Pluies violentes et glissement de terrain dans l’ouest du Japon

Environnement Catastrophe

Tokyo, Japon | AFP

Un glissement de terrain causé par de violentes précipitations s’est produit vendredi dans la préfecture de Nagasaki (sud-ouest du Japon), et des consignes d’évacuation concernaient plusieurs dizaines de milliers de personnes rien que dans la préfecture de Hiroshima.

A Unzen, dans la préfecture de Nagasaki, deux maisons ont été emportées par un glissement de terrain, a confirmé à l’AFP une employée de la municipalité.

Une femme d’une cinquantaine d’années qui vivait seule dans une des deux habitations est en arrêt cardio-respiratoire, a-t-elle ajouté, une formule consacrée au Japon pour évoquer un décès avant sa constatation officielle par un médecin.

Dans l’autre maison, un homme a été secouru mais deux autres habitants étaient toujours recherchés.

A Hiroshima (ouest), l’agence météorologique japonaise JMA a lancé son alerte maximale en matière de précipitations.

Des consignes d’évacuation - non obligatoires - concernaient au moins 69 500 personnes dans la préfecture de Hiroshima, a précisé un responsable de la JMA lors d’une conférence de presse convoquée en urgence et diffusée par la chaîne publique NHK.

Dans certains endroits de la préfecture, “il pourrait déjà être extrêmement difficile d’évacuer”, a-t-il souligné, appelant la population à suivre les recommandations des autorités locales avant qu’il ne soit trop tard.

De fortes pluies devraient continuer à tomber pendant plusieurs jours à travers le Japon, de l’île de Kyûshû au sud-ouest jusque dans la région du Tôhoku (nord-est du pays).

“Il y a le risque de voir une grande catastrophe se produire” dans les prochains jours, a encore averti le responsable de la JMA.

Les niveaux de plusieurs cours d’eau à Hiroshima et Kumamoto (sud-ouest) sont déjà extrêmement élevés, a prévenu de son côté le ministère du Territoire.

Début juillet, de fortes pluies avaient provoqué une terrible coulée de boue dans la station balnéaire d’Atami, à une centaine de kilomètres à l’ouest de Tokyo, qui a fait près d’une trentaine de morts et disparus.

En juillet 2020, des inondations record dans le sud-ouest du Japon avaient fait plus de 80 morts et disparus, et plus de 200 personnes avaient perdu la vie deux ans auparavant lors de terribles crues dans l’ouest du pays.

Selon des scientifiques, le changement climatique mondial entraîne une atmosphère plus chaude retenant davantage d’eau, accroissant ainsi le risque et l’intensité de précipitations extrêmes.

© Agence France-Presse

climat catastrophe Nagasaki pluie AFP