Les virus, ennemis mortels de l’humanité

Le coronavirus au Japon : l’évolution de l’épidémie au jour le jour

Santé Catastrophe

Du premier cas de coronavirus apparu au Japon le 16 janvier, voici la chronologie de l’évolution de l’épidémie, mise à jour régulièrement.

9 août

Le Premier ministre Abe Shinzô a expliqué qu’un nouvel état d’urgence sanitaire dans tout le pays n’est pas à l’ordre du jour.

Okinawa enregistre 159 cas, le plus haut nombre jamais atteint dans la préfecture.

8 août

Deux préfectures voisines de Tokyo enregistrent un nombre record d’infections : Saitama (84 cas) et Kanagawa (129 cas).

6 août

La préfecture d’Aichi (où se trouve Nagoya) a déclaré l’état d’urgence du 6 au 24 août. Avec plus de 200 cas d’infections au quotidien depuis neuf jours, elle a appelé les habitants à rester chez eux et s’abstenir de se déplacer dans d’autres régions. (Voir notre article lié)

Certaines préfectures enregistrent des nombre records d’infections, comme Osaka (225 cas), Kanagawa (119 cas) et Chiba (76 cas)

4 août

La préfecture d’Osaka a présenté les résultats d’une recherche menée dans l’un de ses centres hospitaliers qui a révélé que la charge virale de patients aux symptômes légers de coronavirus avait baissé après qu’ils ont effectué des gargarismes quatre fois par jour avec un produit antiseptique contenant de l’iode (la povidone iodée). (Voir notre article lié)

3 août

Deux chiens ont été testés positifs au coronavirus. Ce sont les premiers cas de ce genre enregistrés au Japon. (Voir notre article lié)

2 août

Certaines préfectures plus rurales enregistrent un nombre important d’infections, comme Okinawa (64 cas), Miyazaki (60 cas) et Nagasaki (23 cas).

1er août

Le nombre de cas dans l’Archipel est au dessus du millier (1 534) pour le quatrième jour consécutif.

Si Tokyo reste la préfecture la plus touchée, celles d’Osaka, Fukuoka ou Aichi connaissent également un nombre important de contaminations. Cette dernière a d’ailleurs demandé aux salles de karaoké, aux établisseements servant de l’alcool  et aux lieux de divertissement pour adultes de limiter leurs horaires d’activités en fermant à 20 h. En contrepartie, ils seront payés 10 000 yens chaque jour entre le 5 et le 24 août.

31 juillet

Tokyo enregistre un nouveau record d’infections, avec 467 cas. C’est la première fois que le nombre de contaminations dépasse les 400.

30 juillet

Tokyo enregistre un nombre record de 367 cas. La gouverneure de la capitale Koike Yuriko demande aux établissements servant de l’alcool et aux karaokés de fermer à 22 h maximum durant tout le mois d’août.

Le nombre de contaminations a de nouveau franchi la barre des 1 000 cas, avec 1 305 personnes testées positives.

29 juillet

La préfecture d’Iwate, au nord-est du Japon, la seule à n’avoir jusqu’alors enregistré aucun cas de contamination depuis le début de l’épidémie, a fini par être touchée. (Voir notre article lié)

Le nombre d’infections au quotidien dans tout le pays a atteint 1 261 cas, franchissant pour la toute première fois la barre des 1 000. De nombreuses préfectures ont recensé leurs chiffres les plus hauts jamais atteints, comme Osaka (221 cas), Aichi (167 cas), Fukuoka (101 cas), Okinawa (44 cas), Gifu (30 cas) et Mie (10 cas). 

28 juillet

Le nombre de décès du Covid-19 au total au Japon depuis le début de l’épidémie (16 janvier) a atteint les 1 002 personnes. Le nombre de contaminations a quant à lui dépassé les 32 000 cas. La journée a également été marquée par des nombres record d’infections confirmées dans les préfectures d’Osaka (155 cas), Aichi (110 cas) et Okinawa (21 cas). (Voir notre article lié)

27 juillet

Tokyo enregistre 131 cas. Le chiffre est moins important que ces derniers jours, mais les dépistages ont été moins nombreux.

26 juillet

Tokyo enregistre un nombre supérieur à 200 pour la sixième journée consécutive (239 cas). D’autres préfectures sont également durement touchées par les contaminations, comme Osaka (141 cas), Fukuoka (90 cas) et Aichi (80 cas).

Le nombre total d’infections au Covid-19 au Japon a dépassé les 30 000 cas.

24 juillet

Tokyo enregistre 260 cas, et d’autres préfectures sont aussi très touchées, comme Osaka (149 cas), Aichi (63 cas), Fukuoka (52 cas) et Saitama (45 cas).

Le Premier ministre Abe Shinzô à demandé de faire preuve de la plus grande vigilance pour limiter le risque d’infection. Il a toutefois fait savoir que la déclaration d’un nouvel état d’urgence n’est pas prévu pour l’instant. 

L’île de Yoronjima, proche d’Okinawa, a enregistré 23 cas en 3 jours. Les personnes atteintes sont pour la plupart hospitalisées en dehors de l’île en raison du manque d’installations médicales et de la grande proportion d’habitants âgés.

23 juillet

Le pays entier enregistre 981 cas de Covid-19, un nombre jamais atteint.

Tokyo dépasse pour la première fois la barre des 300 infections, avec 366 cas confirmés. Environ 60 % des personnes atteintes sont dans la vingtaine ou la trentaine.

La préfecture d’Osaka dépasse les 100 cas de contaminations, et celle d’Aichi 97 cas, un nombre extrêmement élevé.

22 juillet

Le seuil des 10 000 cas de contaminations au total à Tokyo a été dépassé, six mois environ après l’apparition du premier cas confirmé au Japon le 24 janvier. Koike Yuriko a demandé aux habitants de limiter leurs sorties au possible, comme lors de l’état d’urgence. (Voir notre article lié)

21 juillet

Tokyo repasse au dessus de la barre des 200 contaminations, avec 237 cas confirmés. La gouverneure de la capitale Koike Yuriko a appelé les habitants à s’abstenir de voyager pendant la période des quatre jours de congés consécutifs entre le 23 et le 26 juillet.

19 juillet

Tokyo enregistre 188 cas, un nombre en dessous de 200 pour la première fois en quatre jours.

La préfecture d’Osaka enregistre son plus haut nombre de contaminations depuis la fin de l’état d’urgence, avec 89 cas.

18 juillet

La capitale nippone reste à un nombre très élevé d’infections, avec 290 cas. La préfecture d’Osaka est également source d’inquiètude, car 86 cas y ont été confirmés.

17 juillet

Tokyo enregistre un nouveau record de contaminations : 293 cas. Les dépistages sont aussi beaucoup plus nombreux, avec environ 4 000 tests PCR durant la journée.

16 juillet

Tokyo enregistre 286 cas, son plus haut chiffre jamais atteint.

La préfecture de Kanagawa, voisine de Tokyo, recense 48 cas, et celle d’Osaka 66 cas, des chiffres à ne pas prendre à la légère.

15 juillet

La gouverneure de Tokyo Koike Yuriko a annoncé qu’en accord avec le comité gouvernemental d’experts sanitaires, le niveau d’alerte au coronavirus a été monté à son maximum (4). Elle a appelé les habitants à ne pas se rendre dans les établissements qui ne respectent pas les directives sanitaires. (Voir notre article lié)

14 juillet

Tokyo enregistre 143 cas. En plus des établissements pour adultes, souvent touchés par le virus depuis quelques semaines, de nouveaux clusters ont été découverts dans un théâtre et des infirmeries.

13 juillet

Le nombre de contaminations à Tokyo repasse sous la barre des 200, avec 119 cas reportés.

Il a été révélé qu’une infirmière dépêchée dans la préfecture de Kumamoto afin de porter secours aux sinistrés des inondations était infectée au Covid-19. Elle serait restée quatre jours dans les centres de refuge de la région.

12 juillet

Tokyo enregistre un nombre d’infections supérieur à 200 pour le quatrième jour consécutif (206 cas). De même, certaines préfectures voisines ont connu une hausse de nombre de personnes atteintes, comme à Kanagawa (23 cas, dont un cluster apparu pour la deuxième fois dans le même hôpital), Chiba (31 cas, dont un nouveau cluster dans un hôpital), et Saitama (31 cas). (Voir notre article lié)

10 juillet

De nouvelles restrictions viennent d’être levées. Le nombre maximal de personnes autorisées pour un rassemblement passe de 1 000 à 5 000. Ceci est également applicable aux matchs de sport. 

Tokyo vient d’enregistrer un nouveau chiffre record de contaminations : 243 cas. Le gouvernement a toutefois fait savoir qu’il ne prévoyait pas de décréter un nouvel état d’urgence compte tenu du faible nombre de cas graves.

9 juillet

Tokyo enregistre 224 cas d’infections au coronavirus. C’est le plus haut nombre jamais atteint dans la capitale depuis le premier cas confirmé au Japon le 16 janvier. La barre des 200 contamination n’avait été dépassé qu’une fois le 17 avril (206 cas). Ce chiffre est toutefois à mettre en corrélation avec la hausse des tests de dépistage groupés auxquels sont actuellement soumis certains établissements pour adultes (bars à hôtesses, host club…). (Voir notre article lié)

7 juillet 

Le nombre total de personnes contaminées au Japon depuis l’apparition du premier cas le 16 janvier a franchi la barre des 20 000. 

Tokyo enregistre 106 cas, sixième jour consécutif avec un chiffre supérieur à 100. 

6 juillet

Tokyo enregistre 102 cas. Le nombre total de personnes contaminées en seulement cinq jours dans la capitale a atteint 575. 

Par précaution, Tokyo a décidé de renforcer ses capacités d’accueil en centres hospitaliers, en augmentant de 3 000 le nombre de lits disponibles.

5 juillet

Tokyo enregistre 111 cas, quatrième jour consécutif avec un chiffre supérieur à 100 dans la capitale.

4 juillet

Tokyo enregistre 131 cas, le chiffre le plus haut depuis le 2 mai.

3 juillet

Le secrétaire général du Cabinet Suga Yoshihide a expliqué qu’avec le nombre de cas graves en baisse, il n’était pas nécessaire de décréter un nouvel état d’urgence.

Tokyo enregistre 124 cas. Environ deux tiers des personnes concernées sont dans leur vingtaine ou trentaine., et les cas traçables proviennent principalement d’établissements pour adultes. 

Dans la ville de Kagoshima, au sud-ouest de l’Archipel, un cluster est apparu dans un bar-spectacle, avec 8 personnes concernées.

2 juillet

Tokyo enregistre 107 cas. C’est la première fois que le chiffre est aussi élevé depuis le 2 mai. La gouverneure de la capitale Koike Yuriko avertit les habitants concernant la fréquentation des quartiers de distractions nocturnes, comme Shinjuku ou Ikebukuro. (Voir notre article lié)

1er juillet 

Tokyo enregistre 67 nouveaux cas, sixième jour successif avec un nombre de cas supérieur à 50.

30 juin

Tokyo enregistre 54 cas, cinquième jour successif avec un nombre de cas supérieur à 50.

Pour la première fois au Japon, les essais cliniques pour un vaccin contre le Covid-19 ont débuté le 30 juin. Ils sont menés par la société pharmaceutique AnGes Inc, une start-up créée par l’Université d’Osaka et basée à Ibaraki, dans la préfecture d’Osaka. Le vaccin dont il est question est un « vaccin à ADN », jamais développé pour les humains (mais existant déjà pour les animaux). (Voir notre article lié)

29 juin

Tokyo recense 58 nouveaux cas de contaminations, quatrième jour successif avec un nombre de cas supérieur à 50.

28 juin

Tokyo enregistre 60 cas de contaminations. C’est le chiffre le plus haut enregistré depuis le 4 mai, soit deux mois environ, et par conséquent depuis la levée totale de l’état d’urgence dans le pays.

Dans la préfecture de Hokkaidô également, le nombre de personnes testées positives au quotidien est en légère augmentation. Cela est dû à l’apparition de foyers d’infections depuis le 24 juin au sein de quelques établissements qui proposait des événements karaokés en journée dans la ville d’Otaru, près de Sapporo.

26 juin

Les nouveaux cas de contamination à Tokyo remonte au-dessus de la barre des 50, avec 54 personnes testées positives.

25 juin

Tokyo enregistre 48 cas, une baisse légère mais qui impose une vigilance accrue.

24 juin

Tokyo enregistre 55 cas d’infections. C’est la première fois depuis le 5 mai, soit sept semaines environ, que le nombre de contaminations dépasse la barre des 50. (Voir notre article lié)

Il y a également eu 9 cas à Otaru, sur l’île de Hokkaidô, dont tous sont liés à un établissement proposant des karaokés en journée.

19 juin

Les restrictions de déplacement dans le pays ont été levées. Les habitants sont désormais libres de circuler à travers tout l’Archipel. De même, les rassemblements de 1 000 personnes maximum seront désormais permis. Néanmoins, pour un événement en intérieur, il faudra que le nombre de participants soit inférieur à la moitié de la capacité totale en temps normal, et pour un événement extérieur, il faudra que chacun garde si possible une certaine distance avec les autres personnes. Les grands événements sportifs comme les matchs de baseball pourront à nouveau être organisés, mais sans spectateurs. (Voir notre article lié)

L’application appelée « COCOA » (pour Contact-Confirming Application) a été lancée. Elle informe les utilisateurs qu’ils sont récemment rentrés en contact avec des personnes atteintes du Covid-19, et permet de les soumettre à un test de dépistage le plus rapidement possible en facilitant leur prise en charge dans les centres d’assistance sanitaire. (Voir notre article lié)

Uniqlo s’est lancé dans la vente de masques sanitaires. Ceux-ci sont adaptés à toutes les saisons, notamment l’été, grâce à la technologie AIRism, qui permet de garder un confort optimal en libérant la chaleur et l’humidité. (Voir notre article lié)

18 juin

Les cas de contaminations ont grimpé une nouvelle fois à Tokyo, avec 41 personnes testées postives au Covid-19. De nouvelles infections ont été enregistrées dans des préfectures où rien n’était à signaler depuis plus d’un mois, comme à Miyagi (la première fois en 51 jours) ou Fukushima (la première fois en 41 jours). 

17 juin

Pour la première fois au Japon, une équipe de chercheurs a réussi à déceler des traces du Covid-19 dans des eaux usées. Les spécialistes pensent que cette opération pourrait être utile non seulement afin de prévenir l’arrivée d’une deuxième vague de contaminations, en fonction de la quantité de génome viral trouvée, mais aussi pour détecter des patients asymptomatiques. (Voir notre article lié)

Tokyo enregistre 16 nouveaux cas de contaminations, un nombre en dessous de 20 pour la première fois en une semaine.

15 juin

Tokyo enregistre 48 cas. C’est la deuxième journée consécutive où le nombre de contaminations dépasse les 40. Parmi ces personnes, 20 sont liées aux activités nocturnes du quartier de Shinjuku, comme la veille.

14 juin

47 nouveaux cas d’infections au Covid-19 ont été enregistrés dans Tokyo. Si c’est le chiffre le plus haut depuis le 5 mai, la gouverneure de la capitale Koike Yuriko a expliqué que « ce nombre est le résultat d’une politique très active de dépistage du virus ». Elle a également fait savoir que 18 de ces cas concernaient les employés d’un même host club (un bar où des hommes font le service à des clientes) du quartier de Shinjuku, une des zones les plus animées le soir dans la capitale. Un test groupé a été mis en place après que des infections avaient déjà été signalées dans cet établissement auparavant. (Voir notre article lié)

8 juin

Le parc d’attraction Universal Studio Japan (USJ), situé à Osaka, a réouvert ses portes. Certaines règles très particulières sont néanmoins imposées, comme l’interdiction de prendre les personnages dans les bras. (Voir notre article lié)

7 juin

Aucun décès lié au Covid-19 n’a été enregistré. Cela n’était pas arrivé depuis 3 mois, ou 92 jours précisément. (Voir notre article lié)

Tokyo enregistre 14 nouveaux cas, et la moyenne journalière en une semaine dépasse les 20 contaminations pour la première fois depuis la fin de l’état d’urgence le 25 mai.

4 juin

Tokyo enregistre 28 nouveaux cas, et la moyenne journalière en une semaine atteint les 18,3 contaminations.

2 juin

La gouverneure de Tokyo Koike Yuriko lance une alerte sanitaire dans la capitale. Cette décision est motivée par les 34 nouveaux cas enregistrés. C’est la première fois depuis le 14 mai que le nombre d’infections remonte au dessus de 30, et la moyenne journalière en une semaine atteint les 16,3 contaminations. L’alerte sanitaire n’aura pour l’instant pas d’impact sur la reprise des activités. (Voir notre article lié)

1er juin

Tokyo enregistre 13 nouveaux cas de contamination au Covid-19, ce qui porte le nombre total des personnes infectées dans la capitale japonaise à 5 249. Dans la préfecture de Fukuoka, la ville de Kita-Kyûshû recense 16 nouveaux cas et un total de 113 contaminations au cours des dix derniers jours.

31 mai

Le nombre des nouveaux cas répertoriés à Tokyo se limite à 5. C’est la première fois qu’il est inférieur à 10 depuis le 26 mai dernier. La ville de Kita-Kyûshû compte 12 nouvelles contaminations, ce qui porte à 97 le total des personnes infectées en l’espace de neuf jours. (Voir notre article lié)

30 mai

14 cas supplémentaires sont enregistrés à Tokyo, ce qui veut dire qu’au cours de la semaine précédente, le taux de contamination au Covid-19 a été de 0,67 cas pour 100 000 habitants. Ce taux est supérieur à celui fixé par le gouvernement pour lever l’état d’urgence, à savoir 0,5 cas pour 100 000 habitants.

29 mai

Kita-Kyûshû annonce 26 nouveaux cas de contamination au coronavirus. Kitahashi Kenji, le maire de la ville, déclare « nous sommes au milieu de la deuxième vague ».

Tokyo compte 22 nouveaux cas. Le nombre des contaminations est supérieur à 20 pour la première fois depuis le 14 mai, et cela fait quatre jours qu’il comporte deux chiffres.

Koike Yuriko, la gouverneure de Tokyo, dit que le 1er juin, la métropole japonaise entrera dans la seconde phase du plan de redémarrage de l’économie, qui en compte trois. Les règles concernant la suspension des activités des cours privés (juku), des cinémas, des commerces et des gymnases seront allégées à condition toutefois que les mesures pour éviter la contamination soient rigoureusement appliquées. Lors d’une conférence de presse, Mme Koike ajoute que la bataille pour maitriser le coronavirus sera longue.

28 mai

Au cours des six jours précédents, Kita-Kyûshû a enregistré 43 nouveaux cas. En une semaine, le taux de contamination par le Covid-19 dans la préfecture de Fukuoka a atteint 0,88 cas pour 100 000 habitants, c’est-à-dire plus que l’objectif de 0,5 cas pour 100 000 personnes fixé par le gouvernement comme condition pour mettre fin à l’état d’urgence. L’exemple de Hokkaidô a servi de leçon aux autorités. Quand l’état d’urgence a été levé dans l’île le 19 mars dernier, le taux de contamination de la population était supérieur à celui imposé à présent et il a ensuite continué à grimper jusqu’à 1,03 cas pour 100 000 habitants.

27 mai

Après avoir recensé 22 nouveaux cas en l’espace de cinq jours, la ville de  Kita-Kyûshû prévient qu’une seconde vague de contamination est à craindre. Elle décide de fermer jusqu’au 18 juin une partie des établissements publics et touristiques qui avaient rouvert à la suite de la levée de l’état d’urgence. (Voir notre article lié)

25 mai

Le gouvernement met fin à l’état d’urgence dans les cinq préfectures où il était encore en vigueur à savoir Hokkaidô, Tokyo, Kanagawa, Saitama et Chiba. Il avait pris cette mesure exceptionnelle six semaines plus tôt, le 7 avril. Mais le retour à une vie normale ne sera pas immédiat dans la mesure où les restrictions seront levées de façon progressive. (Voir notre article lié)

Dans le même temps, la préfecture de Tokyo a enregistré 8 nouveaux cas de contamination, celle de Hokkaidô 2 et celles de  Kanagawa et Saitama 1 chacune.

23 mai

Tokyo recense 2 nouveaux cas et compte à présent un total de 5 138 personnes contaminées. Dans les autres préfectures encore soumises à l’état d’urgence, les chiffres sont les suivants. Kanagawa 5, Saitama 1, Chiba 0 et Hokkaidô 9. À l’occasion d’une conférence de presse, le ministre chargé de la Revitalisation économique Nishimura Yasutoshi déclare que « la tendance favorable se poursuit ».

22 mai

3 nouveaux cas sont signalés à Tokyo. C’est le chiffre le plus bas enregistré en un jour depuis le 17 avril, date de l’instauration de l’état d’urgence. Le nombre total des personnes contaminées dans la capitale japonaise est de 5 136.

Le gouvernement métropolitain de Tokyo dévoile un plan en trois étapes de remise en route des entreprises. Au cours de la première phase, les bibliothèques et les musées ouvriront à nouveau leurs portes, et les bars et les restaurants pourront fonctionner jusqu’à 22 heures, soit deux heures de plus. Si le gouvernement met fin à l’état d’urgence le 25 mai, elle prendra effet dès le lendemain. Pendant la deuxième phase, les centres commerciaux, les cinémas et les cours privés (juku) seront autorisés à reprendre leurs activités. La troisième phase entrainera la réouverture des parcs d’attractions et des établissements de pachinko. Et les restaurants et les bars pourront servir des clients jusqu’à minuit.

21 mai

Le gouvernement japonais met fin à l’état d’urgence dans les préfectures d’Osaka, Kyoto et Hyôgo. Il prendra une décision le 25 mai en ce qui concerne les préfectures où cette mesure est encore en vigueur, à savoir Tokyo, Saitama, Chiba, Kanagawa et Hokkaidô.

Tokyo enregistre 11 nouveaux cas. Au cours de la semaine du 15 au 21 mai, la capitale japonaise a identifié seulement 59 cas nouveaux de contamination, c’est-à-dire moins que les 70 cas – équivalant à un taux de contamination de 0,5 cas pour 100 000 habitants - fixés par les autorités. Une première. Par ailleurs, les autorités précisent que 58 cas n’ont pas été déclarés, que 6 l’ont été deux fois et que 5 cas négatifs ont été considérés à tort comme positifs. Ce qui signifie qu’il faut ajouter 47 cas à ceux déjà répertoriés. À ce jour le nombre total de contaminations dans la capitale s’élève donc à 5 133. (Voir notre article lié)

20 mai

La Fédération japonaise de baseball des lycées annonce l’annulation du tournoi de baseball des lycées (kôshien) de l’été. C’est la première fois que cette rencontre est supprimée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et la troisième, depuis la création du kôshien, en 1915.

19 mai

5 nouveaux cas sont recensés à Tokyo. C’est la deuxième fois que le total journalier des contaminations est aussi faible depuis l’instauration de l’état d’urgence. Et cela fait deux semaines que le nombre de nouveaux cas par jour est inférieur à 50. Toutefois, le gouvernement a décidé que pour que l’état d’urgence soit levé, il fallait au préalable que le taux de contamination soit égal ou inférieur à 0,5 cas pour 100 000 personnes dans la semaine précédente. La capitale japonaise qui compte 14 millions d’habitants devra donc attendre que le nombre des cas enregistrés se limite à 70 par semaine.

La préfecture d’Osaka enregistre 3 nouveaux cas et les préfectures voisines de Kyoto et Hyôgo aucun. Ces trois divisions administratives du Kansai ont donc atteint l’objectif fixé par le gouvernement avant la date du  21 mai où une décision doit être prise à propos de la levée de l’état d’urgence dans les huit préfectures qui y sont encore soumises.

15 mai

Renown, une entreprise japonaise spécialisée dans le textile et le vêtement, annonce avoir déposé son bilan avec un passif de 13,8 milliards de yens (environ 114 millions d’euros). La fermeture temporaire des grands magasins et des centres commerciaux a provoqué une baisse dramatique des ventes. Renown est la première firme japonaise cotée en bourse à faire faillite à cause de la pandémie du Covid-19.

Tokyo recense 9 nouveaux cas, ce qui porte le total des personnes contaminées dans la capitale à 5 036. Cela fait dix jours consécutifs que le nombre des nouveaux cas est inférieur à 50 et c’est la première fois depuis le 22 mars dernier qu’il descend en dessous de 10.

14 mai

Le Premier ministre Abe Shinzô demande au gouvernement de préparer une seconde rallonge budgétaire pour l’année fiscale 2020 (1er avril 2020-31 mars 2021). Une première relance budgétaire de 25 700 milliards de yens (environ 212,6 milliards d’euros) approuvée le 30 avril dernier incluait le versement d’une allocation de 100 000 yens (environ 827 euros) à toutes les personnes résidant au Japon et une indemnité pouvant aller jusqu’à 2 millions de yens (environ 16 550 euros) pour les PME ayant subi une baisse importante de leurs ventes. La seconde rallonge budgétaire doublera pratiquement le montant maximum de la prime journalière versée aux entreprises qui gardent leurs employés pendant que leurs activités sont suspendues, en le portant à 15 000 yens (environ 124 euros).

Le Premier ministre Abe Shinzô met fin à l’état d’urgence dans 39 préfectures y compris celles d’Ibaraki, d’Ishikawa, de Gifu, d’Aichi et de Fukuoka qui figuraient parmi les 13 préfectures faisant l’objet de mesures renforcées. L’état d’urgence est maintenu dans les préfectures de Hokkaidô, Chiba, Saitama, Tokyo, Kanagawa, Kyoto, Osaka et Hyôgo. Une décision en vue de la levée de cette mesure exceptionnelle pourrait intervenir à partir du 21 mai. (Voir notre article lié)

13 mai

L’Association japonaise de sumo annonce que le lutteur (rikishi) Shôbushi est mort à l’âge de 28 ans d’une défaillance multiviscérale consécutive à une pneumonie provoquée par le Covid-19. Le jeune lutteur a été hospitalisé le 8 avril et testé positif au coronavirus le 12 avril dans un autre établissement hospitalier. C’est le premier décès dû au Covid-19 d’une personne de moins de 30 ans enregistré au Japon, et le premier dans le monde du sumo. (Voir notre article lié)

12 mai

Le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales a approuvé un kit de dépistage rapide du coronavirus, développé par la société japonaise Fujirebio Inc. Ce nouveau test permet de détecter la présence du virus dans le corps en une dizaine de minutes, avec un prélèvement des cellules nasales. La méthode actuellement utilisée au Japon est l’analyse par PCR (Polymerase Chain Reaction), qui consiste également en un prélèvement naso-pharyngé à l’aide d’un coton-tige, mais dont le résultat peut prendre de quatre à six heures. (Voir notre article lié)

Le constructeur automobile Toyota fait savoir qu’il prévoit une baisse de 79,5 % de ses revenus d’exploitation en glissement annuel, soit 500 milliards de yens (environ 4,3 milliards d’euros) pour l’année fiscale 2020 (1er avril 2020-31 mars 2021). L’épidémie de coronavirus a si fortement perturbé l’économie mondiale que l’on s’attend à une plongée de la production et des ventes. La firme Toyota estime qu’elle vendra seulement 8,9 millions de véhicules, un chiffre inférieur à 10 millions pour la première fois depuis huit ans.

La ville de Tokyo recense 28 nouveaux cas. Cela fait une semaine que le nombre journalier des personnes contaminées est inférieur à 50.

11 mai

Koike Yuriko, la gouverneure de Tokyo, dit que le gouvernement métropolitain s’est aperçu que 111 cas de contamination au coronavirus n’avaient pas été déclarés et que 35 autres avaient été recensés deux fois. Il faut donc ajouter 76 cas au total des infections déjà répertoriées dans la capitale.

Tokyo enregistre 15 nouveau cas. C’est la première fois depuis le 30 mars, soit 42 jours, que ce chiffre est inférieur à 20.

10 mai

Nishimura Yasutoshi, le ministre chargé de la Revitalisation économique, déclare que l’état d’urgence pourrait être levé dans les 34 préfectures qui ne font pas l’objet de mesures renforcées ainsi que dans celles d’Ibaraki et de Gifu.  

9 mai

Un tout premier cas de contamination a été enregistré dans une des îles isolées du Japon. Il s’agit de celle de Mikurajima, située 200 km au sud de Tokyo.

Avec nouveaux 39 cas, Tokyo en est à son septième jour consécutif où le nombre de contaminations est inférieur à 100. 

Une personne est morte du Covid-19 dans la préfecture de Miyagi. C’est la premier décès enregistré dans la région du Tôhoku, le nord-est du Japon, où le nombre de cas au total est assez bas comparé aux autres parties du pays.

8 mai

Tokyo enregistre 39 cas d’infections. C’est le sixième jour consécutif où le nombre de cas est inférieur à 100.

7 mai

Il y a eu au total 96 contaminations recensées dans tout le pays. C’est la première fois un un mois que le nombre de cas est passé sous la barre des 100. La capitale enregistrait 23 cas, le chiffre le plus bas depuis la déclaration de l’état d’urgence le 7 avril. Mais ces données sont à interpréter avec précaution : le pays vient de sortir d’une période de 5 jours de congés consécutifs, et de nombreux établissements hospitaliers n’étaient pas ouverts.

Le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales a approuvé l’utilisation de l’antiviral remdesivir dans le traitement du Covid-19. Ce médicament devient le premier officiellement employé pour lutter contre le coronavirus. Il sera pour l’instant administré uniquement aux patients aux symptômes sévères, et ce dès le courant du mois de mai si possible. (Voir notre article lié)

Iwate, la seule préfecture du Japon avec aucun cas de contamination recensé, a réouvert la plupart de ses écoles. (Voir notre article lié)

4 mai

Lors de sa conférence de presse, le Premier ministre Abe Shinzô a déclaré que l’état d’urgence, qui était prévu pour se terminer le 6 mai, sera finalement prolongé dans tout le Japon jusqu’au 31 mai. Il a néanmoins précisé que l’évolution du nombre de contaminations et la situation hospitalière de chaque région seront à nouveau mises à l’étude le 14 mai par les experts, et en fonction de leurs conclusions, « nous procéderons à une levée de l’état d’urgence sans attendre la fin du mois ». (Voir notre article lié)

2 mai

Tokyo enregistre 160 nouveaux cas, atteignant 4 477 contaminations au total. C’est la région la plus touchée du Japon, suivie d’Osaka puis de la préfecture de Kanagawa.

1er mai

Tokyo enregistre 165 nouveaux cas, alors qu’il y en avait moins de 50 les deux jours précédents. Le Premier ministre Abe Shinzô a planifié d’allonger la période de l’état d’urgence d’un mois environ.

30 avril

Le budget supplémentaire alloué pour la crise du coronavirus, incluant les 100 000 yens distribués à chaque résident du Japon, a été adopté à la Diète. 

29 avril

McDonald’s Japan a fermé les espaces de consommation sur place de tous les restaurants. Seuls la vente à emporter, les drive et la livraison à domicile sont possibles. Ces mesures exceptionnelles prendront effet jusqu’au 6 mai, date prévue de la fin de l’état d’urgence décrété sur l’Archipel depuis le 16 avril.  (Voir notre article lié)

28 avril

Tokyo enregistre 112 cas. Le nombre d’infections remonte au dessus de la barre des 100.

27 avril

Le gouverneur d’Okinawa demande d’annuler les réservations de voyage dans sa préfecture pendant l’état d’urgence. « Les habitants d’Okinawa ont tous limité leurs activités. J’ai bien peur que personne ne pourra profiter de ce que fait le charme de notre île. » (Voir notre article lié

Tokyo enregistre 39 cas. C’est le deuxième jour de suite où le nombre de contaminations est inférieur à 100. La gouverneure de la capitale Koike Yuriko a toutefois mis fortement en garde : ce n’est pas le moment de relâcher la vigilance. « Rester chez nous aujourd’hui sauvera le Tokyo dans deux semaines » a-t-elle dit via un diffusé sur YouTube.

26 avril

Tokyo enregistre 72 nouvelles contaminations. C’est la première fois depuis le 13 avril que le nombre de cas passe sous la barre des 100.

La Fédération athlètique des lycées du Japon a annoncé l’annulation de l’événement, prévu pour août. C’est la première fois qu’une telle décision est prise depuis la création de cet organisme en 1963 

25 avril

La période allant du 25 avril au 6 mai est appelée « Stay home Week ». La gourverneure de Tokyo Koike Yuriko compte sur les habitants pour agir en personnes responsables et rester chez eux autant que possible.

24 avril

Tokyo a enregistré 161 nouveaux cas, amenant le total des contaminations à 3 733, le chiffre le plus haut parmi toutes les préfectures du pays. 

Un foyer d’infection (cluster) au sein de l’hôpital métropolitain Bokutoh à Tokyo a touché 41 personnes, patients et soignants. L’établissement a annoncé de plus recevoir de patients.

23 avril

« Stay home Week ». C’est ainsi que la gouverneure de Tokyo Koike Yuriko a qualifié la période allant du 25 avril au 6 mai, incluant les congés nationaux de la Golden Week (du 2 au 6 mai). La crainte est en effet très grande de voir de nombreuses personnes en profiter pour partir en voyage ou rendre visite à leurs proches, comme ce qui se fait souvent lors de cette période, alors que le gouvernment a fortement demandé à ses citoyens de rester chez eux.

Koike Yuriko a également invité les habitants à faire leurs courses uniquement tous les 3 jours pour désengorger l’afflux de clients dans les supermarchés. 

Plus d’une quarantaine de cas de contaminations ont été enregistrés sur le navire de croisière italien Costa Atlantica amarré au port de Nagasaki. Actuellement, 623 membres d’équipage, dont un interprète japonais, sont à son bord. Il n’y a pas de passagers. Toutes les personnes atteintes ont été mises en isolement. (Voir notre article lié)

L’actrice japonaise Okae Kumiko est décédée à 63 ans d’une pneumonie provoquée par le Covid-19. Elle était très connue pour avoir présenté l’émission d’informations matinale Hanamaru Market, diffusée de 1996 à 2014 sur la chaîne TBS. (Voir notre article lié)

22 avril

« N’allez pas à la plage ! », s’est fortement exprimé le gouverneur de la préfecture de Kanagawa, Kuroiwa Yûji. Les derniers week-ends ont vu en effet une énorme augmentation des visiteurs sur la côte de Shônan, dont de nombreux venant d’autres préfectures, provoquant d’importantes congestions du trafic. Alors que l’état d’urgence est décrété depuis deux semaines, de nombreux habitants de l’Archipel semblent encore prendre à la légère la demande du gouvernement de limiter leurs sorties au maximum.

Il a été annoncé qu’un homme de la préfecture de la Saitama qui avait été placé en auto-confinement à son domicile dû à de légers symptômes, est décédé le 21 avril. Il se trouve que ce dernier, testé positif au coronavirus 5 jours avant, n’avait pas pu être pris en charge à l’hôpital à cause d’un manque de lits, et avait donc été obligé de rester en quarantaine chez lui. Il a finalement été hospitalisé le 21 avril après une soudaine détérioration de son état la veille.

20 avril

Les fast-food McDonald’s situés dans les 13 préfectures les plus touchées par le coronavirus ont interdit la consommation à l’intérieur de l’établissement jusqu’au 6 mai. Seuls les ventes à emporter sont autorisées.

18 avril

Le nombre total de contaminations au Japon a franchi la barre des 10 000 cas depuis l’apparition du coronavirus sur l’Archipel le 16 janvier. Ce chiffre est fortement lié à la situation dans la région de Tokyo, qui est la plus touchée. (Voir notre article lié)

17 avril

 Le Premier ministre Abe Shinzô a annoncé que la somme de 100 000 yens (environ 853 euros) sera versée à chaque résident au Japon (étranger compris), en tant que mesure économique exceptionnelle pour affronter la pandémie de coronavirus. « L’unité du peuple est plus importante que tout pour surmonter cette crise », a-t-il dit. (Voir notre article lié)

Tokyo enregistre son plus haut nombre quotidien de contaminations, avec 201 cas avérés.

La vaste opération d’envoi de deux masques lavables pour chaque foyer du pays a débuté. (Voir notre article lié)

16 avril

Le gouvernement a déclaré que l’état d’urgence est désormais étendu dans tout le pays. Cette mesure exceptionnelle sera effective jusqu’au 6 mai. Cette décision a été prise afin de réduire au maximum les nouveaux foyers de contaminations (clusters) apparus avec les déplacements des citadins vers des régions rurales, ainsi que pour prévenir la période des congés nationaux de la Golden week (fin avril-début mai), où de nombreuses personnes rendent visite à leurs proches ou en profitent pour partir en voyage. (Voir notre article lié)

14 avril

La préfecture d’Osaka a annoncé qu’elle comptait lancer les premiers essais cliniques d’un vaccin contre le coronavirus dès le mois de juillet. (Voir notre article lié)

Le gouvernement a décidé de reporter la cérémonie d’investiture du prince Fumihito (le frère de l’empereur actuel) en tant que prochain héritier du trône du Chrysanthème, qui aurait dû se tenir le 19 avril. La nouvelle date n’est pas encore communiquée.

13 avril

On a appris que le chef et le chef adjoint du commissariat de police Ouest de la ville de Kobe ont été contaminés, comme de nombreuses autres personnes dans le même cas qui ont participé à une soirée tenue à la fin du mois de mars. Environ 120 officiers ont été mis en isolement à leur domicile.

Au sein de l’hôpital de la Croix Rouge de la ville de Kobe, quatre médecins ont été testés positifs au Covid-19, après le cas d’une infirmière contaminée elle aussi dans le même établissement le 11 avril.

Voir le dernier bilan du coronavirus en chiffres au Japon

12 avril

La barre des 7 000 contaminations a été franchie dans le pays.

Tokyo enregistre 166 nouvelles contaminations, La gouverneure de la capitale Koike Yuriko a expliqué dans une vidéo sur YouTube que 87 de ces cas concerneraient des infections au sein d’établissements hospitaliers.

La barre des 2 000 contaminations a ainsi été dépassée dans la capitale, avec 2 068 cas, dont 75 % d’entre eux ont été enregistrés depuis le début du mois d’avril. Les préfectures de Kanagawa et Chiba ont également reporté un chiffre très élevé. 

11 avril

L’hôpital central du centre médical de Kôbe a reporté 13 cas de contaminations parmi les patients et le personnel soignant.

Tokyo enregistre pour le quatrième jour consécutif son plus haut nombre de cas journaliers, avec 197 nouvelles infections.

10 avril

Tokyo, la région la plus touchée par le coronavirus, a enregistré 189 cas de contaminations, le chiffre le plus haut pour une journée. De très nombreux commerces et lieux de rassemblements sont fermés en raison de l’état d’urgence décrété le 7 avril, et ceux qui restent encore accessibles ont raccourci leurs horaires d’ouverture. 

Le premier cas d’infection a été recensé dans la préfecture de Tottori. Celle d’Iwate reste ainsi la seule préfecture parmi les 47 du pays à ne pas enregistrer de contamination.

9 avril

Le nombre de personnes contaminées dans le pays a franchi la barre des 5 000 cas. 

À Tokyo, le nombre de personnes contaminées en une journée a atteint son plus haut chiffre : 181 cas ont été enregistrés. 

Le gouverneur de la préfecture d’Aichi a demandé au gouvernement de décréter l’état d’urgence également pour sa région, dont 280 personnes sont contaminées.

8 avril

Tokyo a enregistré son plus haut nombre de contaminations : 144 nouveaux cas. La préfecture de Kanagawa, également concernée par l’état d’urgence, en a recensé 43.

7 avril

Le gouvernement japonais a déclaré l’état d’urgence dans sept préfectures du pays, à savoir Tokyo, Osaka, Kanagawa, Chiba, Saitama, Hyôgo et Fukuoka. Il durera jusqu’au 6 mai, date de la fin de la période des congés nationaux de la Golden Week. Cette mesure, qui n’a jamais été prise auparavant, ne correspond pas à un confinement total.

Elle permettra néanmoins aux gouverneurs des préfectures concernées de pouvoir entre autres demander à ses habitants de rester chez eux et limiter leurs sorties, de fermer les commerces qu’ils souhaitent, annuler les événements et réquisitionner des terrains ou des établissements à des fins médicales.

Le Premier ministre a demandé à chacun de s’efforcer au possible de travailler chez soi, d’éviter les endroits étroits et bondés et toutes formes de rassemblements, même entre amis. « Si nous tenons face à cette période difficile et diminuons les contacts entre personnes de 70 à 80 %, la courbe de l’évolution du virus pourra baisser d’ici deux semaines », a-t-il expliqué. (Voir notre article lié)

Le gouvernement métropolitain de Tokyo a commencé à transférer des patients atteints de symptômes légers du coronavirus dans un hôtel d’affaires dans l’arrondissement de Chûô, afin de décongestionner les hôpitaux et donner priorité aux personnes sévèrement infectées.

Le pays recense plus de 4 300 cas de contaminations. (Voir le bilan des infections par préfecture)

6 avril

Le Premier ministre Abe Shinzô annonce qu’il compte décréter l’état d’urgence le lendemain 7 avril dans certaines régions du Japon présentant le plus haut nombre de contaminations. Il déclare également qu’il débloquera 108 000 milliards de yens (environ 915 milliards d’euros) pour stimuler l’économie qui se détériore progressivement. Ce montant inclut le paiement de 300 000 yens (environ 2 545 euros) à chaque ménage dont les revenus ont été affectés par la pandémie, ainsi que la création d’un système de prêts à taux d’intérêt nul pour les petites entreprises à travers des institutions financières privées.

5 avril

Tokyo a dépassé la barre des 1 000 cas de coronavirus. À la seule journée du 5 avril, 143 personnes avaient été testées positives au Covid-19. C’est le deuxième jour de suite où plus de 100 infections sont enregistrées. (Voir notre article lié)

La gouverneure de Tokyo Koike Yuriko apparaît sur la chaîne nationale NHK et demande au gouvernement de déclarer le plus tôt possible l’état d’urgence.

4 avril

Tokyo enregistre 117 nouveaux cas de contamination par le coronavirus et franchit pour la première fois le seuil des 100 cas en un jour. Le nombre total des personnes contaminées dans la capitale japonaise est de 891. L’épidémie a également progressé dans d’autres préfectures très urbanisées en particulier celles d’Osaka (41 cas), de Fukuoka (27 cas) et de Saitama (18 cas).

Un policier du commissariat d’Akasaka de Tokyo est testé positif au Covid-19 et 70 de ses collègues sont mis en congé. Le département de la police métropolitaine de Tokyo envoie d’autres agents sur place pour les remplacer.

3 avril

Le nombre total des cas de contamination par le coronavirus recensés au Japon s’élève à 3 000 avec, pour la première fois, plus de 300 nouveaux cas en une journée. 89 cas supplémentaires ont été enregistrés à Tokyo, où le total des personnes infectées est de 773. L’épidémie continue par ailleurs de gagner du terrain dans les préfectures de Kanagawa, Saitama et Fukuoka.

Le gouvernement japonais annonce qu’il remettra 300 000 yens (environ 2 545 euros) en espèces à tous les ménages dont les revenus ont été affectés par la pandémie, dans le cadre d’un plan de soutien économique qui devrait être prêt d’ici le 7 avril.

Pour désengorger les hôpitaux et laisser la priorité aux patients atteints sévèrement du coronavirus, la Nippon Foundation a annoncé préparer 10 000 lits pour les personnes présentant des symptômes légers ou une absence de signes. (Voir notre article lié)

2 avril

Le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales publie une nouvelle carte mettant en évidence 26 « foyers de contamination » (cluster) répartis dans 14 préfectures de l’Archipel.

Tokyo enregistre 97 nouveaux cas de contamination, un record pour une seule journée. 21 d’entre eux sont liés à l’hôpital général Eiju (Eiju General Hospital) dans l’arrondissement de Taitô. Le total des cas recensés jusqu’à présent dans la métropole est de 684.

1er avril

Un comité d’experts du gouvernement se prononce en faveur de mesures draconiennes en expliquant que les systèmes médicaux des préfectures de Tokyo, Kanagawa, Aichi, Osaka et Hyôgo sont au bord de la crise.

Le Premier ministre Abe Shinzô affirme qu’il n’y a pas lieu pour l’instant de proclamer l’état d’urgence, tout en reconnaissant que le moindre relâchement de la vigilance pourrait aboutir à une explosion des cas. Et il ajoute que même si l’état d’urgence était déclaré, il n’y aurait pas de confinement total des villes comme en France. Il annonce également que deux masques provenant de stocks subventionnés par le gouvernement seront distribués à chacun des quelque cinquante millions de ménages que compte le Japon.

Un laboratoire japonais lance des essais cliniques en utilisant le médicament Avigan pour traiter le Covid-19. Les autorités chinoises avaient déjà procédé à ce traitement et ont affirmé son efficacité. (Voir notre article lié)

31 mars

La nouvelle date de l’ouverture des JO de Tokyo a été fixée au 23 juillet 2021, après son report dû à la propagation du coronavirus. (Voir notre article lié)

On apprend que l’acteur, scénariste et réalisateur Kudô Kankurô a été contaminé par le Covid-19.

30 mars

Koike Yuriko, gouverneur de Tokyo, demande aux habitants de la ville de cesser de fréquenter les établissements de karaoké, les salles de concert, les bars et les boîtes de nuit afin de limiter la propagation du Covid-19. Elle prie aussi les malades présentant peu ou pas du tout de symptômes de rester chez eux ou dans leur lieu d’hébergement, afin de réserver les lits d’hôpital aux cas graves.

Le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales explique que 38 des cas de contamination par le coronavirus de Tokyo dont on n’avait pas clairement identifié l’origine sont considérés comme liés à des visites tardives dans des bars et des boîtes de nuit.

Le nombre des nouveaux cas recensés à Tokyo se limite à 13, après une période où il a été de 40 à 60 par jour. Mais le gouvernement métropolitain précise que cette baisse s’explique par le fait qu’il y a moins de tests effectués en consultation externe le dimanche.

Le Japon apprend avec stupeur le décès du célèbre humoriste Shimura Ken le 29 mars, à l’âge de 70 ans, des suites d’une infection au coronavirus. Hospitalisé le 20 mars parce qu’il se sentait fatigué, il a ensuite été victime d’une pneumonie. (Voir notre article lié)

29 mars

Avec 68 cas supplémentaires, le nombre des personnes contaminées par le coronavirus recensées à Tokyo passe à 430. Les deux tiers de ce nouveau total ont été enregistrés la semaine précédente. Près d’une centaine de cas sont liés à l’hôpital général Eiju (Eiju General Hospital), situé dans l’arrondissement de Taitô. Mais le nombre de cas dont l’origine est inconnue est lui aussi en augmentation.

28 mars

Après l’appel à rester chez soi de la gouverneure de Tokyo Koike Yuriko, les quartiers plus animés et touristiques de la capitale ont vidé leurs rues en grande partie. La plupart des boutiques, grands magasins, parcs et cinémas ayant fermés, les quartiers de Shibuya, Harajuku, Omotesandô, Shinjuku ou encore Asakusa ont eu très peu de visiteurs si l’on compare à un jour habituel. (Voir notre article lié

santé coronavirus