Vers une nouvelle ère impériale, vers un nouveau Japon

Les larmes de l’impératrice Masako

Politique

Pendant la parade en voiture du couple impérial du 10 novembre, célèbrant l’intronisation de l’empereur, on a pu voir l’impératrice Masako en train d’essuyer des larmes. Un journaliste s’interroge ici sur le sens de cette image et revient sur une conversation qu’il a eue avec elle il y a trente ans, lorsqu’elle n’était encore qu’une jeune diplomate, et alors que des rumeurs circulaient sur son futur mariage au sein de la famille impériale. Reportage de Hirai Fumio, analyste à Fuji News Network.

Des larmes que tout le monde a remarqué

Comme beaucoup de gens au Japon, j’ai regardé la télévision le 10 novembre pour voir la procession en l’honneur du couronnement de l’empereur Naruhito. Alors que je regardais la décapotable où avait pris place le couple impérial se frayer un chemin dans les rues de Tokyo, j’ai eu la surprise de voir l’impératrice Masako s’essuyer les yeux. Elle pleurait. Elle avait également versé des larmes lors d’un événement qui s’était tenu la veille, et il est très inhabituel de voir un membre de la famille impériale céder à l’émotion. Le jour de la parade, je me suis demandé ce qui avait bien pu émouvoir Masako jusqu’aux larmes...

L’impératrice Masako surprise en train de se tamponner les yeux pendant le défilé.
L’impératrice Masako surprise en train de se tamponner les yeux pendant la parade en voiture célèbrant l’intronisation de l’empereur le 10 novembre.

Lors d’une fête célébrée le soir de la veille du défilé, Masako a été aperçue en train de s’essuyer furtivement les yeux à la fin du concert donné par le groupe pop Arashi. Les larmes ont coulé, semble-t-il, au moment où l’orchestre chantait le dernier couplet : « It’s alright – let’s walk together » (Tout va bien – marchons ensemble). En observant cette scène, m’est revenue à la mémoire la façon dont Naruhito, alors prince héritier, avait conquis le cœur de Masako en lui promettant de la protéger toute sa vie.

Pour le couple royal, le chemin du mariage n’a pas été sans obstacles. En 1989, j’ai interviewé Masako, alors diplomate en herbe au ministère des Affaires étrangères, au téléphone. Masako, qui portait toujours son nom de jeune fille, Owada, figurait sur une liste des épouses potentielles du prince héritier, et l’espoir de faire un scoop m’avait poussé à la poursuivre jusqu’à l’autre bout du monde, à Oxford, où elle faisait ses études. Elle n’a pas évoqué directement l’éventualité d’un mariage, mais elle m’a dit qu’elle ne quitterait pas le ministère, ce qui, selon mon interprétation, signifiait qu’elle n’avait pas l’intention d’entrer dans la famille impériale. (Voir notre article : Owada Masako, de diplomate prometteuse à impératrice du Japon)

Owada Masako, lors de son séjour d’études à Oxford alors qu’elle est jeune diplomate pour le ministère des Affaires étrangères.
Owada Masako, lors de son séjour d’études à Oxford alors qu’elle est jeune diplomate pour le ministère des Affaires étrangères.

Le prince héritier avait promis de veiller sur elle

À ma grande surprise, toutefois, le couple annonça ses fiançailles quatre ans plus tard. En écoutant le prince héritier, à côté de qui se tenait Masako, parler du vœu qu’il avait fait de protéger à jamais sa future épouse, je compris pourquoi elle avait changé d’avis. Ce sont très probablement les mots du futur empereur qui l’ont convaincue de renoncer à sa carrière de diplomate pour s’allier à la famille impériale.

Devenue princesse héritière, toutefois, Masako, s’est trouvée affligée de problèmes de santé qui l’ont plongée pendant des années dans un état de convalescence. Elle était souvent maltraitée dans les médias et en coulisse, et par la suite, je fus étonné d’entendre le prince héritier Naruhito, qui réprouvait les attaques personnelles à l’encontre de son épouse, adresser ses critiques non seulement à l’Agence de la maison impériale mais aussi à la famille impériale elle-même. Je réalisai alors que Naruhito menait une bataille solitaire pour rester fidèle à sa promesse de protéger son épouse. Les 25 dernières années n’ont certes pas été de tout repos pour le couple impérial, mais Naruhito est bel et bien resté aux côtés de Masako sans jamais cesser de veiller sur elle. Peut-être est-ce la gratitude envers son époux qui a fait couler les larmes de Masako lors de la cérémonie. Sachant que plus de 120 000 sympathisants assistaient au défilé, on peut aussi penser qu’il s’agissait de larmes de reconnaissance envers le peuple japonais qui, une fois l’agitation retombée, avait fini par l’adopter.

Le couple royal lève la main pour saluer l’assistance lors de la procession impériale.
Le couple royal lève la main pour saluer leur peuple lors de la procession impériale.

Et si on changeait d’époque ?

À moins que les larmes de l’impératrice aient tout simplement manifesté le soulagement que lui procurait la fin des formalités officielles. La lourdeur du calendrier des cérémonies nous a donné à tous un aperçu du fardeau qui pèse sur elle et sur le souverain.

Naruhito a 59 ans et Masako 55. Je n’ai quant à moi que quelques mois de plus que l’empereur, et je viens de prendre ma retraite à l’âge de 60 ans. Bien que je continue de travailler à temps partiel, je prends les choses à la légère, en me disant qu’il y a autre chose que le travail dans la vie.

L’empereur, quant à lui, vient juste de monter sur le trône et il risque de devoir se plier à ses obligations pendant encore 20 ou 30 ans. Tout cela semble quelque peu injuste. Pour prendre un exemple, le rituel du Daijô-sai du 14 novembre, une ancienne cérémonie de remerciement pour une bonne récolte, s’est prolongé jusqu’au petit matin. La conduite de rites aussi ardus doit avoir été éprouvante pour quelqu’un qui frise la soixantaine. Peut-être le temps est-il venu pour la famille impériale de reconsidérer sérieusement son mode de fonctionnement, y compris en rouvrant le débat sur la restauration des branches cadettes ou en préparant le terrain pour l’avènement d’une impératrice.

L’empereur Naruhito flanqué de ses assistants lors du Daijôsai au petit matin du 15 novembre.
L’empereur Naruhito lors de la cérémonie des récoltes (Daijô-sai) au petit matin du 15 novembre.

Voir également notre article : Comment assurer la pérennité de la lignée impériale japonaise : un problème crucial

(D’après la diffusion sur FNN’s Prime Online du 15 novembre 2019 . Article écrit par l’analyste de l’information de Fuji TV Hirai Fumio)

https://www.fnn.jp/

[© Fuji News Network, Inc. All rights reserved.]

événement empereur santé FNN Masako