Une statue du Premier ministre japonais s’excusant devant une jeune fille coréenne envenime les tensions

International Politique

Les images d’une statue représentant le Premier ministre japonais Abe Shinzô s’agenouillant devant une sculpture à la mémoire des « femmes de réconfort » coréennes dans un parc privé de la ville de Pyeongchang, en Corée du Sud, ont provoqué une vive réaction du gouvernement nippon.

« Le protocole international est bafoué. C’est inacceptable. Si cette information est vraie, cela aura des conséquences déterminantes sur nos relations avec la Corée du Sud », a déclaré Suga Yoshihide, le Secrétaire général du Cabinet.

L’œuvre appelée « Rédemption éternelle » est prévue pour être inaugurée le 11 août prochain.

Les « femmes de réconfort » étaient des jeunes filles asiatiques, en majorité coréennes, forcées de servir comme esclaves sexuelles dans des bordels pour l’armée impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Si le gouvernement japonais a fait acte de rédemption et décidé de donner des réparations aux victimes en 2015, la Corée du Sud juge ces efforts insuffisants.

Les exactions du Japon envers la Corée lorsque celle-ci faisait partie de leurs colonies, entre 1910 et 1945, enveniment les relations bilatérales depuis longtemps. À l’affaire des « femmes de réconfort » s’ajoute aussi celle des Coréens qui ont été contraints de travailler pour des entreprises japonaises, et qui réclament actuellement des indemnisations.

(D’après la diffusion sur Prime Online du 28 juillet 2020)

https://www.fnn.jp/

[© Fuji News Network, Inc. All rights reserved.]

diplomatie Corée du Sud international guerre femmes de réconfort FNN