La princesse Mako va bientôt se marier et s’installer aux États-Unis

Société

Tokyo, Japon | AFP

La princesse Mako, nièce de l’empereur du Japon Naruhito, va prochainement épouser son fiancé roturier, en dépit d’un litige financier impliquant la mère de ce dernier depuis des années, et le couple compte vivre aux Etats-Unis, selon la presse japonaise.

Mako et son fiancé Kei Komuro comptent se marier d’ici la fin de l’année mais ont décidé de faire l’impasse sur des cérémonies rituelles dans la tradition impériale, un choix rarissime au Japon.

Et le couple va refuser une indemnité pouvant aller jusqu’à 150 millions de yens (plus de 1,1 million d’euros), versée d’habitude aux femmes abandonnant leur titre impérial en épousant un roturier, selon les médias locaux.

Ces informations n’ont pas été officiellement confirmées pour le moment mais ont fait les gros titres de la presse japonaise dès mercredi.

Agée de 29 ans, la fille du frère cadet de Naruhito, le prince Fumihito d’Akishino, avait annoncé en 2017 ses fiançailles avec Kei Komuro, 29 ans également, un juriste qu’elle avait rencontrée à l’université.

La princesse Mako et Kei Komuro au moment de l'annonce de leurs fiançailles en 2017 (AFP).
La princesse Mako et Kei Komuro au moment de l’annonce de leurs fiançailles en 2017 (AFP).

Leurs noces avaient été reportées en 2018, officiellement en raison d’un manque de temps de la Maison impériale pour préparer les imposantes cérémonies traditionnelles autour de ce mariage.

Mais ce report intervenait surtout alors qu’un différend financier opposant la mère de M. Komuro et son ancien fiancé faisait grand bruit dans la presse japonaise.

L’ancien compagnon de Mme Komuro l’accuse de ne pas lui avoir remboursé plus de 4 millions de yens (environ 30 000 euros), une somme qu’elle lui aurait empruntée pour financer une partie des études de son fils.

Cette querelle, qui n’est toujours pas réglée, avait fait scandale au Japon, où un comportement irréprochable est attendu des membres de la famille impériale. (Voir notre article lié : Une affaire impériale non réglée : nouveau rebondissement dans le mariage de la princesse Mako avec Komuro Kei)

Kei Komuro est parti en 2018 aux Etats-Unis pour y poursuivre ses études de droit, une décision qui avait été perçue au Japon comme une tentative de faire baisser la pression.

Le prince Fumihito d’Akishino avait dit l’an dernier être personnellement favorable au projet de mariage de sa fille, mais avait estimé qu’elle devait gagner au préalable le soutien de l’opinion publique japonaise.

Toutes proportions gardées, les tribulations de Mako et de son fiancé ne sont pas sans rappeler le parcours du prince Harry et de son épouse Meghan Markle, qui ont quitté en 2020 la maison royale britannique avec laquelle ils se sont brouillés, et qui vivent désormais en Californie.

Le petit frère de Mako, le prince Hisahito, 14 ans, est actuellement le seul héritier du trône impérial au Japon après son père. Car la Maison impériale ne reconnaît que la filiation paternelle, et les femmes, y compris les filles du souverain, n’ont pas le droit de régner.

(Voir notre article lié : Comment assurer la pérennité de la lignée impériale japonaise : un problème crucial)

© Agence France-Presse

États-Unis mariage famille impériale princesse Mako AFP