La princesse Mako va se marier fin octobre après une longue controverse

Société Politique

Tokyo, Japon | AFP

par Shingo ITO

Après des années de controverse, la princesse Mako, nièce de l’empereur du Japon, se mariera ce mois-ci, mais renoncera aux rites traditionnels et n’acceptera pas l’indemnité accordée habituellement aux femmes de la maison impériale qui épousent des roturiers.

L’Agence de la maison impériale a déclaré vendredi que la princesse Mako, 29 ans, épouserait son fiancé Komuro Kei le 26 octobre. “La cérémonie de mariage, le banquet de réception et d’autres rituels n’auront pas lieu et un paiement forfaitaire ne sera pas octroyé”, a précisé à l’AFP un responsable de l’Agence.

La princesse Mako, nièce de l'empereur du Japon, et son fiancé roturier Kei Komuro, le jour de l'annonce de leurs fiançailles, le 3 septembre 2017 à Tokyo (AFP).
La princesse Mako, nièce de l’empereur du Japon, et son fiancé roturier Komuro Kei, le jour de l’annonce de leurs fiançailles, le 3 septembre 2017 à Tokyo (AFP).

L’union ne débutera pas dans les meilleures conditions, l’Agence ayant indiqué que la princesse souffrait d’un syndrome “complexe” de stress post-traumatique en raison de la couverture médiatique ayant entouré sa personne et sa famille.

Mako, qui est la fille du frère cadet de l’empereur Naruhito, a enduré des années de critiques et d’atermoiements au sujet de son projet de mariage avec Komuro Kei, également âgé de 29 ans. Ils sont fiancés depuis 2017.

Selon les règles de succession impériale au Japon, Mako perdra son titre après son mariage avec un roturier. Mais son compagnon est toujours critiqué pour des allégations selon lesquelles sa mère aurait emprunté de l’argent à un ancien fiancé et ne l’aurait pas remboursé.

L’ex-compagnon de Mme Komuro l’accuse de ne pas lui avoir remboursé plus de 4 millions de yens (environ 30 000 euros), une somme qu’elle lui aurait empruntée pour financer une partie des études de son fils.

Cette querelle, qui n’est toujours pas réglée, avait fait scandale au Japon, où un comportement irréprochable est attendu des membres de la famille impériale. (Voir notre article lié : Une affaire impériale non réglée : nouveau rebondissement dans le mariage de la princesse Mako avec Komuro Kei)

Le mariage avait été reporté et Komuro Kei était parti en 2018 aux Etats-Unis pour y poursuivre ses études de droit, une décision qui avait été perçue au Japon comme une tentative de faire baisser la pression.

Comparaison avec Harry et Megan

Le couple devrait s’installer à New York après le mariage. M. Komuro est rentré au Japon en début de semaine.

Il observe actuellement la quarantaine obligatoire de 14 jours imposée par le Japon pour les arrivées de l’étranger, et les médias locaux ont déclaré que le couple devrait être réuni pour la première fois depuis environ trois ans lorsqu’il sortira le 11 octobre.

La controverse qui entoure le mariage et la décision du couple de s’installer aux Etats-Unis ont donné lieu à des comparaisons avec un autre couple royal, britannique celui-là: le prince Harry et Megan Markle.

La nouvelle de la prochaine union a aussitôt suscité un gros intérêt dans la presse nippone, plusieurs journaux imprimant des éditions spéciales, mais les réactions en ligne ont été mitigées, certains exprimant leur mécontentement, d’autres saluant l’heureux événement.

“Félicitations. Les membres de la famille impériale devraient avoir le droit de prendre une décision sur leur vie”, a écrit un utilisateur de Twitter. L’expression “syndrome de stress post-traumatique complexe” était en vogue sur Twitter en japonais, certains utilisateurs exprimant leur sympathie pour la princesse.

“Il n’est pas surprenant qu’elle ait développé (ce syndrome) complexe. Il n’est pas nécessaire de l’attaquer davantage, n’est-ce pas ?” a écrit une personne sur le réseau social. Mais d’autres ont demandé si “ce timing signifie « ne pas critiquer »”.

© Agence France-Presse

mariage famille impériale princesse Mako AFP