Paralympiques-2020: jour faste pour la France, d’or pour Foulon

Tokyo 2020 Sport

La judoka française Sandrine Martinet (d), médaillée d
La judoka française Sandrine Martinet (d), médaillée d’argent en moins de 48kg, aux Jeux paralympiques, le 27 août 2021 à Tokyo (Philip FONG/AFP)

Tokyo (AFP)

Six médailles dont une en or pour Dorian Foulon: l’équipe de France a connu vendredi sa journée la plus fructueuse depuis le début des Jeux paralympiques de Tokyo, marquée aussi par l’argent de sa porte-drapeau Sandrine Martinet.

La délégation française, qui compte un total de dix médailles, doit son deuxième titre paralympique à nouveau à un pistard après l’or d’Alexandre Léauté la veille. Cette fois, c’est Dorian Foulon qui s’est s’imposé en finale de la poursuite individuelle (catégorie C5).

Déjà champion du monde en titre de la spécialité, le cycliste de 23 ans, à l’aise aussi sur route, a signé au passage un nouveau record du monde lors des qualifications (4 min 18 sec 274).

“C’est le rêve de ma petite vie. Le podium, la Marseillaise, c’est quelque chose d’énorme”, a confié le Breton, né avec un pied bot côté gauche, qui a exulté dans un hurlement en passant la ligne.

“Les cris, c’était peut-être excessif mais c’est ce que j’avais sur le cœur. Tout ressort: les années de travail, d’acharnement, les hauts et les bas.”

La veille au vélodrome d’Izu, il s’était classé sixième du kilomètre. Avant de basculer vers les épreuves sur route, il disputera la vitesse par équipes samedi aux côtés de Kevin Le Cunff (4e de la poursuite C5) et d’Alexandre Léauté, premier médaillé d’or de la délégation française.

Ce dernier, après son titre paralympique la veille en poursuite (catégorie C2), a décroché l’argent sur le kilomètre vendredi (cat. C1-3).

Comme la porte-drapeau française Sandrine Martinet battue en finale du tournoi de judo des moins de 48 kg dans la mythique salle du Nippon Budokan qui avait tant réussi à la délégation olympique revenue avec un record de médailles (8).

C’est la quatrième médaille en cinq Jeux paralympiques pour la judoka malvoyante de 38 ans,championne paralympique 2016 des moins de 52 kg.

“J’ai fait le job en ramenant une médaille. J’ai tout donné et même si ce n’est pas l’or”, a-t-elle réagi, estimant que “ça ne s’est joué à rien”.

“Maintenant, je vais reprendre mon rôle de porte-drapeau et soutenir toute la délégation”, se projette-t-elle.

Le timing était trop juste néanmoins pour filer à la piscine du centre aquatique de Tokyo où Alex Portal, deux jours après avoir manqué le podium pour 1/100 mercredi en 100 mètres papillon, a pris la médaille de bronze du 400 mètres nage libre (catégorie S13).

Le nageur français Alex Portal, en séries du 100 m papillon, le 25 août 2021 aux Jeux paralympiques de Tokyo (Yasuyoshi CHIBA/AFP)
Le nageur français Alex Portal, en séries du 100 m papillon, le 25 août 2021 aux Jeux paralympiques de Tokyo (Yasuyoshi CHIBA/AFP)

Atteint d’albinisme oculaire depuis sa naissance et donc malvoyant, le nageur de 19 ans, pour ses premiers Jeux tient son premier podium aux Jeux.

La sprinteuse Mandy François-Elie, qui en est elle une habituée, a décroché la médaille de bronze du 200 mètres (catégorie T37) après l’or et l’argent en 100 mètres en 2012 puis 2016.

Atteint d’une hémiplégie côté droit, la Martiniquaise a manqué la deuxième place pour 1/100 vendredi.

Le sauteur en longueur Ronan Pallier a lui signé à 50 ans l’exploit de remporter la première médaille de sa carrière dans une épreuve individuelle, son bond à 6,15 mètres lui offrant le bronze de la catégorie T11, dédiée aux athlètes malvoyants.

L’équipe de France de rugby fauteuil, en revanche, est éliminée en raison d’un succès trop étriqué contre le Danemark (52-50).

© 2021 AFP

Tokyo 2020 AFP Paralympiques