Google et Facebook investissent dans un nouveau câble internet sous-marin en Asie

Technologie International

Washington, Etats-Unis | AFP

Google et Facebook ont présenté lundi leur projet d’installation d’un nouveau câble sous-marin de télécommunications reliant Singapour, le Japon, Guam, les Philippines, Taiwan et l’Indonésie.

Baptisé « Apricot« (abricot), ce câble de 12 000 km devrait être opérationnel en 2024 si les autorités donnent les approbations nécessaires, ont indiqué les deux groupes californiens dans des communiqués.

Un nouveau câble sous-marin de télécommunications en Asie doit permettre d'améliorer la vitesse des connexions internet selon Google et Facebook (AFP).
Un nouveau câble sous-marin de télécommunications en Asie doit permettre d’améliorer la vitesse des connexions internet selon Google et Facebook (AFP).

« Le câble Apricot s’inscrit dans nos efforts pour étendre les réseaux mondiaux et mieux servir les plus de 3,5 milliards de personnes qui utilisent nos applications tous les mois », a commenté Nico Roehrich, directeur de l’ingénierie chez Facebook, qui comprend aussi Instagram, Messenger et WhatsApp.

En mars, les deux voisins de la Silicon Valley avaient déjà dévoilé un autre câble de transit de données numériques, nommé Echo, reliant l’Amérique du Nord à Singapour et l’Indonésie.

« Les câbles Echo et Apricot sont des systèmes sous-marins complémentaires qui vont (...) assurer une bien meilleure résilience pour Google Cloud et les services numériques », a déclaré Bikash Koley, vice-président de Google Cloud, la division d’informatique à distance du géant de la recherche en ligne.

« Ensemble, ils fourniront aux entreprises et start-up en Asie des connexions plus réactives, plus de bande passante et de stabilité entre l’Asie du sud-est, l’Asie du nord et les Etats-Unis ».

Google et Facebook ont mis fin cette année à un projet de câble sous-marin qui aurait relié la Californie et Hong Kong, en raison des tensions entre les Etats-Unis et la Chine.

Le ministère américain de la Justice avait recommandé l’année dernière que ce câble évite Hong Kong.

© Agence France-Presse

technologie Asie États-Unis Facebook AFP Google