La culture pop nippone se mondialise

Vers l’ouverture de la toute première « section manga » dans un lycée du Japon

Manga/BD Éducation

En juillet, 130 collégiens venus de tout le pays ont afflué à la journée portes ouvertes d’un lycée de la préfecture de Kumamoto. Ce qui les attire ? Un cours pour s’essayer à devenir dessinateur de manga. Nous avons suivi de près le lancement d’une « section manga » dans un lycée public, une première au Japon.

Vers le premier cours au lycée pour dessiner des mangas

Au lycée de Takamori, dans la préfecture de Kumamoto, au sud-ouest du Japon, enseignants et lycéens s’affairent depuis le matin pour que tout soit prêt. La journée portes ouvertes de juillet va commencer, et il n’est pas exagéré de dire là que se joue l’avenir de l’établissement.

« La pression est vraiment très grande mais je serais heureuse qu’à la rentrée prochaine les élèves soient nombreux à entrer au lycée, alors on fait au mieux pour être prêts », nous dit une lycéenne de première année.

Shiraishi Emiri, en première année au lycée de Takamori
Shiraishi Emiri, en première année au lycée de Takamori

Yamanaka Keisuke, principal du lycée Takamori : « Impossible pour moi de rester dans mon bureau... Je regarde un peu comment ça se passe et j’essaye de me rendre utile… J’accueille les collégiens. De l’aménagement des lieux à la séance de présentation de l’établissement, tout est artisanal. »

Alors qu’il est difficile de maintenir les effectifs, le lycée de Takamori compte actuellement 79 élèves, en tout. En 2021, la préfecture de Kumamoto, la ville et le lycée de Takamori ont signé un accord avec la maison d’édition COAMIX, dont le deuxième siège social se trouve en ville. Ils souhaitent attirer des jeunes, qu’ils résident ou non dans la préfecture.

(gauche à droite) L'actuel chargé des questions éducatives à la préfecture de Kumamoto Koga Yôichi, le maire de Takamori Kusamura Daisei, le PDG de COAMIX Kumamoto Mochida Shûichi et le principal du lycée de Takamori Yamanaka Keisuke.
(gauche à droite) L’actuel chargé des questions éducatives à la préfecture de Kumamoto Koga Yôichi, le maire de Takamori Kusamura Daisei, le PDG de COAMIX Kumamoto Mochida Shûichi et le principal du lycée de Takamori Yamanaka Keisuke.

Les quatre parties sont à pied d’œuvre pour faire avancer le projet. La toute première « section manga » du Japon permettant au lycée de se spécialiser dans le manga verra le jour en 2023.

Kusamura Daisei, maire de Takamori : « Le manga japonais est une culture que le monde entier nous envie et dont nous pouvons être fiers. La ville apportera son plein soutien aux jeunes qui viennent avec l’ambition de devenir de véritables mangakas. »

Un rayon manga a été aménagé dans la bibliothèque de l’établissement et des illustrations de mangas populaires ornent désormais les murs des couloirs, tout concourt à créer une ambiance.

Dans les couloirs du lycée
Dans les couloirs du lycée

« Je pense que l’établissement a un problème d’effectif. Si le lycée de Takamori arrive à être connu dans le monde entier grâce à sa “section manga”, alors ça nous donnera des ailes, à nous qui sommes déjà au lycée mais aussi aux habitants de la ville », nous dit une lycéenne de deuxième année.

Cours pratique pour apprendre à dessiner les expressions du visage

Pendant les portes ouvertes, les lycéens ont à cœur de montrer combien leur établissement est attrayant. Mais pour les 130 collégiens venus de tout le pays, de Hokkaidô au nord à Okinawa au sud, le temps fort de la journée est le « cours pratique pour devenir mangaka ».

Pendant la journée portes ouvertes
Pendant la journée portes ouvertes

Mochida Shûichi, PDG de la maison d’édition COAMIX, monte alors sur l’estrade pour expliquer comment « dessiner une palette d’expressions du visage », qui sont universelles car pouvant être comprises dans le monde entier.

Le cours d’un professionnel de l’édition
Le cours d’un professionnel de l’édition

Mochida Shûichi : « Par exemple, pour dessiner les expressions de “joie”, la bouche est d’abord fermée. Après, plus le sentiment devient fort, plus la bouche s’agrandit. La clef pour dessiner des rieurs, et bien, c’est la bouche, les yeux et les sourcils. »

Apprendre à dessiner les expressions faciales
Apprendre à dessiner les expressions faciales

Dessiner les pleurs
Dessiner les pleurs

« Même quand les créateurs dessinent un visage triste à 100 % d’intensité pour faire pleurer le lecteur, celui-ci ne verra que 70 % environ de la tension expressive. Cela leur échappe. Je dis souvent : “Dessinez un visage en pleurs avec une intensité de 120-130 %.” Dans nos mangas, dans les scènes où les personnages pleurent, il y a beaucoup de larmes. Vraiment, elles coulent à flot. Dans la réalité, on n’en verse jamais autant, mais déformer les traits du visage des personnages permet de faire passer les émotions. »

Ces points essentiels à la réalisation d’un manga, seuls les professionnels de l’édition peuvent en parler. Les explications fusent. Les participants se sont ensuite essayés à dessiner des expressions du visage. Certains dessins sont si accomplis qu’il est difficile de croire qu’ils ont été faits par des collégiens...

Après les explications, le moment est venu de passer aux travaux pratiques, où les participants s’essayent à nuancer les expressions du visage.
Après les explications, le moment est venu de passer aux travaux pratiques, où les participants s’essayent à nuancer les expressions du visage.

« J’ai trouvé ça vraiment amusant. Apprendre avec un pro, je pense que ça permet de comprendre des trucs que je n’aurai jamais pu découvrir tout seul », s’est enthousiasmé un collégien venu de la ville de Kumamoto.

Un participant venu de la ville d’Oguni ajoute : M. Mochida nous a parlé des attentes des lecteurs. J’ai trouvé ça tout à fait intéressant car il faut y penser quand on dessine, qu’il s’agisse ou non de mangas.

Après les travaux pratiques, les élèves ont été conduits au deuxième siège de COAMIX qui est à cinq minutes en voiture de l’établissement. L’idée est que tout élève du lycée de Takamori puisse passer après les cours, lire des mangas et utiliser librement le matériel de dessin. Les parents étaient également impressionnés de voir un équipement numérique à la pointe du progrès.

Dans les locaux de COAMIX, les futurs lycéens ont pu voir tous les équipements numériques.
Dans les locaux de COAMIX, les futurs lycéens ont pu voir tous les équipements numériques.

L’établissement va accélérer les préparatifs, se fournir en matériel et installer des ateliers. Début des cours en avril 2023. Tout le pays a les yeux rivés sur la section manga du lycée de Takamori. Plus que huit mois avant le lancement !

(D’après la diffusion sur Prime Online du 6 septembre 2022)

https://www.fnn.jp/

[© Fuji News Network, Inc. All rights reserved.]

manga collège école lycée dessinateur jeune Kumamoto FNN