Les jeunes japonais auraient peu d’ambition d’avenir et de volonté à contribuer à leur société

Société Éducation

Si le Japon est une des grandes puissances mondiales, un pays en paix et où le niveau d'éducation est élevé, sa jeune génération semble pessimiste et n’avoir que peu de rêves ou de volonté de contribuer activement à aider leur propre société.

Une étude menée par la Nippon Foundation auprès de 9 000 jeunes de 18 ans originaires de neuf pays différents dresse un tableau pessimiste de la jeune génération nippone. Elle révèle que moins de 10 % des répondants japonais pensent que leur propre pays s'améliorera à l'avenir, et moins de 20 % se sentent capables de changer le pays ou la société. Si le Japon est la troisième économie mondiale, sa jeune génération manque d'espoir et ne souhaite guère apporter de changements à la société dans laquelle elle vit.

Les jeunes des pays du G7, tels que les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, se montrent dans l’ensemble peu optimistes quant à l’avenir de leur pays. Mais c’est au Japon, et de loin, où le tableau brossé est le plus sombre. Aux antipodes des Japonais, les Chinois, eux, sont à 96,2 % d’avis que leur pays s'améliorera à l'avenir, contre seulement 0,1 % qui pensent qu’au contraire la situation va empirer.

Moins de la moitié, soit 46,4 %, des Japonais de 18 ans se sont dits désireux de résoudre des problèmes sociaux. Là encore, les jeunes Japonais sont les plus pessimistes parmi tous les pays interrogés. La raison est cependant peu claire ; cette indifférence et ce manque d’optimisme s’expliquent-ils par le niveau de vie élevé, les rendant plus apathiques et moins enclins à vouloir s’activer afin d’améliorer la société ? Cet environnement favorable leur donne-t-il l’impression qu’il n’y a pas de grands problèmes auxquels il faudrait faire face ?

Moins de 20% des jeunes japonais interrogés ont dit se sentir capables d’aider leur pays et leur société à changer. Ce pourcentage est de loin le plus bas parmi les pays interrogés et représente même moins de la moitié de celui de la Corée du Sud, le pays le plus pessimiste après le Japon. Par ailleurs, très peu de Japonais interrogés ont dit évoquer de manière proactive les problèmes sociaux avec leur entourage.

Plus d'un tiers des répondants japonais n'ont pas d'ambition pour l'avenir

Les chiffres précédents pourraient en partie s’expliquer par le fait que moins de la moitié des jeunes de 18 ans interrogés se voient comme des membres responsables de la société et moins de 30 % d'entre eux se considèrent réellement comme des adultes.

Même avec une conscience très faible des problèmes de société, la jeune génération pourrait avoir une vision optimiste de l’avenir pour s’efforcer de réaliser ses rêves. Mais il n’en est rien pour les jeunes japonais. Là encore, ces derniers sont les moins nombreux à avoir des projets pour l’avenir. Avec 60 %, le Japon était le seul pays où ce pourcentage était inférieur à 80 %.

Avec l’allongement de l’espérance de vie, un grand nombre de personnes vivront vraisemblablement jusqu’à 100 ans voire plus, ce qui pourrait paraître long pour qui n’a ni espoirs ni rêves. Il est peut-être temps de s’interroger sur la cause à l’origine de ce constat, qui prévaut non seulement chez les jeunes mais également dans la société japonaise dans son ensemble.

(Photo de titre : Pixta)

éducation société jeune