Lumière sur les lieux de divertissements pour adultes et les services appelés « settai » au Japon

Société Travail Divertissement

À Tokyo récemment, des foyers d’infection au coronavirus sont apparus dans des lieux de divertissements pour adultes, comme les bars à hôtesses et les host club, entre autres. Ces établissements offrent des services appelés en japonais settai. De quoi s’agit-il exactement ?

Le terme settai signifie généralement « compagnie ou service », et il est le plus souvent utilisé aujourd’hui dans le monde des affaires. Dans bien de cas, il s’agit d’entreprises qui invitent leurs clients à apprécier un bon repas bien arrosé.

Le settai peut aussi être accompagné d’une séance de golf avant le banquet (même si c’est plutôt rare depuis une dizaine d’années), et/ou prolonger celui-ci dans les quartiers de distractions nocturnes pour terminer la soirée dans des bars à hôtesses. 

Ces lieux, habituellement dans l’ombre, sont récemment le centre de toutes les attentions. En effet, suite à la découverte d’une série de cas de Covid-19 dans le quartier des plaisirs de Kabuki-chô à Shinjuku, la gouverneure de Tokyo Koike Yuriko a appelé les habitants à s’abstenir de fréquenter ces « établissements de settai » pendant l'épidémie. Mais elle a en réalité prononcé ce mot comme un terme juridique, usage avec lequel nous ne sommes pas tout à fait familiers.

Les services de type settai sont effectivement définis par la loi régissant des établissements de nuit. En général, le client peut se voir proposer, moyennant une certaine somme d’argent, de passer du temps avec un ou plusieurs employés qui lui servent nourriture et boissons et entretiennent la conversation.

Ainsi, un grand nombre d'établissements très variés se rangent dans la catégorie settai : des restaurants haut de gamme employant des artistes traditionnels comme des geisha, aux bars à hôtesses ou des host club (l’inverse des bars à hôtesses, où ce sont les hommes qui font le service à des clientes). Si le divertissement proposé peut généralement prendre des allures aguicheuses, il n’est pas destiné à des fins sexuelles et n’a pour but que de divertir les clients. Toutefois, dans certains établissements, les limites peuvent être floues...

En 2018, le Bureau de la sécurité communautaire de l’Agence nationale de la police a rendu publique une liste des règles applicables aux établissements de nuit. Les services settai faisaient l’objet d’une description plus détaillée, afin de bien faire la différence entre les services qui de par leur nature se rangent dans cette catégorie et ceux qui appartiennent à un autre ensemble de services.

Services settai Services non settai
Compagnie
Les employés s’asseyent à des tables de clients attitrés, à qui ils servent nourriture et boissons tout en prenant part à la conversation avec eux. Les employés prennent les commandes des clients derrière un bar ou un comptoir et ne se rapprochent des tables que pour mélanger les boissons ou les servir. La conversation n’est pas considérée comme settai tant qu’elle se limite à des salutations et à des plaisanteries légères. Le personnel n’est pas non plus payé pour faire la conversation.
Spectacles
Spectacles avec chansons et danses, mis en scène spécifiquement pour un groupe de clients dans une salle ou un espace privé. Spectacles tels que des dîners-spectacles dans un hôtel destinés à divertir un grand nombre de personnes.
Chansons
Les employés se joignent à un groupe de clients attitrés, encouragent les membres du groupe à chanter seuls ou en duo avec eux. Ils applaudissent et complimentent les clients sur leurs qualités de chant, créant une atmosphère conviviale. Les employés invitent tous les clients à chanter et à créer une atmosphère animée en applaudissant et en les complimentant sur leurs qualités de chant. Le fait d’accepter de jouer une chanson lors d’un karaoké ou une performance musicale accompagnée d’un instrument n’est pas considéré comme un service settai tant que le service proposé se destine à la totalité des clients. Il ne l’est que s’il concerne un groupe de clients en particulier.
Danses
Les employés dansent avec les clients. Client et employé peuvent alors se rapprocher ou même se toucher pendant une longue durée. Cours de danse dans des écoles spécialisées, dispensés par des instructeurs professionnels.
Jeux
Les employés participent à des jeux, en compétition ou non, et jouent avec des groupes de clients attitrés, parfois en simulant un flirt. Les clients participent à des jeux, en compétition ou non, et jouent seuls ou avec d’autres clients. Le personnel n’est pas convié.
Contact tactile
Tout service où les employés tiennent compagnie aux clients, leur prennent la main ou ont des contacts tactiles avec eux, et leur proposent de leur mettre de la nourriture directement dans la bouche, comme par exemple à la cuillère, ou de leur donner à boire. Poignée de main dans un contexte social, contacts tactiles liés au déplacement ou à la garde d’un client en état d'ébriété, contact involontaire ou limité lors du service de la nourriture ou de la réception de bagages ou de manteaux.

Alors que les entreprises rouvrent progressivement après la levée de l'état d’urgence dans tout le pays le 25 mai, une certaine confusion s’est installée au sujet de l’avertissement du gouvernement concernant les établissements qui proposent des services de type settai.

Si ce message était destiné à la base aux lieux de divertissements pour adultes, certains restaurants et bistros dans lesquels on organisait simplement des dîners d’affaires bien arrosés (comme expliqués dans le premier paragraphe de l’article) ont fait un amalgame et ont réduit finalement le nombre de clients. Conséquence : un ralenti de la reprise de l’industrie de la restauration. Un certain nombre d'établissements n’ont eu d’autre choix que de mettre la clef sous la porte, définitivement.

(Photo de titre : Pixta)

société travail service bar coronavirus