Films à l’affiche

« La Vérité » de Kore-eda : réunir Deneuve et Binoche pour la première fois, mission accomplie pour le réalisateur japonais

Cinéma Échanges internationaux

Le réalisateur japonais Kore-eda Hirokazu, lauréat de la Palme d'or à Cannes en 2018, a relevé un défi ambitieux pour son dernier film La Vérité : celui de tourner en France avec deux des plus grandes stars du septième art du pays, à savoir Catherine Deneuve et Juliette Binoche. C'est un cas de figure inhabituel car le film a ensuite été doublé en japonais pour sa sortie dans les salles nippones. Le cinéaste et les doubleuses des deux actrices nous font part de leurs expériences.

Quand un cinéaste japonais réunit deux stars du cinéma français

Depuis qu’il a remporté la Palme d’or en 2018 pour Une affaire de famille, Kore-eda Hirokazu semble être au plus haut de sa carrière. Cette année, il a ouvert la 76e Mostra de Venise avec son dernier film, La Vérité (Shinjitsu). Aucun réalisateur japonais n’avait eu cet honneur avant lui. Et le réalisateur ne se repose pas sur ses lauriers : avec La Vérité, entièrement tourné en France, il rassemble pour la première fois Catherine Deneuve et Juliette Binoche.

La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA
La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA

Tout commence en février 2011, lors d’une visite de Juliette Binoche au Japon. Kore-eda l’avait déjà rencontrée par le passé, mais ils passent cette fois-ci plus de temps à se connaître, se faisant la promesse de tourner un jour ensemble. L’actrice s’imaginait que comme ses films précédents, le réalisateur écrirait un scénario se déroulant au Japon. Mais c’était sans compter sur l’imagination ambitieuse du réalisateur, qui s’était mis en tête de tourner un film en France, avec une équipe et des acteurs français.

Il faudra attendre plusieurs années, alors qu’il prenait un avion au retour de son voyage sur l’Hexagone en automne 2015, pour que l’intrigue du film s’impose à lui : une icône du cinéma publie son autobiographie, s’intitulant La Vérité, mais qui s’avère être remplie de mensonges. Le projet était encore au stade d’ébauche, mais Kore-eda imaginait déjà Catherine Deneuve incarnant le personnage principal, Juliette Binoche dans le rôle de sa fille et l’acteur américain Ethan Hawke dans celui de son mari. Le projet est ainsi né avec cette idée initiale très concrète.

Le réalisateur prend ensuite contact avec les deux actrices et discute avec elles à ce sujet. L’intrigue s’étoffe peu à peu. Il construit le personnage principal en s’inspirant d’entretiens qu’il a eus avec Deneuve. Quant à Ethan Hawke, après quelques démarches préliminaires, Kore-eda prend un vol pour New York depuis Cannes juste après sa consécration pour Une affaire de famille afin de le rencontrer. Nul doute que cette prestigieuse récompense a contribué au bon déroulement des discussions avec l’acteur américain.

Les autres comédiens ont été choisis par casting. Une fois l’équipe de tournage et les acteurs confirmés, la prochaine décision, particulièrement importante pour ce film, a été le lieu où se déroulerait la majeure partie du tournage. Après cherché non sans peine, c’est une maison avec jardin située en plein de cœur de Paris, avec vue sur une ligne de métro aérienne, qui a été choisie. Cette trouvaille rare et miraculeuse était parfaite pour servir de résidence à une star de cinéma.

KORE-EDA : J’ai passé une nuit tout seul dans cette maison après avoir ébauché le scénario. Je marchais d’une pièce à l’autre en répétant à voix haute les répliques. Je devais avoir l’air bizarre vu de l’extérieur... En arpentant la maison, j’ai réalisé qu’elle était bien plus grande que ce que je m’étais imaginé. Les répliques n’étaient pas suffisamment longues pour les scènes où les acteurs se déplaçaient du salon à une autre pièce ou quand ils se rendaient à l’extérieur depuis la cuisine. J’ai donc ajusté les dialogues en fonction de l’espace. Mais après qu’il a été traduit en français, le scénario a dû être revu une nouvelle fois parce que la longueur des répliques avait légèrement changé. Ces ajustements étaient très importants et ont pris du temps à finaliser. C’est sur cette partie du projet que j’ai le plus aimé travailler, même si elle a aussi été la plus compliquée.

La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA
Juliette Binoche et Catherine Deneuven réunis pour la première fois au cinéma. La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA

C’est ainsi que le rêve de Kore-eda de tourner en France s’est progressivement réalisé. Les dialogues, mis à part les répliques entre Hawke et Binoche, sont entièrement en français. Le seul élément qui démarque ce film d’autres productions françaises est le fait qu’il a été écrit et réalisé par un Japonais. Autre point notable, aucun réalisateur avant lui n’était parvenu à réunir Deneuve et Binoche dans un même casting. Malgré tout cela, Kore-eda a tourné son film sans changer ses habitudes.

KORE-EDA : Je n’ai jamais pensé imposer mon style ou ma personnalité dans ce film. Je me disais que si cela devait arriver, ce serait de manière naturelle. À aucun moment je me suis senti forcé de tourner un film français. C’est la même chose quand je tourne au Japon : je ne me dis jamais qu’il faut que je fasse un film japonais. Je me suis seulement contenté de me poser exactement les mêmes questions que quand je tourne au Japon : comment faire ressortir le plein potentiel des acteurs ? Comment faire pour qu’ils interagissent et créent ensemble une œuvre convaincante ? Comment tirer profit de la beauté de cette maison ? Là étaient toutes mes réflexions.

La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA
Ethan Hawke donne la réplique à Catherine Deneuve. La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA

Pour Deneuve, un personnage froid et hautain

La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA
La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA

La Vérité suit l’histoire de Fabienne (Catherine Deneuve), une célèbre actrice à la longue carrière qui publie son autobiographie. Pour l’occasion, sa fille Lumir (Juliette Binoche), qui habite aux États-Unis, revient en France avec sa famille. Lumir travaille comme scénariste à New York et son mari Hank (Ethan Hawke) est un acteur jouant dans des séries télévisées. Leur fille Charlotte rencontre sa grand-mère pour la première fois de sa vie. Lumir découvre que l’autobiographie comporte de nombreux mensonges qui ravivent d’anciens conflits mère-fille. En parallèle, Fabienne doit jouer dans un nouveau film avec une jeune actrice prometteuse, Manon (Manon Clavel), comparée à Sarah, une actrice décédée dans des conditions tragiques et qui a été une amie proche et rivale de Fabienne.

Les actrices, les doubleuses et le réalisateur lors de l'avant-première japonaise de La Vérité. De gauche à droite : Miyazaki Aoi, Catherine Deneuve, Miyamoto Nobuko, Juliette Binoche, Sasaki Miyu et Kore-eda Hirokazu (photo prise par Watanabe Reiko).
Les actrices, les doubleuses et le réalisateur lors de l’avant-première japonaise de La Vérité, le 3 octobre au cinéma Toho de Roppongi Hills. De gauche à droite : Miyazaki Aoi, Juliette Binoche, Miyamoto Nobuko, Catherine Deneuve, Sasaki Miyu et Kore-eda Hirokazu (photo : Watanabe Reiko)

La Vérité est un drame à l’intrigue finement ciselée qui se déploie autour des dialogues entre les personnages. Au centre de l’histoire, il y a Fabienne, incarnée par la grande Catherine Deneuve. Fabienne est une véritable diva qui n’a d’intérêt que pour son métier – et elle-même –, et qui se comporte sans se préoccuper des sentiments de ceux qui l’entourent. Elle n’est sauvée que par les traits d’humour qui accompagnent ses propos, sans quoi le public n’aurait que peu d’empathie pour elle. Miyamoto Nobuko et Miyazaki Aoi, qui ont doublé respectivement les voix de Fabienne et Lumir dans la version japonaise, discutent du rôle de Fabienne avec Kore-eda.

— Au début du film, il y a une scène où un journaliste interview Fabienne lors de la publication de son autobiographie. Les spectateurs comprennent d’emblée qu’elle est une grande actrice. Comment vous êtes-vous servi de vos entretiens avec Deneuve pour construire ce rôle ?

KORE-EDA : Dans le film, le journaliste demande à Fabienne quelle actrice lui a le plus fortement transmis son ADN, ce à quoi elle répond : « En France, je ne vois vraiment pas qui... ». Cette scène est directement tirée de nos discussions. Dans la réalité, je lui ai ensuite demandé s’il y avait quelqu’un à l’étranger, ce à quoi elle a répondu : « Kate Winslet et Naomi Watts ».

MIYAZAKI : C’est bien de la grande Catherine Deneuve de pouvoir sortir des noms comme ça... Moi je ne suis absolument pas dans la même position qu’elle, alors je n’y ai jamais pensé.

KORE-EDA Seule une actrice unique comme Deneuve, au sommet du cinéma français depuis près de 60 ans et ayant une confiance totale en elle-même, serait capable de donner une telle réponse.

Miyamoto Nobuko, qui prête sa voix au personnage de Fabienne dans la version japonaise de La Vérité.
Miyamoto Nobuko, doubleuse de Catherine Deneuve

— Fabienne estime que tant qu’elle donne des prestations convaincantes en tant qu’actrice, elle peut se permettre de mal se comporter en tant que mère ou amie. Que pensez-vous de cette manière de voir les choses ?

MIYAMOTO : Pourquoi ne pourrait-il pas y avoir certaines personnes qui pensent comme elle ? Je la comprends, même si je suis différente (rires). Je tente de me faire discrète dans la vie de tous les jours. Avant d’être actrice, je me considère comme une simple personne. C’est en pensant comme cela que je peux me donner entièrement dans mon travail d’actrice.

MIYAZAKI : C’est un genre de personne que je n’avais jamais rencontré auparavant. Il y en a peu comme cela au Japon.

MIYAMOTO : En effet, je n’en ai jamais rencontré non plus.

KORE-EDA Je me demande comment une telle personne pourrait vivre au Japon (rires).

MIYAMOTO : Le personnage de Fabienne doit être très marqué, sans quoi le film serait moins intéressant. J’aimerais bien traiter les gens autour de moi comme elle le fait (rires). Même si je sais que je n’en serais jamais capable. Sa fille et son entourage souffrent vraiment dans le film !

— Fabienne et Lumir ont une relation mère-fille très houleuse. Quelle a été votre expérience de doublage, en particulier pour les scènes où elles s’échangent des répliques acerbes ?

MIYAZAKI :  Il y a une définitivement une différence culturelle. Personne ne parle de manière aussi franche et directe au Japon. Je n’ai jamais connu ce genre de relation parent-enfant, aussi bien personnellement qu’autour de moi. Personnellement, c’était une façon complètement nouvelle et surprenante de communiquer, même si j’étais un peu surprise à l’idée qu’il existe des gens aussi directs dans leur manière de parler.

Miyazaki Aoi, doubleuse de Juliette Binoche
Miyazaki Aoi, doubleuse de Juliette Binoche

— Quels aspects du film ont été influencés par le fait de tourner avec des Français ?

KORE-EDA : Certains éléments de l’histoire proviennent de discussions avec les acteurs et le reste de l’équipe, qui m’expliquaient comment un Français se comporterait dans une situation ou une autre. Au Japon par exemple, un couple en visite chez l’une de leurs familles s’abstiendrait de dormir dans le même lit. Mais on m’a dit que c’était complètement normal en France, donc j’ai modifié la scène. À un moment donné, Fabienne demande même à sa fille : « Alors, combien de fois vous l’avez fait la nuit dernière ? ». C’est un dialogue que je ne pourrais pas écrire si on était au Japon !

L’importance de la voix

— Qu’avez-vous pensé de Manon Clavel, qui incarne la jeune actrice prometteuse qui joue Fabienne ?

MIYAMOTO : J’ai été frappée par sa voix extraordinaire. Je pense que je ne l’oublierai jamais.

KORE-EDA J’ai su qu’elle serait parfaite dès que j’ai l’entendu parler à l’audition. J’ai même changé le prénom du personnage pour le sien et réécrit le scénario pour prendre en compte sa belle voix grave.

Manon, jouée par Manon Clavel © 3B-Bunbuku-MI Movies-France 3 Cinema).
Manon, jouée par Manon Clavel. La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA

MIYAMOTO :  Le personnage de Manon a une présence formidable dans le film. C’est nécessaire, car sinon Fabienne ne serait pas autant préoccupée par elle. Je peux comprendre ses sentiments envers cette nouvelle venue !

KORE-EDA : La chose la plus importante pendant un casting, c’est la voix. Avant d’écrire le scénario, je rencontre autant que possible les acteurs afin de les écouter parler. Il est crucial d’arriver à écrire des dialogues convaincants pour leurs voix. Cette fois-ci, tout le monde, mis à part la jeune fille qui joue l’enfant de Lumir, s’est réuni pour lire le script. Je ne comprends pas le français, mais le timbre, les nuances et le rythme sont importants. Il fallait que je comprenne comment ces femmes de trois générations différentes allaient sonner ensemble.

— Comment avez-vous vécu l’expérience de doubler La Vérité ?

MIYAZAKI J’adore les films de M. Kore-eda, donc j’étais ravie de pouvoir participer à celui-ci. Regarder le film après avoir fini les doublages a été une drôle d’expérience : le visage sur l’écran était celui de Juliette Binoche, mais elle parlait avec ma voix... C’était un peu étrange au premier abord, mais agréable au final. Je regarde habituellement les films étrangers avec les sous-titres. Un film doublé offre une expérience différente car on n’a pas à suivre les sous-titres. Les informations arrivent directement par les oreilles, donc les yeux peuvent se concentrer sur les expressions des acteurs.

MIYAMOTO :  La plupart du temps, je regarde aussi les versions sous-titrées parce que je veux entendre les voix des acteurs. Je me suis demandé si j’étais la bonne personne pour travailler sur le doublage d’un film (rires). J’ai ressenti une grande responsabilité, mais en même temps je comprenais les émotions qu’éprouvaient Fabienne en tant qu’actrice et j’ai pu m’identifier à ses paroles dans le script. Je pense que M. Kore-eda est un réalisateur qui comprend très bien les actrices.

KORE-EDA :  Les dialogues dans la version doublée sont plus proches de mon script original en japonais avant qu’il ne soit traduit en français. Le français est grammaticalement plus structuré que le japonais et il a fallu couper une partie des sous-titres japonais dans de nombreux passages. On s’éloigne donc un peu du script original.

La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA
Kore-Eda dirige deux grandes stars du cinéma français. La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA

— Qu’est-ce qui vous a le plus frappé en travaillant avec deux grandes stars du cinéma français que sont Juliette Binoche et Catherine Deneuve ?

KORE-EDA : Elles ont des personnalités très différentes donc il a fallu que je trouve l’équilibre entre les deux. Juliette Binoche est une actrice qui refuse de s’arrêter tant qu’une scène n’est pas parfaitement jouée. Même si je lui affirme que la scène est dans la boîte, elle demande à chaque fois de faire une nouvelle prise. Je la laissais donc toujours tourner une prise en plus, même si la précédente était déjà bonne !

Catherine Deneuve est totalement différente. « Cette prise est la meilleure, inutile de la tourner à nouveau », disait-elle avant même que je prenne ma décision. Mais elle avait toujours raison (rires). Mon rôle consistait à maintenir l’équilibre entre les deux actrices. Mais je n’ai pas vraiment eu à intervenir souvent car Ethan Hawke était toujours là pour aider au bon déroulement du tournage. Je lui dois beaucoup ! De plus, avoir un enfant sur le plateau a aussi été bénéfique.

(Interview et texte de Watanabe Reiko et Matsumoto Takuya, de Nippon.com. Photos : Nagasaka Yôshiki, sauf mentions contraires)

La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA
La Vérité ©2019 3B-Bunbuku-MI MOVIES-FRANCE 3 CINEMA

Le film

  • Acteurs et actrices : Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Ethan Hawke, Ludivine Sagnier, Manon Clavel, Clémentine Grenier
  • Réalisateur/scénariste : Kore-Eda Hirokazu
  • Année de production : 2019
  • Site officiel

Bande-annonce

France cinéma