JO-2020 - Athlétisme: Felix pour l’éternité, les chaussures de la modernité, l’Italie a tout dynamité

Sport Tokyo 2020

L'Américaine Allyson Felix, lors de la finale du relais 4x400 m, le 7 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP
L’Américaine Allyson Felix, lors de la finale du relais 4x400 m, le 7 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP

Tokyo, Japon | AFP

par Keyvan NARAGHI / Robin GREMMEL

L’athlétisme, sport olympique N.1, aura marqué pendant 10 jours les Jeux de Tokyo de son empreinte notamment par la figure céleste de l’Américaine Allyson Felix et des performances historiques, portées en partie par l’avènement des pointes nouvelle génération.

Chaussures magiques

Cinq ans après la route et deux ans après le demi-fond, les chaussures génération ont définitivement investi les sprints et les sauts pour une nouvelle révolution des performances en cours.

Elaine Thompson-Herah, reine jamaïcaine du sprint court (triplé 100-200-4x100 m) portait notamment un de ces modèles aux semelles épaisses qui combine une plaque rigide (carbone) et une mousse dernière génération. Elle a réussi les 2e performances de tous les temps sur 100 et 200 m, se rapprochant des sulfureux records de 1988 de feue l’Américaine Florence Griffith-Joyner, jusque là jugés inaccessibles.Les chaussures, la piste rapide mais aussi une génération d’athlètes exceptionnels ont enfanté sur 400 m haies deux des plus belles courses de l’histoire olympique: le Norvégien Karsten Warholm a remporté son duel épique contre Rai Benjamin, pulvérisant le record du monde (45.94), avant que Sydney McLaughlin (51 sec 46) n’en fasse de même face à sa compatriote Dalilah Muhammad.

La joie de la Jamaïcaine Elaine Thompson-Herah, championne olympique du 100 m devant sa compatriote Shelly-Ann Fraser-Pryce, le 31 juillet 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP
La joie de la Jamaïcaine Elaine Thompson-Herah, championne olympique du 100 m devant sa compatriote Shelly-Ann Fraser-Pryce, le 31 juillet 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP

Le Norvégien Karsten Warholm, champion olympique du 400 haies, avec un nouveau record du monde à la clé, le 3 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP
Le Norvégien Karsten Warholm, champion olympique du 400 haies, avec un nouveau record du monde à la clé, le 3 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP

Les USA moins souverains

Annoncés comme ultra-dominateurs, les Etats-Unis quittent finalement le Japon sur un bilan mitigé, bien qu’en tête du classement des médailles (26 dont 7 en or), en ayant connu quelques étonnants ratés. Pour la première fois, ils n’ont gagné aucune course chez les hommes sur le plan individuel, le relais 4x400 m sauvant in extremis l’honneur.

Pour les premiers JO depuis la retraite de la légende Usain Bolt, les Etats-Unis ambitionnaient notamment de récupérer leur leadership sur le sprint masculin mais ils se sont manqués, avec aucun titre. Le relais 4x100 m masculin a même été éjecté dès les séries, provoquant l’ire de Carl Lewis qui a jugé la performance “inacceptable”. Grant Holloway, grandissime favori, a lui mordu la poussière sr 110 m haies.Chez les femmes, la Jamaïque, portée par Elaine Thompson-Herah, sacrée sur 100, 200 et 4x100 m, a douché les espoirs US. Les têtes d’affiche de l’Amérique à Tokyo ont surtout été Sydney McLaughlin (400 m haies, 4x400 m), Athing Mu (800 m) et Ryan Crouser (poids), en plus d’Allyson Felix.

La joie des Américains Michael Norman, Michael Cherry, Rai Benjamin et Bryce Deadmon, champions olympiques du relais 4x400 m, le 7 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP
La joie des Américains Michael Norman, Michael Cherry, Rai Benjamin et Bryce Deadmon, champions olympiques du relais 4x400 m, le 7 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP

L'Américaine Sydney Mclaughlin, médaillée d'or du 400 m haies, le 4 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP
L’Américaine Sydney Mclaughlin, médaillée d’or du 400 m haies, le 4 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP

Allyson Felix, pour l’éternité

Elle aura été le visage de ces Jeux en athlétisme. A 35 ans et pour sa dernière participation aux JO, Allyson Felix est pleinement entrée dans la légende de la discipline avec ses 10e et 11e podiums, devenant l’athlète la plus médaillée de l’histoire olympique. En bronze sur le 400 m, la Californienne a conquis l’or avec la “dream team” du 4x400 m (Sydney McLaughlin, Allyson Felix, Dalilah Muhammad, Athing Mu), passant le témoin à la nouvelle génération, qu’elle inspire avec son combat pour les mères sportives. Là voilà placée dans les annales juste derrière le Finlandais Paavo Nurmi (12 médailles entre 1920 et 1928). 

Les Américaines Sydney Mclaughlin, Allyson Felix, Dalilah Muhammad et Athing Mu, championnes olympiques du relais 4x400 m, le 7 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP
Les Américaines Sydney Mclaughlin, Allyson Felix, Dalilah Muhammad et Athing Mu, championnes olympiques du relais 4x400 m, le 7 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP

Italie, la sensation

L’entraînant hymne “Fratelli d’Italia” aura résonné cinq fois dans le stade olympique: 5 médailles, toutes en or, pour une squadra irrésistible avec un visage, celui du sprinteur Lamont Marcell Jacobs, vainqueur surprise du 100 m puis du relais 4x100 m (en plus des deux 20 km marche et de la hauteur hommes).

Jacobs (26 ans) a explosé en 2021 en retranchant 23 centièmes de seconde à son meilleur temps sur la ligne droite pour s’emparer du record d’Europe (9 sec 80) et dominer les bolides venus d’Amérique du nord.

“C’est l’année de l’Italie, on a gagné l’Eurovision, l’Euro de football, et maintenant cinq médailles d’or en athlétisme”, s’est amusée la nouvelle star.

L'Italien Lamont Marcell Jacobs, champion olympique du 100 m, devant l'Américain Fred Kerley, le 1er août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP
L’Italien Lamont Marcell Jacobs, champion olympique du 100 m, devant l’Américain Fred Kerley, le 1er août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. AFP

kn-rg/fbr/ebe

© Agence France-Presse

Tokyo 2020 AFP