JO-2020-Athlétisme: dans la Drôme, les proches de Kevin Mayer ne désarment pas

Sport Tokyo 2020

Thomas Mayer (c), frère de Kevin Mayer, proches et amis réunis pour suivre la performance du décathlonien français aux JO de Tokyo, le 4 août 2021 à Bourg-lès-Valence (Drôme). AFP
Thomas Mayer (c), frère de Kevin Mayer, proches et amis réunis pour suivre la performance du décathlonien français aux JO de Tokyo, le 4 août 2021 à Bourg-lès-Valence (Drôme). AFP

Bourg-lès-Valence, France | AFP

“Allez Kevin ! Allez, allez, allez !”: réunis à Bourg-lès-Valence, proches et amis de Kevin Mayer ont soutenu avec ferveur mardi le décathlonien aux JO de Tokyo, malgré des chances de médaille d’or déjà compromises par une blessure au dos.

Dans cette petite commune limitrophe de la préfecture de la Drôme, département où vit une partie de sa famille, une soixantaine de personnes -amis, proches et une poignée d’anonymes- ont suivi devant un grand écran le long calvaire de leur favori, diminué par de forts élancements en bas du dos. 

L’atmosphère, d’abord morose au petit matin dans les locaux d’un sponsor de l’athlète, s’est brusquement enfiévrée lors de l’épreuve du saut en hauteur, qui a vu leur poulain se relancer dans la course au podium. Et lorsque Kevin Mayer est parvenu à passer 2,08 m - hauteur supérieure à ses standards - ça a même été l’explosion. 

“Je pense qu’il faut qu’il se fasse plaisir en fait, il faut l’état d’esprit qu’il avait sur la hauteur à la fin et juste prendre plaisir épreuve par épreuve. C’est comme ça qu’il est meilleur de toute façon. Ce n’est pas en faisant des calculs, en pensant au Canadien (Damian Warner, leader du concours, ndlr) qu’il arrivera à se faire plaisir et à +perfer+”, résumait Thomas Mayer, frère de Kevin, commentant cette cinquième place provisoire très éloignée de son statut de grand favori et recordman du monde de la discipline.

“De le voir là, à la hauteur reprendre... faire du Kevin quoi, faire du Kevin, c’est bon, ça fait du bien, vraiment, c’est sympa. Il a le sourire, donc ça c’est fabuleux, c’est formidable de le voir comme ça, moi je revis”, poursuivait sa mère Carole Mayer.

Après les épreuves de mardi, Kevin Mayer peut déjà se faire une raison: à moins d’une grosse défaillance du leader canadien, il ne repartira pas du Japon avec un premier titre olympique. “La journée a été longue”, commentait son frère Thomas. 

Pour sa compagne, la véliplanchiste Delphine Jariel, “le plus important est qu’il se fasse plaisir”. 

“On savait qu’il allait trouver une solution qu’il allait se remettre dedans, que même si c’était dur à chaque fois, il revient la tête haute. Il a travaillé pendant des années pour ça, donc il sait quoi faire, il n’a besoin de personne”, ajoute la jeune femme.

Kevin Mayer devra réaliser une grande deuxième journée jeudi pour remporter une seconde médaille olympique après l’argent de 2016. Et il sait qu’il pourra compter sur le soutien - même lointain - de ses proches, qui troubleront encore la quiétude de la nuit drômoise dès deux heures du matin jeudi.

Thomas Mayer suit à la télévision le parcours de son frère Thomas aux JO de Tokyo, le 4 août 2021 à Bourg-lès-Valence. AFP
Thomas Mayer suit à la télévision le parcours de son frère Thomas aux JO de Tokyo, le 4 août 2021 à Bourg-lès-Valence. AFP

hay-ag/ari/jld

© Agence France-Presse

Tokyo 2020 AFP