JO-2020/Cyclisme sur piste: de l’espoir et des larmes, drôle de journée pour les Françaises

Sport Tokyo 2020

La Française Mathilde Gros, lors des qualifications de la vitesse individuelle, le 6 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 sur le vélodrome d'Izu. AFP
La Française Mathilde Gros, lors des qualifications de la vitesse individuelle, le 6 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 sur le vélodrome d’Izu. AFP

Izu, Japon | AFP

par Christophe BEAUDUFE

Le sourire confiant de Mathilde Gros toujours en course pour la vitesse, les sanglots de Marie le Net cinquième de l’américaine avec Clara Copponi: le camp français a vécu des émotions fortes vendredi sur le vélodrome des Jeux olympique à Izu, à 145 km de Tokyo.

En fin de programme, chez les messieurs, les Néerlandais ont confirmé leur énorme supériorité dans l’épreuve reine du sprint individuel, en prenant l’or et l’argent avec Harrie Lavreysen et Jeffrey Hoogland (le tombeur de Sébastien Vigier en quart de finale jeudi), comme aux deux derniers championnats du monde en 2019 et 2020.
Le Britannique Jack Carlin a pris la médaille de bronze.

Dans le clan tricolore, la course continue donc pour Mathilde Gros, qui a franchi les deux premiers tours du tournoi de vitesse individuelle. Elle disputera samedi les 8e de finale.
Jeudi, la sprinteuse âgée de 21 ans avait quitté le tournoi de keirin dès les quarts de finale, après avoir commis des erreurs tactiques. Mais elle s’est remarquablement remobilisée pour faire une entrée en force sur la vitesse, avec la 4e place des qualifications vendredi matin, dans l’excellent temps de 10 sec 400/1000, un temps qu’elle avait déjà réalisé à l’entraînement sur le vélodrome de Saint-Quentin en Yvelines, mais jamais en compétition.

Sa quatrième place lui a permis d’affronter des adversaires moins huppées, la Coréenne Hyejin Lee et la Japonaise Yuka Kobayashi, qu’elle a éliminées assez facilement.
“Je savais que j’étais en forme”, a-t-il dit, “ça fait longtemps que je n’avais pas été dans le top 4 au niveau mondial, et demain il faudra que je n’ai peur de personne”.

Harrie Lavreysen sacré champion de vitesse sur piste aux Jeux de Tokyo, le 6 août 2021 sur le vélodrome d'Izu. AFP
Harrie Lavreysen sacré champion de vitesse sur piste aux Jeux de Tokyo, le 6 août 2021 sur le vélodrome d’Izu. AFP

“Attention aux yeux!”

Les Allemands Emma Hinze et Lea-Sophie Friedrich, meilleur temps des qualifications en 10 sec 310/1000, restent les favorites.

La confiance de Gros contrastait avec l’effondrement du duo de l’américaine, le Net et Copponi. Plus d’une demi-heure après leur 5e place dans une épreuve remportée par les Britanniques Katie Archibald et Laura Kenny, devant des Danoises et Russes, Marie le Net était encore en larmes en arrivant en zone mixte pour rencontrer les journalistes. 

“Les émotions sont fortes, parce que c’était la course de l’année”, a-t-elle dit, “on a montré qu’on avait le niveau largement, on a fait de petites erreurs qui nous ont coûté très cher. On a des qualités de haut niveau et on n’est pas récompensées, c’est une grosse déception”. 

Alors qu’on lui rappelait qu’à 21 et 22 ans, leur duo a tout l’avenir devant lui, Marie le Net a rétorqué: “Tout l’avenir devant nous, oui et non, parce qu’une occasion comme ça on n’en a pas tous les jours, donc là on vient de passer à côté d’une très belle occasion d’avoir une médaille olympique.”

Puis, dans un accès de rire nerveux mêlé aux sanglots, elle s’est fait une promesse: “Oui on est jeunes, on sera là à Paris-2024 et là attention les yeux! Toute notre tristesse aujourd’hui ce sera notre force”.

En attendant, la piste française en reste à une seule médaille, le bronze par équipes des messieurs en vitesse. L’unique podium du cyclisme français, qui s’était fixé un objectif total de six médailles, mais qui a été plombé par les échecs en VTT et BMX.

Les Françaises Clara Copponi (g) et Marie Le Net, lors du duo de l'américaine, le 6 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 sur le vélodrome d'Izu. AFP
Les Françaises Clara Copponi (g) et Marie Le Net, lors du duo de l’américaine, le 6 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 sur le vélodrome d’Izu. AFP

Les Français Florin Grengbo, Rayan Helal et Sébastien Vigier, médaillés de bronze en vitesse par équipes, le 3 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020, sur le vélodrome d'Izu. AFP
Les Français Florin Grengbo, Rayan Helal et Sébastien Vigier, médaillés de bronze en vitesse par équipes, le 3 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020, sur le vélodrome d’Izu. AFP

cpb/jr/fbx

© Agence France-Presse

Tokyo 2020 AFP