Kishida Fumio élu Premier ministre, son gouvernement dévoilé

Politique

Tokyo, Japon | AFP

par Etienne BALMER

Kishida Fumio, 64 ans, le nouveau chef du parti au pouvoir au Japon, a été élu lundi Premier ministre par le Parlement et a dévoilé peu après son gouvernement, composé de vétérans comme de nouveaux venus à ce niveau.

Kishida Fumio en conférence de presse le 29 septembre 2021 (AFP).
Kishida Fumio en conférence de presse le 29 septembre 2021 (AFP).

M. Kishida a remporté 311 voix à la Chambre basse de la Diète, contre 124 voix pour le principal leader de l’opposition, Edano Yukio. La Chambre haute l’a aussi largement plébiscité avec 141 voix, contre 65 pour M. Edano.

Le gouvernement sortant dirigé par Suga Yoshihide, 72 ans, avait démissionné en bloc dans la matinée. Quittant le pouvoir au bout d’un an seulement, M. Suga était devenu très impopulaire pour sa gestion critiquée de la crise sanitaire et son maintien coûte que coûte des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo cet été. (Voir notre article : L’impopulaire Premier ministre Suga jette l’éponge : comment a-t-il causé sa propre perte ?)

M. Kishida a assuré lundi de sa “forte détermination” à relever les nombreux défis qui l’attendent.

Il a en effet du pain sur la planche, notamment pour accélérer la reprise économique du Japon tout en évitant une recrudescence de la crise sanitaire, et faire face à un contexte géopolitique régional tendu, avec la menace nord-coréenne et les ambitions de la Chine.

(Voir notre article : Kishida Fumio, le 100e Premier ministre du Japon : le profil du nouveau chef du gouvernement)

Législatives le 31 octobre ?

Ayant fait consensus au sein du Parti libéral-démocrate (PLD, droite conservatrice), cet ancien ministre des Affaires étrangères devra conduire sa formation à des élections législatives devant être organisées en novembre au plus tard.

Même s’il risque de perdre des sièges, le PLD est quasiment assuré de les remporter de nouveau face à une opposition fragmentée.

L’élection à la Chambre basse du Parlement pourrait se tenir le 31 octobre, soit plus tôt que ce qui était attendu, rapportaient lundi les médias nippons.

Le chef du Parti libéral démocrate Kishida Fumio (debout, au centre) est applaudi après avoir été élu Premier ministre du Japon, à Tokyo le 4 octobre 2021 (AFP).
Le chef du Parti libéral démocrate Kishida Fumio (debout, au centre) est applaudi après avoir été élu Premier ministre du Japon, à Tokyo le 4 octobre 2021 (AFP).

Le nouveau gouvernement, composé de 21 membres avec M. Kishida (moyenne d’âge: 61,8 ans), révèle une certaine continuité avec l’équipe sortante et l’influence de deux grandes factions du PLD: celle dirigée par l’ex-Premier ministre Abe Shinzô, 67 ans, et celle du ministre sortant des Finances, Asô Tarô, 81 ans.

Le soutien des parlementaires de ces deux factions avait été décisif pour la nette victoire de M. Kishida au second tour de l’élection interne du PLD la semaine dernière.

Le nouveau ministre des Finances, Suzuki Shunichi, 68 ans, est ainsi le beau-frère d’Asô Tarô et fait partie de sa faction au sein du PLD. Cet ancien ministre de l’Environnement et des Jeux olympiques est par ailleurs fils d’un Premier ministre, Suzuki Zenkô, en poste au début des années 1980.

L’actuel chef de la diplomatie nippone, Motegi Toshimitsu, 65 ans, a conservé son poste, tout comme Kishi Nobuo à la Défense. Agé de 62 ans, M. Kishi est le frère cadet d’Abe Shinzô.

Trois femmes ministres

Matsuno Hirokazu, 59 ans, ancien ministre et membre de la faction de M. Abe, a été nommé au poste-clé de secrétaire général du gouvernement.

Quelques nouvelles têtes ont également été installées pour la première fois à la tête d’un ministère. Et un nouveau portefeuille (Sécurité économique) a été créé, reflétant les inquiétudes grandissantes des responsables nippons vis-à-vis de la concurrence technologique chinoise.

Trois femmes seulement entrent au gouvernement. Parmi elles, Noda Seiko, 61 ans, arrivée quatrième et dernière à l’élection interne du PLD. Elle sera chargée de lutter contre la dénatalité et les inégalités hommes-femmes, ses thèmes de prédilection.

Noda Seiko lors d'un débat du Parti libéral démocrate le 20 septembre 2021 (AFP).
Noda Seiko lors d’un débat du Parti libéral démocrate le 20 septembre 2021 (AFP).

“Le gouvernement de M. Kishida vise un équilibre” entre les grandes factions et générations au sein du PLD, cela “reflète la volonté de M. Kishida de ne pas se faire d’ennemis”, a commenté dans une note Makino Junichi, économiste chez SBMC Nikko Securities.

M. Kishida a aussi remplacé l’équipe dirigeante du PLD en fin de semaine dernière. Le nouveau numéro deux du parti est Amari Akira, 72 ans, un ancien ministre de l’Economie, tandis que l’ultra-nationaliste Takaichi Sanae, 60 ans, arrivée troisième à l’élection interne du PLD et proche d’Abe Shinzô, a été nommée responsable de la stratégie du parti.

Quant au finaliste malheureux de ce scrutin interne, Kôno Tarô, 58 ans, qui était pourtant plus populaire que M. Kishida auprès de la base du PLD et du grand public, il s’est vu octroyer la responsabilité de la communication du parti, un poste mineur.

Kishida Fumio après une conférence de presse le 29 septembre 2021 (AFP).
Kishida Fumio après une conférence de presse le 29 septembre 2021 (AFP).

© Agence France-Presse

politique élection AFP Kishida Fumio