JO-2020: le surf et le skateboard officiellement sports olympiques

Sport Tokyo 2020

TokyoJapon | AFP

Le surf et le skateboard ont fait leurs débuts officiels dans le programme olympique dimanche, avec les premières épreuves disputées dans le cadre des JO de Tokyo, en attendant les premiers titres en natation.

C’est à Chiba à une centaine de kilomètres à l’extrême est de Tokyo et depuis 7h00 du matin locales que vingt surfeurs puis autant de surfeuses défient des vagues olympiques.

Le Brésilien Italo Ferreira est devenu le premier surfeur olympique de l’histoire en ouvrant ce premier tour préliminaire.

Si la météo, élément plus que déterminant dans cette discipline, le permet, les premiers champions olympiques de l’histoire seront connus mercredi. Johanne Defay, chez les dames, et Jérémy Florès, qui devra toutefois passer par les repêchages après un premier tour raté, peuvent y croire dans le camp français.

“Ce que les gens vont découvrir, c’est que si on est autant accro c’est parce qu’on n’a jamais les mêmes conditions, on est toujours à la recherche de ces vagues parfaites. On a toujours ces grandes discussions avant la compétition: +alors t’as vu les forecast? (prévisions météo)+”, a raconté Defay à son arrivée dans l’archipel.

Dès mardi, une grosse dépression, qui pourrait même devenir un typhon, est d’ailleurs attendue sur Tokyo et sa région.

Le skate, lui, décerne son premier titre dès ce dimanche avec l’épreuve de street messieurs. C’est le Brésilien Gustavo Felipe qui a eu l’honneur du premier “run”, juste avant celui du Français Vincent Milou.

Le street consiste en un enchaînement de figures dans une aire reproduisant le mobilier urbain (rampes, escaliers, bancs, etc.).

Le surf et le skate sont deux des cinq sports additionnels lors de ce rendez-vous japonais.

Sport historique celui-là, la natation va distribuer ses premiers titres olympiques en matinée, sur un total de 35 dans la semaine.

Afin de permettre aux téléspectateurs américains de suivre les épreuves à des heures favorables, les organisateurs ont ainsi décidé d’inverser l’ordre des épreuves. Il faudra que les nageurs soient bien réveillés pour briller lors des finales disputées le matin, après des séries la veille au soir.

A 10h30 locales (03h30 heure de Paris) plongeront les spécialistes du 400 m 4 nages messieurs pour le premier titre.

Programmé pour Paris-2024, Léon Marchand, 19 ans, s’est sorti des séries. “C’était génial, j’ai kiffé mon moment”, avait-il réagi samedi soir après avoir obtenu son billet pour la finale. 

Le 400 m libre messieurs, le 400 m 4 nages dames et le relais 4x100 m dames complètent le programme des finales du jour.

Les autres grands rendez-vous de cette journée aux 18 finales olympiques, seront pour les Bleus les valeurs sûres.

Après la première médaille de la délégation tricolore samedi, le bronze du judoka Luka Mkheidze (-60 kg), la France compte toujours en judo sur Amandine Buchard, chez les -52 kg.

En escrime, l’épéiste Yannick Borel, notamment, a la tâche de faire oublier la désillusion des éliminations au premier tour samedi de ses deux compatriotes.

Et puis Céline Goberville, au tir (pistolet 10 m) peut se rappeler au bon souvenir de Londres-2012, où elle avait remporté la première médaille française, en argent. Mathilde Lamolle peut aussi être ambitieuse à ses côtés.

Enfin, dans les sports collectifs, le match du jour sera indéniablement programmé en basket. En soirée (21h00 locales, 14h00 française), les Bleus qui doivent se passer de neuf membres de leur encadrement, isolés car cas contact depuis le 19 juillet, affrontent les redoutables américains.

Des stars NBA des deux côtés du parquet qui promettent une belle rencontre dans la salle de Saitama, au nord de Tokyo.

ep/fbr/dif

Tokyo 2020 AFP