Une forêt japonaise vestige de l’époque préhistorique

Environnement

La plus grande forêt laurifère du Japon se trouve dans la préfecture de Miyazaki, au sud-est de l’île de Kyûshû. Presque toutes les espèces d’arbres à feuilles persistantes y sont présentes. Un photographe passionné de ce lieu depuis de nombreuses années nous livre de splendides images.

Un contraste de verts brillants

Cette forêt laurifère primaire, la plus vaste du Japon, s’étend sur 2 000 hectares. Elle a été inscrite en 2012 dans la liste des biosphères de l’Unesco. J’y suis allé pour la première fois en automne, et j’ai découvert une étendue vert sombre qui couvrait les flancs de monts aux formes douces. J'ai alors eu du mal à croire qu’elle était composée de tant d’espèces différentes ! Puis, lorsque j’y suis retourné au printemps suivant, j’ai été stupéfait de découvrir un paysage qui n’était pas du tout conforme à ce que j’attendais. Le nouveau feuillage de printemps de la forêt d’un vert profond dont tous les arbres m’avaient paru semblables montrait une infinie variété de verts. Celui pâle et doux des nouvelles feuilles brillait sur le fond plus sombres des anciennes. Un grand nombre d’arbres laurifères ont sur la surface de leurs feuilles un cuticule qui les rend brillantes. C’est ce que j’avais sous les yeux : des feuilles reflétant la lumière... Mes visites dans cette forêt pendant des années m’ont convaincu que le contraste créé par cette variété de verts est un de ses grands attraits.

La forêt laurifère enveloppée de brume
La forêt laurifère enveloppée de brume

Une forêt à feuillages persistants riche en gradations

La forêt laurifère composée essentiellement d’arbres à larges feuilles comme le Castanopsis [arbre à feuillage persistant, entre le chêne et le châtaignier], le Cyclobalanopsis [une variété de chêne], ou le Machilus thunbergii [sous-genre des Machilus, appartenant à la famille des Lauracées] couvrait autrefois la moitié ouest de l’archipel japonais. On dit qu’à la période Jômon (entre 11 000 ans av. J.-C et 400 ans av. J.-C.), elle s’étendait jusqu’à la côte de l’extrémité nord de l'île principale Honshû. Si l’on avait pu voir du ciel l’archipel du Japon à cette époque, il aurait sans aucune doute été uniformément couvert de forêts d’un vert profond. Mais avec les années, l’activité humaine s’est étendue. Les hommes ont défriché la forêt dans les zones de plaine pour la transformer en terre arable et y habiter, et la forêt primaire a décliné, remplacée dans les zones montagneuses par des cryptomeria, ou cèdres du Japon, et des cyprès du Japon. Aujourd’hui, la forêt laurifère primaire ne subsiste que dans des espaces limités. Au plan mondial cependant, peu de pays offrent une gradation aussi riche avec autant de types de forêts allant la zone subtropicale à la zone subarctique, et il existe très peu d’exemples de forêts à feuillages persistants à une latitude aussi haute.

Il est bien connu que les variétés des espèces végétales s'enrichissent à mesure que l'on descend vers le sud. C'est la même chose dans le cas des forêts laurifères du Japon. Nous ne devons pas oublier que cette diversité naturelle a apporté divers bienfaits aux hommes...

Prunus (syn. Cerasus) jamasakura, en japonais yamazakura, cerisier des montagnes, dont les fleurs annoncent l’arrivée du printemps.
Prunus (syn. Cerasus) jamasakura (en japonais yamazakura), cerisier des montagnes, dont les fleurs annoncent l’arrivée du printemps.

Rhododendron sauvages (azalées) à feuilles persistantes azalea japonica. On en trouve dans tout le Japon.
Rhododendrons sauvages (azalées) à feuilles persistantes azalea japonica. On en trouve dans tout le Japon.

Castanopsis sieboldii en fleurs au milieu des nouvelles feuilles
Castanopsis sieboldii en fleurs au milieu des nouvelles feuilles

Le castanopsis fleurit d’avril à mai, au moment où les nouvelles feuilles apparaissent.
Le castanopsis fleurit d’avril à mai, au moment où les nouvelles feuilles apparaissent.

Fleurs du castanopsis sieboldii
Fleurs du castanopsis sieboldii

Fleurs de castanopsis
Fleurs de castanopsis

Fleurs de glycine
Fleurs de glycine

Orchidée Phaius flavus. Cette plante est presque éteinte parce qu’elle a été trop cueillie et trop mangée par les daims.
Orchidée Phaius flavus. Cette plante est presque éteinte parce qu’elle a été trop cueillie et trop mangée par les daims.

Ichiigashi, appartenant au Cyclobalanopsis. Pendant la période où les nouvelles feuilles apparaissent, les feuilles de cet arbre brillent vivement suivant l’angle de la lumière
Ichiigashi, appartenant au Cyclobalanopsis. Pendant la période où les nouvelles feuilles apparaissent, les feuilles de cet arbre brillent vivement suivant l’angle de la lumière.

Les jeunes feuilles rouges du Quercus salicina
Les jeunes feuilles rouges du Quercus salicina

Fleurs et nouvelles feuilles du Quercus salicina
Fleurs et nouvelles feuilles du Quercus salicina

Les nouvelles feuilles du Machilus thunbergii. Elles varient du rouge au vert pâle.
Les nouvelles feuilles du Machilus thunbergii. Elles varient du rouge au vert pâle.

Un grand Ichiigashi, du genre Cyclobalanopsis, sous-genre de Quercus. Cet arbre est le meilleur représentant des grands arbres laurisylves. Son tronc porte peu de branches, et il peut atteindre 20 mètres de haut.
Un grand Ichiigashi, du genre Cyclobalanopsis, sous-genre de Quercus. Cet arbre est le meilleur représentant des grands arbres laurifères. Son tronc porte peu de branches, et il peut atteindre 20 mètres de haut.

Distylium racemosum, arbre de la famille des Hamamelidaceae, dont les racines semblent vouloir avaler les rochers.
Distylium racemosum, arbre de la famille des Hamamelidaceae, dont les racines semblent vouloir avaler les rochers.

Woodwardia orientalis, ou Hachijōkaguma, typique des grandes fougères japonaises.
Woodwardia orientalis, ou Hachijô-kaguma, typique des grandes fougères japonaises

Un grand Castanopsis sieboldii
Un grand Castanopsis sieboldii

Liane Uncaria rhynchophyllia
Liane appelée Uncaria rhynchophyllia

environnement nature forêt