Japan Data

Pénurie de chauffeurs de taxi au Japon : un secteur qui n’attire pas les jeunes

Société

À la fin du mois d’août 2023, le Japon comptait 230 000 chauffeurs de taxi, soit près de 20 % de moins que par rapport à mars 2019. Le secteur souffre d’une pénurie de personnel. Il attire de moins en moins alors que la demande est très forte.

Avec le retour à la normale après le Covid-19, les restrictions de voyage ont été assouplies et la demande dans le secteur des voyages a explosé, que ce soit pour le tourisme ou les affaires, entraînant une grave pénurie de chauffeurs de taxi au Japon.

L’institut de recherchr Teikoku Databank a mené une étude sur le nombre d’employés auprès de 2 428 sociétés de taxis et de voitures de location. 1 691 entreprises ont vu leur nombre de chauffeurs diminuer, soit 69,7 % par rapport à 2013. Parmi ces sociétés, 352, soit 14,5 %, ont connu une « diminution de plus de 50 % » du nombre de leurs employés depuis 2013.

Par préfecture, parmi les entreprises qui ont vu leur nombre d’employés diminuer d’au moins la moitié, c’est à Ibaraki que ce pourcentage est le plus élevé, avec 29,2 %, suivi de Kagawa avec 29 %, et de Nara avec 25 %. La situation n’est guère plus réjouissante pour les entreprises en zone urbaine, où la demande de taxis est normalement élevée. Dans les préfectures de Saitama et Osaka, ce nombre a diminué respectivement de 17,1 % et 16,9 %.

Nombre d’employés dans les sociétés de taxis par rapport à 2013

Au cours de l’année fiscale 2020 (avril 2020-mars 2021), lorsque la crise sanitaire a commencé, plus de 80 % des sociétés de taxis étaient dans le rouge. Mais au cours de l’exercice 2022, ce pourcentage n’était plus que de 46,7 %. Après la pandémie de coronavirus, la demande n’a pas seulement augmenté, mais elle s’est également accompagnée d’autres améliorations de l’environnement des sociétés de taxis, telles que l’augmentation du tarif minimum. Mais pour une hausse de salaire du personnel, c’est une autre histoire. Les finances du secteur ne le permettent pas, si bien que « les employés qui se sont réorientés vers d’autres entreprises du même secteur ou de secteurs différents pendant la pandémie ne reviennent pas » et la profession « n’intéresse guère la jeune génération ».

Devant un tel constat, il semble difficile de résoudre le problème de la pénurie de main-d'œuvre.

Au Japon, le covoiturage payant est interdit, mais le débat autour du sujet, avec ses avantages et ses inconvénients, prend de l’ampleur. Les conducteurs peuvent alors utiliser leur véhicule personnel pour effectuer des trajets moyennant rémunération. Mais cette pratique suscite des inquiétudes chez les chauffeurs de taxi. La profession craint notamment que « l’intensification de la concurrence n’entraîne le départ d’un plus grand nombre d’employés ». Enfin, elle souligne que « de nombreux problèmes concernant la sécurité » restent encore à résoudre.

Bénéfices et pertes des sociétés de taxis

(Photo de titre : Pixta)

transport société voiture main-d'œuvre taxi