Paralympiques-2020: le "Super Tuesday" français

Tokyo 2020

Alexandre Lloveras et Corentin Ermenault sur la piste du Fuji International Speedway de Oyama le 31 août 2021. (CHARLY TRIBALLEAU/AFP)
Alexandre Lloveras et Corentin Ermenault sur la piste du Fuji International Speedway de Oyama le 31 août 2021. (CHARLY TRIBALLEAU/AFP)

Tokyo (AFP)

Double ration d'or à Tokyo: l'équipe de France a conquis deux titres aux Jeux paralympiques mardi grâce à la paire Alexandre Lloveras - Corentin Ermenault en cyclisme puis à Charles-Antoine Kouakou en athlétisme.

A cinq jours du terme, la France porte son total de médailles à 33 avec l'assurance déjà de dépasser l'objectif fixé à 35 avant les Jeux puisque quatre paires françaises se sont qualifiées pour les demi-finales des différentes classes du tennis de table par équipes mercredi, qui garantissent au moins une médaille de bronze chacune.

A cela s'ajoute la médaille d'or ou d'argent de Stéphane Houdet et Nicolas Peifer en tennis fauteuil qui ont validé leur ticket pour la finale.

Avant les podiums virtuels, le binôme formé par Alexandre Lloveras, malvoyant de naissance, et Corentin Ermenault, ex-professionnel, en ont signé un bien réel en montant sur la plus haute marche du contre-la-montre sur route en tandem mardi.

"Cette médaille, c'est l'aboutissement d'un projet qui a été très court, savoure Lloveras, 20 ans, qui vit ses premiers Jeux à Tokyo. On a commencé à rouler ensemble en novembre face à des équipages formés depuis des années. On visait le titre paralympique, la Marseillaise, et aujourd'hui on l'a fait, c'est magnifique."

Le duo français était sorti frustré de sa quatrième place sur piste en poursuite individuelle. Ils visaient l'or au vélodrome d'Izu, forts de l'apport comme pilote de Corentin Ermenault (25 ans), médaillé de bronze en poursuite aux derniers Mondiaux chez les valides.

"C'est encore plus beau qu'un titre individuel. On a vécu des moments très durs, comme cette quatrième place. On s'est relevé, on l'a fait ensemble", savoure le plus jeune en lâchant un "merci à Corentin".

Corentin Ermenault et Alexandre Lloveras lors de la poursuite individuelle des Jeux paralympiques de Tokyo 2020 dans le vélodrome d
Corentin Ermenault et Alexandre Lloveras lors de la poursuite individuelle des Jeux paralympiques de Tokyo 2020 dans le vélodrome d'Izu au Japon le 25 août 2021. (Charly TRIBALLEAU/AFP)

La journée de contre-la-montre au Fuji Speedway a réussi aux cyclistes français puisque dans la matinée, Alexandre Léauté a collectionné une troisième médaille en autant d'épreuves individuelles disputées en prenant le bronze (catégorie C2) malgré des incidents mécaniques.

Premier médaillé d'or de la délégation française, le Breton de 20 ans, hémiplégique côté droit vise un quatrième podium jeudi dans la course en ligne.

Loïc Vergnaud s'est lui paré d'argent pour ses premiers Jeux à 41 ans avec son vélo à mains (catégorie H5). Amputé tibial de la jambe droite après un accident du travail en 2004, il vise un deuxième podium dans la course en ligne mercredi, fort de son statut de vice-champion du monde.

Avec son handbike également (catégorie H2), Florian Jouanny a remporté sa première médaille paralympique lui aussi. Il a décroché le bronze comme aux championnats du monde en juin. Tétraplégique à la suite d'un accident de ski il y a dix ans, il peut encore se servir d'une partie de ses bras et espère un autre podium mercredi en tant que médaillé mondial.

Pour finir en feu d'artifice ce "Super Tuesday", le sprinteur Charles-Antoine Kouakou est devenu champion paralympique de 400 mètres (catégorie T20).

Le Francilien a bouclé le tour de piste en 47 sec 63 pour s'imposer et offrir sa première médaille d'or au sport adapté français, le pendant du handisport pour le handicap cognitif.

"Je vais continuer à m'entraîner bien comme il faut, à être sérieux, très sérieux", se projette déjà l'athlète de 23 ans en vue de Paris-2024.

Sur les six représentants du sport adapté français à Tokyo, il est le troisième médaillé après Léa Ferney et Lucas Créange.

© 2021 AFP

AFP Tokyo 2020 Paralympiques