Au Japon, une patrouille de chiens veille sur les enfants

Société

Tokyo | AFP

Igarashi Yurika, 12 ans, peut compter sur un fidèle garde du corps quand elle rentre de l’école à Tokyo : Sakura, un caniche faisant partie d’une patrouille de chiens, comme dans la série animée pour enfants « La Pat’Patrouille ».

Des membres de la patrouille « Wan Wan » (« ouaf ouaf » en japonais), dans une rue de Tokyo, le 14 juillet 2021
Des membres de la patrouille « Wan Wan » (« ouaf ouaf » en japonais), dans une rue de Tokyo, le 14 juillet 2021

Cette initiative de propriétaires de chiens du quartier vise à la fois à créer davantage de liens entre les résidents et à leur donner un sentiment de sécurité.

« Bien sûr, c’est amusant de se promener avec les chiens mais je sens aussi qu’ils me protègent », raconte Yurika à l’AFP.

Des membres de la patrouille« Wan Wan » dans une rue de Tokyo, le 14 juillet 2021
Des membres de la patrouille« Wan Wan » dans une rue de Tokyo, le 14 juillet 2021

Sakura fait partie d’une patrouille locale de 150 chiens appelée « Wan Wan » (« ouaf ouaf » en japonais). Il en existe d’autres de ce type au Japon mais c’est l’une des plus anciennes.

Cette action a démarré « uniquement grâce à des volontaires, donc les propriétaires individuels participent quand ils peuvent et font porter à leurs chiens la même écharpe » distinctive de couleur verte, explique la responsable de la patrouille Shimizu Keiko.

Cela peut rendre le quartier plus sûr, selon elle.

Les petits chiens de la patrouille canine apportent un certain apaisement dans le cœur des résidents du quartier (AFP)
Les petits chiens de la patrouille canine apportent un certain apaisement dans le cœur des résidents du quartier (AFP)

La plupart des propriétaires de chiens sont des parents d’élèves ou d’anciens écoliers mais beaucoup participent aux rondes simplement en tant qu’habitants du quartier.

« Cette activité nous aide à mieux nous connaître et à devenir de bons voisins, et je sens que cet endroit demeure sûr de cette façon », déclare Takeuchi Michiko, propriétaire de Kojiro --un caniche croisé bichon maltais-- et mère d’un écolier.

Comme ils empruntent chaque jour le même chemin à des heures régulières, les membres de la « Pat’Patrouille » repèrent rapidement quelque chose d’inhabituel, affirme Mme Shimizu.

Takeuchi Michiko (c) et Kojiro, son caniche croisé bichon, membre de la patrouille « Wan-Wan », le 14 juillet 2021 à Tokyo
Takeuchi Michiko (c) et Kojiro, son caniche croisé bichon, membre de la patrouille « Wan-Wan », le 14 juillet 2021 à Tokyo

Un jour, « un membre a découvert une personne âgée qui était décédée seule chez elle, en s’apercevant que la lumière était toujours allumée un matin » dans son domicile, raconte-t-elle.

« Le fait que des voisins veillent à la sécurité des enfants est une grande aide », salue le directeur de l’école élémentaire locale Ameie Jun.

« Les parents apprécient que beaucoup de gens du quartier s’en soucient (...) surtout ces temps-ci où on entend beaucoup parler d’actes criminels concernant des enfants », insiste-t-il.

Le Japon a toutefois la réputation d’être l’un des pays les plus sûrs au monde.

Le manque de liens sociaux dans les grandes villes japonaises, notamment pour les personnes âgées, est par ailleurs un problème de taille pour ce pays connaissant un fort vieillissement démographique.

L’écolier Takeuchi Kentô et son chien Kojiro, lors d’une patrouille matinale près d’une école élementaire, le 14 juillet 2021 à Tokyo
L’écolier Takeuchi Kentô et son chien Kojiro, lors d’une patrouille matinale près d’une école élementaire, le 14 juillet 2021 à Tokyo

© Agence France-Presse

sécurité société école enfant chien AFP