JO: Paris devient ville olympique dans une ambiance de fête

Sport Tokyo 2020

La Patrouille de France survole le Trocadéro rempli de spectateurs pour la cérémonie organisée à l'occasion du passage de relais olympique entre Tokyo et Paris le 8 août 2021. AFP
La Patrouille de France survole le Trocadéro rempli de spectateurs pour la cérémonie organisée à l’occasion du passage de relais olympique entre Tokyo et Paris le 8 août 2021. AFP

Paris, France | AFP

par Bruno KALOUAZ

Au revoir Tokyo, bonjour strong afp_class=“highlight”>Paris, a reçu le drapeau olympique d...“ type=”document“>Paris: devant une foule en liesse qui contraste avec le huis-clos silencieux des JO-2020, la capitale française est devenue dimanche ville olympique, lors d’une cérémonie organisée sous la Tour Eiffel, son symbole pour le monde entier.  

“On savait que la fête était en France, mais là on a pris un ouragan dans la tête et on en redemande”, s’époustoufle Matthieu Androdias, champion olympique en deux de couple à l’aviron, tourné vers les milliers de spectateurs sur l’esplanade du Trocadéro.

Emmenés par Teddy Riner en chauffeur d’ambiance, les médaillés olympiques, drapeau français sur les épaules, ont déboulé sur scène, sous les vivats. “Au niveau émotionnel ça m’a fait penser aux JO de 2012 et 2016 quand tout un stade est avec vous et vous acclame, ça fait très chaud au coeur”, a déclaré la star du judo.

Avant l’arrivée des athlètes, le public a regardé la rediffusion des moments forts des Jeux. “J’ai un peu manqué les JO parce que je travaillais de nuit, donc ça fait plaisir de revoir les meilleurs moments”, explique Alix, 22 ans interne en médecine, qui ne donne pas son nom et dit avoir ramé en cadettes avec Claire Bové (argent en deux de couple).

Cette ambiance plaît aux champions après des Jeux sans public ni proches. “Ça fait chaud au coeur de voir le public, on a passé des Jeux un peu particuliers”, dit Samir Ait Saïd, porte-drapeau de la délégation française.

“On sent que le public nous célèbre et qu’il se prépare petit à petit à vivre les Jeux dans trois ans ici”, se réjouit Florent Manaudou qui a remporté sa troisième médaille (d’argent cette année) en autant de Jeux sur 50 m nage libre.

“Dans les temps”

Kevin Mayer, également en argent sur le décathlon dit son bonheur de “voir tous ces petits jeunes avec des étoiles dans les yeux”: “Ca me fait penser à moi quand j’étais petit”. De quoi donner la motivation de retourner à l’entraînement dans la perspective de Paris, “peut-être le plus grand rendez-vous de (sa) vie”.

“Ça donne un supplément d’âme fois dix, je suis blessé et j’ai déjà envie d’aller m’entraîner”, enchaîne Samir Aït-Saïd dans un sourire qui contraste avec ses yeux embués après son échec à monter sur le podium aux anneaux.

“Les athlètes français sont déjà mobilisés pour 2024”, s’est félicité le patron du comité d’organisation, Tony Estanguet. “Pour l’instant, tous les indicateurs sont au vert, on est dans les temps.” 

Hanna, venue du Val-de-Marne avec sa mère, savoure ce moment après avoir enchaîné les nuits blanches. “Je me réveillais à 01h00 du matin exprès pour regarder les Jeux”, explique la jeune fille de 17 ans.

Dans le public, des passionnés mais aussi de nombreux curieux. Pour Gaëlle, étudiante à Poitiers en week-end sur la capitale, ce rassemblement est l’occasion de faire la fête, rare occasion en cette période de pandémie. Même si elle regrette que l’immense drapeau avec le logo de Paris-2024 n’ait pu être hissé sur la Tour Eiffel, en raison des conditions météorologiques, un geste qui aurait été “majestueux”

Teddy Riner entouré de supporters avec des drapeaux français au Trocadéro le 8 août 2021 à Paris. AFP
Teddy Riner entouré de supporters avec des drapeaux français au Trocadéro le 8 août 2021 à Paris. AFP

bk/ng/gf 

© Agence France-Presse

Tokyo 2020 AFP