JO-2020: A Miyagi, un match de football avec des spectateurs

Sport Tokyo 2020

Sendai, Japon | AFP

Les Jeux olympiques de Tokyo se déroulent en très grande partie à huis clos, sauf pour des rencontres de football disputées dans le nord du Japon, à Miyagi: “On ne voulait pas manquer cette occasion”, a expliqué samedi à l’AFP l’un des spectateurs du match entre le Brésil et les Pays-Bas.

A l’image de la cérémonie d’ouverture qui s’est déroulée vendredi dans un stade de 68.000 places quasiment vide, les JO-2020 sont des Jeux majoritairement sans spectateurs.

Une décision prise par les autorités japonaises pour endiguer une possible explosion de la pandémie et pour rassurer une population inquiète à l’idée d’accueillir des sportifs, et des spectateurs, venus du monde entier.

Début juillet, le gouvernement nippon a décidé de remettre en place un état d’urgence sanitaire à Tokyo, ainsi que dans trois départements voisins (Chiba, Saitama et Kanagawa) jusqu’au 22 août, un dispositif qui englobera ainsi toute la période des JO.

Alors que les premières épreuves se sont déroulées, depuis le 21 juillet, sans public, ils étaient plusieurs milliers à se presser samedi pour suivre le match du tournoi féminin de football entre le Brésil et les Pays-Bas, avec une limite fixée à 10.000 spectateurs.

“C’est mon premier match, je suis vraiment impatient. C’est vrai que les chiffres sur la progression du nombre de contaminations au Covid-19 m’inquiètent, mais j’ai quand même décidé de venir avec un ami et d’en profiter”, a expliqué Koji Abe, un spectateur de 70 ans, venu d’une ville voisine.

“Cela aurait été mieux de repousser les Jeux de quelques mois”, a-t-il toutefois estimé.

Masa et Hiro Numakura sont eux venus exprès de Tokyo pour assister à ce match: “On ne voulait pas manquer cette occasion”, a expliqué cet employé de banque.

Pour prendre place en tribune, les spectateurs ont dû respecter des règles strictes: “On n’a pas le droit de crier, juste d’applaudir”, a-t-il rappelé.

ab/sah/kaf/jr/fby

© Agence France-Presse

Tokyo 2020 AFP