Farfelu et intriguant : à Tokyo, un distributeur de photos d’inconnus attire les curieux

Divertissement

Les gacha-gacha, ces distributeurs de petits objets en capsules apparus il y a plus d’un demi-siècle au Japon, ne lésinent jamais à sortir des idées toujours plus originales. La dernière en date, qui fait un tabac sur les réseaux sociaux et attire de nombreux curieux : des photos d’identité d’inconnus.

La machine en question se trouve à Tokyo, plus précisément dans le quartier de Kagurazaka, appelé « le petit quartier français » de la capitale. Les curieux sont de plus en plus nombreux à venir insérer quelques pièces de monnaie et tourner la manivelle pour que sorte aléatoirement une capsule contenant la photo d’un visage de personne japonaise.

Une personne venue acheter l'une de ces photos en capsules pour un ami, a obtenu le visage d’un homme à l’air sérieux, vêtu d’un costume et d’une cravate, tel le classique salary-man japonais.
Une personne venue acheter l’une de ces photos en capsules pour un ami a obtenu le visage d’un homme à l’air sérieux, vêtu d’un costume et d’une cravate, tel le classique salary-man japonais.

Toutes les photos d’identité sont réelles et semblables à celles utilisées pour les passeports ou dans le cadre d’une recherche d’emploi. En moins d’un mois depuis l’apparition de cette machine, plus de 1 000 capsules ont été vendues.
Toutes les photos d’identité sont réelles et semblables à celles utilisées pour les passeports ou dans le cadre d’une recherche d’emploi. En moins d’un mois depuis l’apparition de cette machine, plus de 1 000 capsules ont été vendues.

« Je trouvais ça drôle de pouvoir coller la photo d’un ojisan (homme d’âge moyen) derrière mon smartphone », déclare un acheteur. « Tant qu’il s’agit d’un ojisan, n’importe qui fera l’affaire ! », ajoute-t-il.

Un autre acheteur s’interroge sur la photo qu’il a obtenue : « C’est très curieux. Je me demande qui est cette personne... Je l’ai acheté juste pour avoir un truc intéressant à dire, mais je ne sais pas vraiment quoi en faire maintenant. Je pense que je m’amuserai à la montrer à mes collègues de travail, ou bien même bien l’exposer sur mon bureau. »

Certaines personnes achètent plus d’une capsule. L’une d’entre elles est même venue de la lointaine ville d’Osaka rien que pouvoir tourner la manivelle de ce distributeur gacha-gacha bien particulier.

C’est un dénommé Terai Hiroki qui est à l’origine de cette intriguante idée. Il nous a émis son hypothèse sur l’attrait que suscitent ces photos d’inconnus.

Terai Hiroki
Terai Hiroki

« À cause de la pandémie de Covid-19, nous sommes tous obligés de porter des masques,  nous n’avons donc plus l’occasion de voir les visages. Les photos d’identité sont sans doute l’outil le plus précis que nous ayons pour nous faire une idée du faciès des uns et des autres. On peut ensuite se prendre de curiosité et se poser différentes questions : quel est le métier pour lequel ces personnes postulent ? Quelle est leur personnalité ? Leur prénom ? C’est très amusant de s’imaginer toutes ces choses ! »

Terai Hiroki semble actuellement chercher d’autres modèles pour une possible seconde série, prévue pour fin avril.

(Voir également notre article : Le succès des « gacha-gacha » : les objets en capsules s’adaptent aux âges et aux époques)

(D’après la diffusion sur Prime Online du 6 avril 2022)

https://www.fnn.jp/

[© Fuji News Network, Inc. All rights reserved.]

photo loisir jeu FNN