Jeux paralympiques: un réfugié afghan envoie un "message d'espoir" à défaut d'une médaille

Tokyo 2020

Abbas Karimi, membre de l
Abbas Karimi, membre de l'équipe paralympique des réfugiés et originaire d'Afghanistan, participe à l'épreuve de 50m papillon (catégorie S5), le 27 août 2021 aux Jeux paralympiques de Tokyo (Behrouz MEHRI/AFP)

Tokyo (AFP)

Abbas Karimi, un nageur né sans bras originaire d'Afghanistan, n'a pas réalisé vendredi son rêve de médaille aux Jeux paralympiques, mais il a envoyé "un énorme message d'espoir" selon la cheffe de mission de l'équipe des réfugiés, dont il fait partie.

Le para-athlète de 24 ans rêvait de devenir le premier médaillé de l'histoire de la délégation paralympique des réfugiés, qui existe depuis Rio-2016 et compte seulement cinq autres représentants à Tokyo.

Mais il a fini à la huitième et dernière place de la finale du 50 mètres papillon (catégorie S5), remportée par le Chinois Tao Zheng. Visiblement très déçu, Abbas Karimi a quitté la piscine sans dire un mot aux médias.

Vendredi matin après s'être qualifié pour la finale, il avait déclaré que ses "pensées et prières" allaient au peuple afghan, alors que son pays natal est retombé ce mois-ci aux mains des talibans.

"Si je ne concours pas pour une médaille, tout mon entraînement, tout le dur travail accompli serait juste une perte de temps", avait-il alors assuré. "Depuis neuf ans, j'ai renoncé à tout pour arriver à ce niveau, et me voilà aux Jeux paralympiques-2020".

Il a commencé la natation à 13 ans et il en est immédiatement tombé amoureux, une fois passée sa peur initiale. Il a rapidement voulu devenir un champion paralympique.

En 2013, il a fui l'Afghanistan avec l'aide de son frère, via l'Iran puis la Turquie, avant d'être accepté comme réfugié par les Etats-Unis en 2016. L'année suivante, il décrochait une médaille d'argent aux championnats du monde de para-natation à Mexico en 50 mètres papillon.

Mais Abbas Karimi aura une deuxième chance à Tokyo, comme il doit aussi participer lundi au 50 mètres dos (S5).

Et ce qu'il a déjà accompli constitue déjà "un énorme message d'espoir" pour les 82 millions de réfugiés dans le monde, a assuré vendredi la cheffe de mission de sa délégation, Ileana Rodriguez.

Ces derniers jours en raison de la tournure dramatique de la situation en Afghanistan, "il a eu beaucoup de pression, comme n'importe qui éprouvant quelque chose pour son pays" d'origine, a-t-elle expliqué. "Mais il a fait de son mieux" vendredi et il va continuer "de se battre pour l'or", a-t-elle garanti.

L'équipe paralympique d'Afghanistan, composée de deux para-taekwondoïstes, un homme et une femme, n'a pas pu rallier Tokyo en raison de la chute de Kaboul aux mains des talibans le 15 août.

Tous deux ont pu être récemment évacués du pays sains et saufs, mais leur participation aux Jeux de Tokyo est exclue après leur expérience traumatisante de ces dernières semaines. Le drapeau afghan a toutefois symboliquement défilé mardi à la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques.

© 2021 AFP

Afghanistan Tokyo 2020 AFP Paralympiques