Le tout premier « certificat de naissance dans l’anonymat » sera émis au Japon, avec un bébé laissé pour une adoption

Société Famille

Le 4 février, l’hôpital Jikei, dans la préfecture de Kumamoto, a annoncé qu’il comptait établir le tout premier « certificat de naissance dans l’anonymat » du Japon.

En décembre dernier en effet, une femme de moins de 20 ans avait accouché tout en gardant son nom secret, qui n’est connu que d’une personne de l’établissement uniquement. Un mois plus tard, la mère a réaffirmé sa décision de ne pas garder le bébé, et souhaite qu’il soit adopté. Elle n’avait d’ailleurs pas prévenu sa propre famille de l’accouchement.

L’hôpital Jikei est connu pour son « berceau des cigognes », familièrement appelé « la boîte à bébés », un lieu où les parents qui le souhaitent peuvent venir déposer anonymement leur nouveau-né.

En décembre 2019, le directeur de l’hôpital, Hasuda Takeshi, avait annoncé la mise en place d’un programme permettant aux mères de donner naissance sous couvert d’anonymat. Ceci avec l’objectif de réduire le risque pour les mères d’accoucher seules et abandonner leur enfant, ou dans le pire des cas, qu’elles en viennent par désespoir à mettre la vie du bébé en danger. Les consultations et l’accouchement se font ainsi sous un nom d’emprunt, et tous les frais sont pris en charge par l’établissement.

Ainsi, une mère désirant accoucher dans l’anonymat ne donnera son nom qu’au chef du bureau d’assistance aux naissances de l’hôpital. Son identité sera préservée dans des documents (copie de la carte de sécurité sociale, de la carte scolaire etc.) qui resteront scellés jusqu’à ce que l’enfant atteigne 18 ou 20 ans. Ce dernier, uniquement s’il le demande, pourra accéder aux informations concernant sa mère biologique.

(Voir la vidéo sur le lien ci-après. D’après la diffusion sur Prime Online du 4 février 2022)

https://www.fnn.jp/

[© Fuji News Network, Inc. All rights reserved.]

société enfant Kumamoto naissance FNN hôpital