Et si les entreprises japonaises se mettaient sérieusement à l’anglais ?

Travail Société

Bien que les entreprises japonaises reconnaissent l’importance de la maîtrise de l’anglais, de nombreux obstacles empêchent l’amélioration du niveau de langue des employés.

Dans une récente enquête effectuée par l’Institute for International Business Communication, l’organisme qui met en place le test d’anglais TOEIC, les entreprises japonaises ont été interrogées sur les compétences qu’elles jugent importantes pour les hommes d’affaires à l’avenir. La réponse la plus fréquemment obtenue, avec 82,6 %, est l’aptitude à communiquer en anglais. Parallèlement, cette compétence est également perçue comme la plus déficiente, selon 67 % des entreprises.

Lorsque les entreprises ont été interrogées sur l’utilisation de l’anglais sur le lieu de travail, la réponse la plus élevée, avec 61 %, était que cette langue n’était utilisé que dans les départements qui gèrent les affaires relatives à l’international. Cependant, seulement 38,8 % des entreprises sondées prévoient que cela serait encore vrai dans trois ans.

Si seulement 18 % des entreprises pensent actuellement qu’un niveau minimum d’anglais est requis, d’ici trois ans, ce nombre devrait plus que doubler pour atteindre 36,7 %. Les mêmes questions ont été posées à des individus et, même si ces derniers ne travaillent pas forcément dans les départements d’affaires internationales, il était clair qu’ils reconnaissaient que l’aptitude à communiquer en anglais deviendrait une compétence de plus en plus nécessaire à l’avenir.

Selon les entreprises, le principal problème pour former les employés en anglais était le manque de motivation et de persévérance, choisi par 66,3 % des répondants. Les autres problèmes majeurs étaient les différences de niveaux d’expertise et le manque de temps à accorder pour la formation.

Le plus gros problème identifié par les individus, avec 50,4 %, est le peu d’occasions d’utiliser l’anglais au travail.

Bien que des voix s’élèvent depuis longtemps au sein des entreprises pour affirmer la nécessité de l’enseignement de la langue de Shakespeare, la majorité des hommes et des femmes d’affaires japonais ont encore peu d’occasions de l’utiliser. Cela pourrait être la clé pour améliorer le niveau d’anglais des employés, en leur faisant ressentir le besoin de mettre leurs aptitudes en pratique.

(Photo de titre : Pixta)

entreprise anglais langue