Un énorme séisme à venir au Japon : la fosse de Nankai

Catastrophe Environnement

Les experts estiment que la probabilité qu’un grave séisme se produise au cours des 30 prochaines années dans la fosse de Nankai est de l’ordre de 70 % à 80 %. Plus de 70 années se sont écoulées depuis le précédent séisme dans cette région, qui subit un important tremblement de terre tous les 100 à 150 ans.

Les prévisions évaluent à 70 % à 80 % la probabilité que la fosse de Nankai soit le théâtre d’un « méga-séisme » dans les 30 prochaines années. Dans le pire des scénarios, le bilan des victimes d’une catastrophe de ce genre dépasserait les 320 000 morts(*). Mais qu’entend-on exactement par « méga-séisme de la fosse de Nankai » ?

(*)Le gouvernement a revu ses estimations le 31 mai 2019, une semaine après la parution de l'article original en japonais, . Le bilan serait de 230 000 morts.

La fosse de Nankai est une fissure qui court au fond de l’océan Pacifique et longe le littoral japonais entre la préfecture de Shizuoka et l’île de Kyûshû, là où la plaque de la mer des Philippines s’enfonce sous la plaque eurasienne. Un « séisme de la fosse de Nankai » est un tremblement de terre de grande ampleur dont l’épicentre se situe au point de rencontre de ces deux plaques. Ces violentes secousses, qui se répètent périodiquement, provoquent de gigantesques tsunamis, et, s’il se produisait un tremblement de terre d’une puissance maximale, divers endroits des préfectures de Shizuoka et de Miyazaki pourraient enregistrer des secousses d’une intensité allant jusqu’à 7 sur le shindo, l’échelle japonaise de mesure sismique (voir ici), tandis que des tsunamis de plus de 10 mètres de haut pourraient balayer une vaste zone du littoral pacifique depuis la région du Kantô, où se situe Tokyo, jusqu’à l’île de Kyûshû.

Dans le pire des cas, les prévisions anticipent environ 230 000 morts, soit une mortalité plus de dix fois supérieure à celle enregistrée en mars 2011, lors du Grand tremblement de terre de l’est du Japon.

Intensités sismiques maximales prévues d’un méga-séisme de la fosse de Nankai d’une magnitude allant de « 7 », le chiffre le plus fort sur l’échelle de mesure japonaise, à « 3 et en dessous ». Les degrés 6 et 5 sont divisés en « 6+ »  et « 6- », et « 5+ » et « 5- ».
Intensités sismiques maximales prévues d’un méga-séisme de la fosse de Nankai d’une magnitude allant de « 7 », le chiffre le plus fort sur l’échelle de mesure japonaise, à « 3 et en dessous ». Les degrés 6 et 5 sont divisés en « 6+ »  et « 6- », et « 5+ » et « 5- ».

Hauteurs de tsunami maximales prévues pour un méga-séisme de la fosse de Nankai. À partir de la gauche : préfectures de Miyazaki, Ôita, Ehime, Kôchi, Tokushima, Wakayama, Mie, Aichi, Shizuoka, Kanagawa et Chiba.
Hauteurs de tsunami maximales prévues pour un méga-séisme de la fosse de Nankai. À partir de la gauche : préfectures de Miyazaki, Ôita, Ehime, Kôchi, Tokushima, Wakayama, Mie, Aichi, Shizuoka, Kanagawa et Chiba.

Une très forte probabilité dans les décennies qui viennent

Dans le passé, la fosse de Nankai a été frappée régulièrement par des séismes, séparés par des intervalles de 100 à 150 ans. Plus de 70 années se sont écoulées depuis les derniers tremblements de terre, celui de Shôwa Tônankai en 1944 et celui de Shôwa Nankai en 1946. L’imminence d’un nouveau séisme semble donc inéluctable, avec une probabilité de 70 % à 80 % qu’il se produise dans les trente prochaines années, si l’on se fie à la fréquence observée jusqu’ici.

Dans le cas de la fosse de Nankai, il faut ajouter qu’une secousse de magnitude 8 sur l’échelle de Richter pourrait déclencher une succession de répliques dans l’ensemble de la région. En 1854, le séisme d’Ansei Tôkai a été suivi, à peine 32 heures plus tard, d’une autre gigantesque secousse, et on pense que le tremblement de terre de Tônankai, survenu en 1944, était annonciateur de celui qui allait frapper Nankai en 1946. Et toutes ces catastrophes ont eu des effets dévastateurs.

L’Agence météorologique du Japon a mis en place des plans d’urgence au titre desquels, si un tremblement de terre d’une magnitude égale ou supérieure à 6,8 se produit le long de la fosse de Nankai, ou si des changements anormaux sont observés au bord de la plaque, elle publiera un communiqué spécial et mettra sur pieds une commission chargée d’évaluer la probabilité de la survenue d’un méga-séisme.

Le scénario du « demi-impact » (hanware en japonais) est également plausible : si la moitié de toute la zone potentiellement à risque est frappée par un séisme initial de magnitude 8,  les directives officielles pour les catastrophes joueraient l’extrême prudence. Par exemple, une semaine supplémentaire d’évacuation même après la levée de l’alerte au tsunami. Cela concernerait les habitants des zones du littoral et du bord des rivières, où il est à craindre qu’ils n’aient pas assez de temps pour fuir si jamais un autre tsunami faisait son apparition à cause de violentes répliques de séisme...

(D’après un original en japonais publié le 24 mai 2019 sur Prime Online par FNN. Reportage et texte de Fuji TV News)

https://www.fnn.jp/

[© Fuji News Network, Inc. All rights reserved.]

séisme catastrophe FNN