JO-2020/Canoë kayak en ligne: pour Hostens et Guyot, une 7e place qui laisse des regrets

Sport Tokyo 2020

Manon Hostens (g) et Sarah Guyot lors des séries du 500 m kayak biplace (K2) des Jeux de Tokyo, le 2 août 2021. AFP
Manon Hostens (g) et Sarah Guyot lors des séries du 500 m kayak biplace (K2) des Jeux de Tokyo, le 2 août 2021. AFP

Tokyo, Japon | AFP

Après une très bonne demi-finale, Manon Hostens et Sarah Guyot ont dû se contenter de la 7e place de la finale de l’épreuve du 500 m kayak biplace (K2) des Jeux olympiques de Tokyo mardi, remportée par les Néo-Zélandaises.

La Néo-Zélandaise Lisa Carrington, qui ramait avec sa compatriote Caitlin Regal, venait d’être sacrée championne olympique du kayak monoplace (K1) sur 200 m, à peine une heure plus tôt.

Les Polonaises Karolina Naja et Anna Pulawska ont terminé deuxièmes, et les Hongroises Danuta Kozak et Dora Bodonyi, troisièmes.

Les deux Françaises, championnes d’Europe 2018 de la discipline, ont exprimé après la course un peu de “frustration” et de “déception”, d’autant plus qu’elles s’étaient classées 3e de leur demi-finale au Sea Forest Waterway, un canal entre deux îles artificielles dans la baie de Tokyo.

“Aujourd’hui, il y a eu deux sensations”, résume Sarah Guyot. Il y a eu “les super sensations de demi-finale, où on a été vraiment dans le coup et où on était vraiment satisfaites, et la finale où on est complètement à l’opposé et vraiment, on ne sait pas ce qui s’est passé, on ne comprend pas”, avoue la Vannetaise de 30 ans.

“Il y avait des petites choses à rectifier par rapport à la demie, mais les bases étaient vraiment solides, on a réussi à bien partir”, enchaîne Manon Hostens. 

“On avait l’envie, on était libéré, on arrivait à bien se trouver, à bien glisser”, dit la Périgourdine de 27 ans.

“Ce qu’on avait vraiment travaillé, c’était le train de course et l’engagement sur le milieu de course. Sur la série et la demie, on les avait bien faits. Là, on a fait la même chose, mais on était un cran derrière, on ne sait pas trop ce qu’il s’est passé”, avoue-t-elle.

La compétition continue pour les deux coéquipières, qui concourront aussi en K4 500 m vendredi, avec Léa Jamelot et Vanina Paoletti.

“Il reste des courses, on va bien faire le bilan, digérer et repartir”, annonce Manon Hostens.

Chez les hommes, Etienne Hubert a terminé 7e de la finale de classement du kayak monoplace (K1) 1000 m, après avoir raté la qualification en terminant 6e de sa demie. 

La finale a été remportée par le Hongrois Balint Kopasz.

mac/jr/lrb

© Agence France-Presse

Tokyo 2020 AFP