Inoue Naoya, le « monstre » de la boxe japonaise

Sport

En 18 combats, 18 victoires depuis ses débuts professionnels, le boxeur japonais Inoue Naoya poursuit son ascension fulgurante. Il vise dorénavant le « véritable » titre mondial des poids coq, sous les yeux très attentifs des professionnels et des amateurs du monde entier.

L’ascension d’Inoue Naoya, le n°1 de la boxe professionnelle au Japon aujourd’hui est décidément irrésistible. Il est l’actuel détenteur des titres de champion du monde poids coq de la World Boxing Association (WBA) et de l’International Boxing Federation (IBF). 18 combats, 18 victoires dont 16 KO. Jamais battu. Surnommé « le monstre ». Depuis son impressionnante victoire par KO lors du combat pour le titre mondial, son appréciation n’a cessé de croître à l’étranger. Le très renommé magazine américain The Ring, qui fait autorité en la matière, le classe 4e boxeur mondial actuel de son classement Pound For Pound (« toutes catégories de poids confondues »).

Domination technique dans tous les compartiments du combat

La force d’Inoue réside dans sa puissance de frappe, sa vitesse et son niveau technique hors pair. Son style est extrêmement orthodoxe. Ce n’est pas lui qui va jouer de techniques louches ni d’envolées non-conventionnelles sur le ring. Il est le boxeur par excellence qui se définit par des gestes techniques basiques, mais portés à leur plus haut niveau de perfection.

Yamanaka Shinsuke, ancien champion du monde WBC, lui aussi en poids coq, explique :

« Inoue peut mettre son adversaire KO avec n’importe quel coup de poing : droit, crochet, haut, du droit comme du gauche. Pour dire les choses plus exactement, il est capable de se mettre dans la position idéale pour frapper tous les coups avec un maximum d’efficacité. La boxe, c’est le jeu de jambes, les enchaînements, éviter les coups de l’adversaire. Mais dès que vous bougez, vous mettez votre équilibre en danger. De façon générale, il est difficile de mettre de la puissance dans un coup en l’asseyant solidement sur le poids de tout son corps. Inoue, lui, le fait sans problème. C’est là où il est vraiment remarquable. »

En outre, Inoue excelle à anticiper les mouvements de ses adversaires. Certains spécialistes disent de lui : « Il est comme un maître des arts martiaux traditionnels. »

À priori, ces atouts font d’Inoue un génie de la boxe. Et pourtant, son père et entraineur, Inoue Shingo, ne le voit pas comme ça.

« Parler de génie, c’est ne regarder que le résultat. Naoya n’est pas du tout un génie. C’est parce que je lui ai répété cent fois la même chose depuis qu’il est tout petit, c’est à force d’entraînement, parce qu’il a répété et répété les gestes qu’il n’arrivait pas à faire, qu’aujourd’hui il a acquis cette compétence. »

Son père lui a appris les bases et l’indépendance

Inoue avait 6 ans quand il a commencé la boxe. À l’époque, son père s’entraînait pour participer à des compétitions de boxe amateur. C’est en le voyant qu’il a dit à son père : « Moi aussi, je veux boxer. »

Pour l’entraînement de Naoya, son père a axé son enseignement uniquement sur les fondamentaux. Ce qu’il n’arrivait pas à faire, il le lui a fait répéter autant de fois que nécessaire jusqu’à ce qu’il y arrive. Quel que soit le sport, il n’y a rien de plus difficile que de faire les choses évidentes comme si elles étaient évidentes. Mais dans la famille Inoue, on les a poussées à un degré d’exigence et de perfection inégalé. Aujourd’hui encore, alors qu’il est au sommet de la boxe professionnelle, Inoue inclut toujours les mouvements de base dans sa routine. Il n’y a pas de perfection sans constance dans l’effort, c’est clair.

Inoue Naoya, le 3 mai 2019, en plein entraînement de le centre de boxe Ôhashi, à Yokohama (Jiji Press)
Inoue Naoya, le 3 mai 2019, en plein entraînement dans le centre de boxe Ôhashi, à Yokohama (Jiji Press)

Il est également évident que l’une des clés du succès d’Inoue Naoya vient de ce que son père Shingo a toujours respecté l’indépendance de ses enfants. Déjà, comme il le déclare lui-même : « Je n’avais jamais pensé faire pratiquer la boxe à mes enfants. »

Ce que Naoya confirme : « Je n’ai jamais eu le sentiment que mon père me forçait à boxer. Un jour, lors d’un tournoi, j’étais collégien à l’époque, j’ai vu un boxeur se faire crier dessus et se faire frapper par son entraîneur. Ça m’a choqué. C’est un coup à vous faire détester la boxe, non ? Alors que vous l’avez justement commencé parce que vous aimiez... On ne continue pas, quand on est traité comme ça. »

C’est parce que c’est la voie qu’il avait lui-même choisie qu’il a pu poursuivre malgré la sévérité du coaching de son père.

Devenir le meilleur du monde sans concéder une seule défaite

Ce n’est qu’après le lycée qu’Inoue s’est entièrement donné à la boxe, et que le public a pris conscience de son potentiel. Après plusieurs victoires successives en tournoi national amateur, et alors qu’il était encore en troisième année de lycée à l’époque, il fut sélectionné dans l’équipe japonaise pour participer aux championnats du monde catégorie sénior, c’est-à-dire la plus haute compétition mondiale de boxe amateur.

Après être passé professionnel à 18 ans et avoir acquis son surnom « Le Monstre », il est devenu champion du Japon à son quatrième combat, champion Orient and Pacifique Boxing Federation (OPBF) à son cinquième, et champion du monde à son sixième, soit l’ascension la plus rapide jamais vue pour un boxeur japonais jusqu’au titre mondial. Les victoires se sont enchaînées : titre mondial dans deux catégories de poids, puis dans trois, ce qui le fait aujourd’hui considérer comme le plus grand boxeur japonais de tous les temps.

Aujourd’hui, âgé de 26 ans, Inoue Naoya participe au tournoi World Boxing Super Series (WBSS), tournoi qui réunit les champions du monde des 4 fédérations internationales, la WBA, la WBC, l’IBF et la WB. Le concept de la compétition est de décider véritablement le meilleur boxeur dans chaque catégorie. Bref, quelque chose comme la coupe du monde de la boxe, d’où l’extrême popularité de l’événement dans le monde entier.

La boxe japonaise a déjà connu un âge d’or. C’était il y a un demi-siècle. L’apparition d’autres événements de sports de combat professionnels ont ensuite fait baisser la popularité de la boxe, au fur et à mesure que le monde des sports de combat prenait le virage du divertissement. Ces dernières années, le nombre d’organisations accréditées pour organiser des combats et des compétitions a augmenté, le nombre de champions du monde est devenu tellement important que plus aucun n’a réellement l’autorité du boxeur le plus fort. Sans compter que les chaînes TV ont renoncé à payer des frais de diffusion élevés, rendant l’environnement de la boxe de plus en plus difficile.

Inoue est la star que tout le monde attend pour dépasser cette situation, et la WBSS la plateforme qui l’attend.

« Moi, je crée une véritable performance sur le ring, et avec moi, les spectateurs repartent contents. Plus les victoires par KO s’enchainent, plus l’attente est grande pour en voir d’autres. Ça crée une pression énorme. Mais si vous me demandez : “Vous ne ressentez pas trop la pression ?”, moi je vous réponds : “La pression ? Mais c’est mon plat favori, la pression !” ».

Inoue le 21 mai 2019 à l’aéroport de Haneda (Tokyo), à son retour de la demi-finale du tournoi WBSS  (Jiji Press).
Inoue le 21 mai 2019 à l’aéroport de Haneda (Tokyo), à son retour de la demi-finale du tournoi WBSS (Jiji Press)

En mai 2019, lors de la demi-finale du tournoi WBSS des poids coq, Inoue a battu Emmanuel Rodriguez par KO technique à 1 minute et 19 secondes dans le 2e round. En finale, qui aura lieu le 7 novembre, il affrontera le Philippin Nonito Donaire au Saitama Super Arena. Les attentes pour une performance exceptionnelle du « monstre » sont au plus haut.

(Photo de titre : Inoue Naoya en combat contre Emmanuel Rodriguez, en demi-finale du tournoi WBSS poids coq ; 18 mai 2019, Glasgow, Écosse. Reuters/Aflo)

sport boxe