« Ichigo Ichie » : chaque moment de vie est absolument unique

Le japonais Culture

L’expression japonaise ichigo ichie (一期一会) signifie littéralement « une rencontre unique dans la vie ». On pourrait aussi dire « un instant, une expérience ». Elle décrit le caractère précieux et absolument unique dont est dotée chaque moment de notre vie. Le mangaka Mokutan Angelo nous illustre cette expression avec une histoire.

L’expression Ichigo ichie tire son origine de la cérémonie du thé (sadô). Ce rituel peut avoir lieu plusieurs fois dans un même endroit, toujours avec les mêmes personnes, mais tous les participants doivent s’y immerger complètement, être présents en corps et en esprit, car chaque moment, chaque instant de vie, est unique et inédit.

De façon similaire, on pourrait dire que cela se reproduit aussi dans les relations que l’on a avec autrui : les rencontres sont ainsi conçues en tant que moment unique et particulier. Elles ont donc beaucoup d’importance. Même s’il s’agit de personnes que l’on voit assez fréquemment, comme de la famille ou des amis, ne les traiterions-nous pas mieux si l’on comprend que chaque moment vécu n’existe qu’une seule fois et ne se reproduira pas ?

Une telle façon de vivre peut aussi se transposer dans nos relations avec les animaux et la nature : il n’y aura jamais une même expérience répétée.

L’expression ichigo ichie propose alors un nouveau sens de connexion avec le monde.

Les personnages

Noriko, une jeune-fille collégienne, ingrate

Le père, un boulanger

Un jeune-homme apprenti boulanger

« Ouaaaah ! » Noriko était à table pour prendre le petit-déjeuner.
« Ouaaaah ! » Noriko était à table pour prendre le petit-déjeuner.

« Je n’aime pas les matins. »
« Je n’aime pas les matins. »

« Pouah ! »
« Pouah ! »

« Encore du pain ! C’est pénible… »
« Encore du pain ! C’est pénible… »

« J’en a marre de manger la même chose tous les jours… »
« J’en ai marre de manger la même chose tous les jours… »

6)	« Écoute, papa ! » Noriko est sorti de la salle à manger et elle est partie voir son père à la boulangerie, où il travaillait.
Noriko a pris le pain puis est partie voir son père à la boulangerie où il travaillait. 

7)	« Est-ce qu’il est là ? » Noriko a demandé en essayant de voir ce qui se passait derrière les rideaux de l’entrée. Son père donnait de leçon au jeune apprenti.
« Est-ce qu’il est là ? » Noriko cherchait son père en essayant de voir ce qui se passait derrière les rideaux de l’entrée. Il était en train de donner une leçon au jeune apprenti.

« Il faut que tu mémorise ça : même si le pain semble pareil, la façon dont tu le fais est différente à chaque jour. »
« Apprends ça : même si le pain semble être le même, la façon dont tu le fabriques est différente chaque jour. »

« Hein ? !» Ça c’était nouveau pour Noriko.
« Qu’est ce qu’il dit ? ! » Noriko n’avait jamais entendu ça.

10)	Son père continuait : « Il faut adapter la recette d’après la température qu’il fait dans la journée. Donc le pain n’est jamais pareil. Ok ? ».
Son père continuait : « Il faut adapter la recette en se basant sur la température qu’il fait dans la journée. Donc le pain n’est jamais pareil. Tu comprrends ? ».

11)	« A chaque jour, le pain est différent, aussi bien que les personnes. Tu sais, tout le temps des millions de cellules dans notre sang meurent et sont remplacées par d’autres nouvelles. ».
« Chaque jour, le pain est différent, tout comme les personnes. Dans notre sang, des millions de cellules meurent chaque minute, et elles sont remplacées par des nouvelles. ».

12)	« On a des clients qui reviennent chez nous tous les jours pour acheter du pain, et on doit les traiter bien parce que le pain est frais et nouveau – comme les clients eux-mêmes. ».
« On a des clients qui viennent chez nous tous les jours pour acheter du pain, et on doit donc les traiter correctement parce que le pain est frais et nouveau – comme les clients eux-mêmes. ».

« Je suis désolée, papa », pensait Noriko.
« Je suis désolée, papa », a pensé Noriko.

14)	Et elle a mangé son pain, en savourant chaque petit morceau
Et elle a mangé son pain, en savourant chaque bouchée.

Fin

(Scénario et illustrations de Mokutan Angelo)

zen culture développement personnel langue japonaise