Paralympiques 2020 : la délégation japonaise record veut plus que de l’or

Tokyo 2020 Sport

Miki Matheson, médaillée d'or aux Jeux paralympiques d'hiver de Nagano en 1998 e tmembre du Comité paralympique japonais, le 18 août 2021 à Tokyo (Behrouz MEHRI/AFP)
Miki Matheson, médaillée d’or aux Jeux paralympiques d’hiver de Nagano en 1998 e tmembre du Comité paralympique japonais, le 18 août 2021 à Tokyo (Behrouz MEHRI/AFP)

Tokyo (AFP)

Par Shingo ITO

Le Japon envoie un nombre record d’athlètes aux Jeux paralympiques, qui s’ouvrent mardi, dans le but non seulement de remporter des médailles d’or mais aussi de construire une société plus inclusive, selon Miki Matheson, cadre de l’équipe nippone.

« Le succès des Paralympiques ne se résume pas à ce que les athlètes signent des performances ou gagnent beaucoup de médailles », souligne dans une interview à l’AFP l’ex-sportive médaillée d’or aux Jeux paralympiques d’hiver de Nagano en 1998.

« Les Paralympiques ne réussiront pas si on ne sent pas que (les personnes handicapées) peuvent sortir plus librement et que les gens autour d’eux peuvent changer leur façon de penser grâce aux Paralympiques », a ajouté celle qui est l’une des trois chefs de la délégation japonaise.

Pour Miki Matheson, même si le soutien de l’opinion aux Jeux a été renforcé par le record de 27 médailles d’or amassées par le Japon aux JO, la mission des Paralympiques disputés par un nombre inédit de 254 sportifs japonais va au-delà du sport.

Détentrice de trois médailles d’or et d’une en argent en course sur luge à Nagano, elle est devenue paraplégique à la suite d’un accident de voiture quand elle était étudiante à l’université.

Etablie aujourd’hui au Canada, cette femme de 48 ans a retrouvé temporairement sa ville natale, Tokyo, pour travailler aux côtés de l’équipe paralympique japonaise, et peut jauger l’écart séparant les deux pays sur le sujet du handicap.

« Je suis souvent traitée comme une personne handicapée lorsque je suis de retour au Japon », remarque Miki Matheson, qui se déplace en fauteuil roulant. « Au Canada, je vis sans remarquer du tout mon handicap ».

Elle attribue cela en partie au manque d’opportunités données aux personnes handicapées et non handicapées de travailler et de vivre ensemble au Japon, malgré les efforts déployés dans l’archipel depuis qu’il a remporté l’organisation des Jeux paralympiques.

« Je pense que les Jeux paralympiques ne sont qu’un tremplin, mais ils peuvent jouer un rôle majeur » dans l’élimination des obstacles, estime-t-elle.

Matheson, qui est également membre du Comité paralympique japonais, souhaite que les Jeux soient plus qu’un événement sans lendemain.

« Ce que nous devons véritablement faire, c’est poursuivre dans cet élan », insiste-t-elle. « La fin de la cérémonie de clôture ne peut pas signer la fin de tout ça ».

© 2021 AFP

Tokyo 2020 AFP Paralympiques