JO-2020: l’argent ne suffit plus aux Bleues du handball

Sport Tokyo 2020

Les joueuses françaises célèbrent leur victoire contre la Suède en demi-finale du tournoi olympique de handball à Tokyo, le 6 août 2021. AFP
Les joueuses françaises célèbrent leur victoire contre la Suède en demi-finale du tournoi olympique de handball à Tokyo, le 6 août 2021. AFP

Tokyo, Japon | AFP

par Clément VARANGES

D’une finale olympique à l’autre, tout a changé pour les handballeuses françaises en cinq ans. Cette fois, les Bleues brûlent d’empoigner dimanche la médaille d’or, le seul titre qui leur manque, pour sceller leur nouveau statut face aux Russes dimanche.

Mêmes anneaux sur le parquet, même adversaire mais surtout pas le même métal: “On était déjà très contentes d’avoir une médaille. Cette année, c’est complètement différent”, annonce Béatrice Edwige, une des cinq de la finale perdue de Rio qui disputera celle de Tokyo (15h00 locales, 08h00 françaises).

Celle de 2016 était si inattendue après quatre ans sans atteindre le dernier carré d’aucun tournoi et le rappel en catastrophe d’Olivier Krumbholz au poste de sélectionneur avant les Jeux.

“Pour moi, c’était improbable qu’on fasse une médaille, vu l’état dans lequel on était six mois avant”,  se rappelle la pivot de 32 ans.

Cette fois, “l’objectif, c’est vraiment de gagner la médaille d’or”, affiche la gardienne Cléopâtre Darleux. Même si les blessures en série du printemps, celles de la capitaine Siraba Dembélé, leur shooteuse Orlane Kanor et l’arrière droite Aïssatou Kouyaté avaient assombri l’horizon bleu.

La finale de dimanche ressemble à une revanche face au sort, face aux Russes aussi qui les avaient battues 22-19 à Rio.

“Ce n’est pas ce qui m’anime, rejette Grâce Zaadi. Peu importe l’adversaire, on voudra aller chercher l’or.”

Leur titre olympique serait le premier pour une équipe française féminine de sport collectif. Les championnes du monde (2017) et d’Europe (2018) peuvent marquer leur époque, écrire l’histoire du sport français dans son ensemble, en plus de celle du handball.

La capitaine de l'équipe de France Estelle Nze Minko contre la Suède en demi-finale aux Jeux de Tokyo, le 6 août 2021. AFP
La capitaine de l’équipe de France Estelle Nze Minko contre la Suède en demi-finale aux Jeux de Tokyo, le 6 août 2021. AFP

Equipes jumelles

“Ca me fait un peu penser aux garçons. Je les regardais, ils gagnaient tout. C’étaient vraiment des stars et ce serait bien qu’on soit des stars”, rit Cléopâtre Darleux.

“Ils étaient au-dessus, reprend-elle, sérieuse. J’ai envie qu’on soit sur le même chemin.”

En travers de celui-ci, les attendent les Russes, équipe jumelle des Bleues dans ce tournoi qu’elles avaient tout aussi mal entamé et redressé par un succès face aux Françaises (28-27).

“Après le nul contre Brésil et le match horrible face à la Suède (36-24), je pense que tout le monde s’est dit que la Russie rentrerait à la maison dès la phase de groupes mais nous sommes là”, a plastronné Vladlena Bobrovnika après avoir éliminé les grandissimes favorites norvégiennes en demi-finale (27-26).

Un parcours en miroir des handballeuses françaises transformées depuis leur match aux airs de huitièmes de finale contre les Brésiliennes (29-22) suivi par un succès écrasant en quart contre les championnes du monde en titre néerlandaises (32-22).

“Depuis la fameuse réunion qu’on a eu toutes ensemble avant le match du Brésil, lors de laquelle on a parlé et tout mis à plat, on a toujours plus envie de se battre les unes pour les autres, apprécie Grâce Zaadi. Et de jouer avec ce qui nous définit.” A savoir une défense déterminée.

Celle-ci sera mise à l’épreuve par Anna Vyakhireva. La petite arrière russe (1,68 mètres) étincelante face aux Norvégiennes (9 buts) avait causé des problèmes aux joueuses d’Olivier Krumbholz au premier tour en obtenant quatre penalties et en inscrivant cinq buts, comme déjà à Rio.

Les joueuses russes heureuses de leur qualification pour la finale du tournoi olympique de hand à Tokyo, le 6 août 2021. AFP
Les joueuses russes heureuses de leur qualification pour la finale du tournoi olympique de hand à Tokyo, le 6 août 2021. AFP

clv/jr/jde

© Agence France-Presse

Tokyo 2020 AFP