JO-2020: Steven Da Costa pour une première et pour l’histoire du karaté

Sport Sport Tokyo 2020

Le Français Steven Da Costa, champion du monde du karaté, le 9 juin 2021, lors d'un shooting photo à Paris. AFP
Le Français Steven Da Costa, champion du monde du karaté, le 9 juin 2021, lors d’un shooting photo à Paris. AFP

Paris, France | AFP

par Thomas BACH

“Ce serait une grande déception de ne pas rentrer avec l’or”: pour la première et probablement unique présence du karaté aux Jeux, Steven Da Costa n’a qu’un seul objectif à Tokyo: la plus haute marche du podium pour devenir le premier karatéka champion olympique.

La longue quête olympique du karaté, entamée en 2000, va enfin se concrétiser à partir de jeudi et la discipline ne pouvait rêver plus bel écrin, avec le Nippon Budokan, temple mythique des arts martiaux.

Mais aussi longue à se dessiner, cette quête va également connaître une fin abrupte puisqu’à peine intégré au programme olympique, le karaté ne sera plus présent aux Jeux de Paris dans trois ans.

“Les Jeux, c’est le Graal pour tout athlète, malheureusement, ils ont un goût particulier”, regrette pour l’AFP Steven Da Costa, l’une des têtes d’affiche internationale de la discipline.

“C’est amer. On a très peu de place, il y a le virus, ce sont les premiers/derniers. Il y a beaucoup de déception. Quelque chose qui est justifié, on peut être triste mais pas déçu. Quand ce n’est pas justifié, on est déçu”, glisse-t-il à propos de l’absence de la discipline en 2024.

“On va retourner dans l’ombre. Avant, c’était comme ça et on avait connu que ça. Là, c’est comme si on nous donnait une sucette et qu’on nous la retire. Le contre-coup ce sera compliqué”, ajoute-t-il.

Père novice puis entraîneur

Champion du monde à Madrid en 2018 dans sa catégorie (-67 kg), le Lorrain de 24 ans affiche clairement ses ambitions: “J’y vais pour l’or et pour rien d’autre.”

“Bien sûr, ce serait une grande déception de ne pas rentrer avec l’or, parce que j’y vais pour l’or, pas pour l’argent ou le bronze”, insiste celui qui est agent d’accueil sur la ligne C du RER et que l’on peut croiser à la station Avenue Foch.

A Tokyo, il retrouvera ce qui se fait de mieux, en affrontant également des karatékas de la catégorie inférieure, puisque pour limiter le nombre d’épreuves, la Fédération internationale a regroupé deux catégories en une.

“Étant donné que ce n’est pas un sport de contact, le rapport poids/puissance ne change pas grand-chose, contrairement au judo. Et les -60 kg qui seront aux Jeux, ce seront des -67 kg, ça m’étonnerait qu’ils soient en dessous des 60”, assure-t-il.

“On est dix par catégorie et vu le parcours du combattant que ça a été pour se qualifier pour les Jeux, honnêtement, ceux qui seront là, ils méritent leur place”, explique-t-il.

Son père, qui l’entraîne après avoir été initié à la discipline par ses fils, ainsi que ses frères Logan et Jessie, membres de l’équipe de France mais qui n’ont pas réussi à se qualifier pour les Jeux, devront suivre les exploits de Steven à distance, à Mont-Saint-Martin en Meurthe-et-Moselle, contexte sanitaire oblige.

A Tokyo, Da Costa n’aura toutefois pas tout le poids du karaté français à porter seul sur ses épaules, puisque Alexandra Ferracci en kata et Leïla Heurtault chez les moins de 61 kg ont gagné leur place aux Jeux lors du tournoi de qualification olympique à Paris à la mi-mai.

Le champion du monde de karaté Steven Da Costa, lors d'un shooting à Paris, le 9 juin 2021. AFP
Le champion du monde de karaté Steven Da Costa, lors d’un shooting à Paris, le 9 juin 2021. AFP

La discipline du karaté, présente aux Jeux olympiques de Tokyo 2020 pour la première fois. AFP
La discipline du karaté, présente aux Jeux olympiques de Tokyo 2020 pour la première fois. AFP

tba/jr/lve

© Agence France-Presse

Tokyo 2020 AFP