, à Nara, construit au VIIIe siècle pour conserver les objets liés à un empereur défunt.

Coucher de soleil sur la mer de Genkai
Coucher de soleil sur la mer de Genkai

Les fouilles permirent de découvrir que c’était à Munakata Taisha qu’étaient pratiqués les rites religieux par les dirigeants du pays. Il est alors aisé de comprendre l’importance de Munakata sur cette route maritime entre le Japon et le continent asiatique ; théorie corroborée par le fait qu'aucun objet découvert sur Okinoshima ne date d’après la disparition des missions japonaises vers la Chine à la fin du IXe siècle, où la dynastie Tang est alors au pouvoir.

Munakata Taisha constitue un précieux héritage culturel des échanges entre le Japon et le continent du IVe au IXe siècle.

Le Teisan-gû an sanctuaire Hetsu-miya, situé sur la partie continentale de l’île de Kyûshû.
Le Teisan-gû au sanctuaire Hetsu-miya, situé sur la partie continentale de l’île de Kyûshû.

Informations

Munakata Taisha
  • Accès pour le sanctuaire Hetsu-miya : de la gare Tôgô sur la ligne JR Kagoshima, prendre le bus en direction de Kônominato-hatoba (via Munakata Taisha) et descendre à l'arrêt Munakata Taisha-mae, puis environ 12 minutes de marche.
  • Accès pour le sanctuaire Nakatsu-miya : de la gare Tôgô sur la ligne JR Kagoshima, 20 minutes en bus à destination de Fukuma (via Kônominato) et descendre à l’arrêt Kônominato-hatoba. Embarquer à bord du bateau « Shiokaze » (environ 15 minutes), mis à disposition par la municipalité, ou du ferry « Ôshima » (environ 25 minutes).
  • Note : le sanctuaire Okitsu-miya se situant sur l’île sacrée d’Okinoshima, il est interdit d’accès.

(Reportage et texte : Toya Manabu. Photos : Nakano Haruo)

tourisme sanctuaire île Fukuoka