Le spectre d’un retour de l’instabilité politique au Japon

Politique

Tokyo, Japon | AFP

L’annonce surprise vendredi par le dirigeant japonais Yoshihide Suga qu’il renonçait à briguer un nouveau mandat, après seulement un an au pouvoir, rappelle un passé pas si lointain où le poste de Premier ministre nippon était un véritable siège éjectable.

Le calendrier électoral compliqué du pays et les incessantes luttes de pouvoir au sein des partis ont en effet engendré des périodes de valse des Premiers ministres dans l’Archipel, où le Parti-libéral démocrate (PLD) de M. Suga est pourtant au pouvoir presque sans interruption depuis près de 70 ans.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, seuls cinq Premiers ministres japonais ont ainsi passé plus de cinq ans en poste.

Entre la fin du mandat de Yasuhiro Nakasone en 1987 et l’arrivée au pouvoir du populiste Junichiro Koizumi en 2001, le Japon avait épuisé dix Premiers ministres, l’un d’entre eux n’étant même demeuré que deux mois en poste. 

M. Koizumi est resté cinq ans, mais après son départ en 2006, la porte battante du Kantei - résidence et lieu de travail du Premier ministre - s’est rouverte.

Même s’il a battu des records de longévité lors de son second mandat (2012-2020), Shinzo Abe avait dû jeter l’éponge au bout d’un an à peine lors du premier (2006-2007), miné par des scandales et des ennuis de santé. Son successeur Yasuo Fukuda a tenu un an à peine lui aussi (2007-2008), ayant dû composer avec une opposition majoritaire à la Chambre haute du Parlement.

Taro Aso, l’actuel ministre des Finances, a alors accédé au poste de Premier ministre qu’il convoitait de longue date, mais, impopulaire et moqué pour ses gaffes à répétition, il est chassé du pouvoir en 2009 après un rare succès électoral de l’opposition.

Pandémie déstabilisatrice

Les Premiers ministres du Parti démocrate du Japon (PDJ) ne s’attardent guère non plus, Yukio Hatoyama (2009-2010) restant moins de 9 mois au pouvoir. 

Son successeur Naoto Kan (2010-2011) doit lui aussi céder rapidement la place, sur fond de détérioration des relations avec la Chine et de critiques sur sa gestion du triple désastre de mars 2011 (séisme, tsunami très meurtrier et accident nucléaire de Fukushima). Le passage au pouvoir du PDJ se termine avec le départ précipité de Yoshihiko Noda (2011-2012).

La pandémie de coronavirus que le pays peine toujours à maîtriser, principale cause de l’impopularité de Yoshihide Suga, fait aujourd’hui craindre à certains observateurs que l’instabilité inhérente au système politique ne revienne au galop.

“C’est sans aucun doute un risque”, selon Corey Wallace, maître de conférences à l’Université de Kanagawa (au sud de Tokyo), spécialiste de la politique japonaise et des relations internationales.

“Je peux parfaitement imaginer une situation où nous verrions pendant quelques années (cette situation se reproduire, NDLR) alors que la pandémie continue à déstabiliser” le pays, a-t-il déclaré vendredi à l’AFP.

M. Wallace note cependant que M. Suga est arrivé au pouvoir dans des circonstances particulières avec la crise sanitaire, et que sa non-appartenance à une faction du PLD rendait dès le départ sa position fragile.

“Il n’a pas eu de chance car il a eu affaire au Covid-19”, a aussi estimé Mikitaka Masuyama, professeur de politique au Collège doctoral de recherche politique à Tokyo. “C’est extrêmement difficile pour n’importe qui à ce poste”.

© Agence France-Presse

AFP