Emmanuel Macron reçu à Tokyo par le Premier ministre japonais

International Tokyo 2020

Tokyo, Japon | AFP 

Le président français Emmanuel Macron, en visite depuis vendredi à Tokyo pour l’ouverture des Jeux olympiques, s’est entretenu samedi avec le Premier ministre japonais Yoshihide Suga avant de rencontrer quelques grands patrons d’entreprises nippones, dont celui de Nissan.

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga et le président français Emmanuel Macron le 24 juillet 2021 à Tokyo (AFP).
Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga et le président français Emmanuel Macron le 24 juillet 2021 à Tokyo (AFP).

Dans la matinée, le chef de l’Etat français a assisté à un combat de judo dans le cadre des JO.

MM. Macron et Suga, qui se sont rencontrés dans le palais néo-baroque d’Akasaka au coeur de Tokyo, n’ont pas fait de commentaire à la presse.

Sur Twitter, M. Macron a vanté le partenariat « d’exception » unissant la France et le Japon. « A l’heure où nous luttons tous contre le virus, où nous engageons la relance, ce partenariat est une force“.

Tokyo: Macron rencontre le Premier ministre japonais Suga (AFP).

Dans une déclaration conjointe publiée après leur entrevue, MM. Macron et Suga ont rappelé l’importance de réaliser un « Indo-Pacifique libre et ouvert, inclusif et fondé sur l’Etat de droit », alors que les ambitions de la Chine dans la région suscitent des inquiétudes tant du côté japonais que parmi les puissances occidentales.

Ils ont aussi évoqué la coopération franco-japonaise dans la lutte contre le réchauffement climatique qui n’est « pas une contrainte mais un vecteur d’innovation et de création d’emplois », et ont exprimé le souhait de « renforcer » les liens économiques et commerciaux entre les deux pays.

Rencontre entre le président français Emmanuel Macron (centre G) et le Premier ministre japonais Yoshihide Suga (centre D) le 24 juillet 2021 à Tokyo (AFP).
Rencontre entre le président français Emmanuel Macron (centre G) et le Premier ministre japonais Yoshihide Suga (centre D) le 24 juillet 2021 à Tokyo (AFP).

Sur le dossier épineux des enlèvements parentaux au Japon, le communiqué commun est laconique: la France et le Japon « s’engagent à renforcer leur dialogue, dans l’intérêt supérieur des enfants ».

Cette pratique tolérée et courante au Japon, où le principe de la garde partagée n’existe pas légalement, a été de nouveau médiatisée avec la grève de la faim entamée il y a deux semaines par Vincent Fichot, un Français résidant à Tokyo qui n’a plus vu ses deux enfants depuis que sa femme japonaise a quitté leur domicile avec eux il y a bientôt trois ans.

Des conseillers de M. Macron avaient rendu visite jeudi à M. Fichot qui campe nuit et jour devant une gare proche du stade olympique de Tokyo.

Interrogé jeudi par l’AFP, M. Fichot s’était dit « déçu » de cette rencontre et compte continuer son action.

Vincent Fichot, un Français résidant à Tokyo empêché de voir ses enfants depuis leur enlèvement par leur mère japonaise en 2018, le 10 juillet 2021 à Tokyo où il observe une grève de la faim (AFP).
Vincent Fichot, un Français résidant à Tokyo empêché de voir ses enfants depuis leur enlèvement par leur mère japonaise en 2018, le 10 juillet 2021 à Tokyo où il observe une grève de la faim (AFP).

Les autorités françaises « n’ont pas de mauvaise volonté, mais cette volonté n’est pas assez forte » pour faire réellement pression sur le Japon, qui selon M. Fichot et de nombreux autres parents dans sa situation, ne respecte pas ses engagements internationaux sur le droit des enfants. « J’ai besoin de résultats, pas d’actes symboliques », avait-il ajouté.
Le président français a ensuite vanté l’attractivité économique de la France auprès de quelques patrons de grandes entreprises japonaises conviés, dont le directeur général de Nissan, Uchida Makoto.

Dans la matinée, M. Macron a assisté au combat de la judokate française Shirine Boukli (catégorie des -48 kg), battue d’entrée par la Serbe Milica Nikolic. 

Il devait voir du basket féminin 3x3 en fin d’après-midi avant de s’envoler pour la Polynésie française en début de soirée.

© Agence France-Presse

France international Tokyo 2020 Suga Yoshihide AFP Emmanuel Macron