Assassinat d’une étudiante japonaise à Besançon : 28 ans de prison pour son ancien petit ami chilien qui clame son innocence

Société

Le 12 avril, la cour d’assises du Doubs a condamné à 28 ans de prison le Chilien Nicolas Zepeda Contreras pour le meurtre de son ancienne petite amie japonaise Kurosaki Narumi, à Besançon en décembre 2016. Le corps de la victime, âgée de 21 ans, n’avait jamais été retrouvé.

La veille, l’avocat général avait réclamé la réclusion criminelle à perpétuité, la peine la plus lourde, mais elle n’a pas été retenue.

Zepeda avait connu Kurosaki à l’Université de Tsukuba au Japon en 2015. Elle avait rompu avec lui peu après être arrivée à Besançon à l’automne 2016 pour y apprendre le français. Par obsession et frustration, l’étudiant chilien l’aurait alors rejointe en cachette et espionnée. Il l’a finalement confrontée directement dans la nuit du 4 au 5 décembre. Il est accusé de l’avoir étranglée puis de s’être débarrassé de son corps en le jetant dans la rivière.

Zepeda est rentré au Chili juste après son acte. Les autorités françaises en avaient fait le suspect principal et avait lancé un mandat d’arrêt international. Si le gouvernement chilien s’était un temps opposé à son extradition par manque de preuves, la coopération a pu s’établir après la révélation de faits accablants. En avril 2020, la Cour suprême du Chili a ainsi accepté de l’extrader pour le soumettre à la justice française.

Le Chilien de 31 ans continue à clamer son innocence : « Je ne suis pas l’assassin de Narumi ! » On ne sait pas encore s’il y aura un procès en appel.

(Voir la vidéo sur le lien ci-après. D’après la diffusion sur Prime Online du 13 avril 2022)

https://www.fnn.jp/

[© Fuji News Network, Inc. All rights reserved.]

France justice meurtre crime FNN Chili