Zones d’ombre sur la disparition de Tiphaine Véron à Nikkô : son frère de retour au Japon pour poursuivre l’enquête

Société International

Quatre ans après la disparition de la Française Tiphaine Véron à Nikkô, le mystère reste entier. Que s’est-il donc passé ce 29 juillet 2018 ? La femme de 36 ans originaire de Poitiers était arrivée la veille dans cette ville touristique pour un séjour de deux nuits dans un hôtel. Le lendemain matin, sortie pour une balade en forêt, elle n’en était jamais revenue.

Alors que la police avait dès le départ privilégié la piste de l’accident malencontreux, comme une chute dans la rivière, appuyant sur le fait que Tiphaine était sujette à des crises d’épilepsies, Damien, son frère, avait toujours douté de cette version. Depuis qu’il s’était rendu plusieurs fois sur place avec sa famille pour suivre le déroulement de l’enquête et tenter de modestement mener la sienne avec les moyens du bord, la piste criminelle lui semblait de plus en plus pertinente. La police locale, elle, n’a jamais voulu envisager cette possibilité.

Ses investigations sur le terrain ont toutefois dû être stoppées, la pandémie ayant provoqué la fermeture des frontières japonaises aux visiteurs étrangers pendant deux ans et demi.

De retour au Japon après trois ans, Damien, accompagné d’une interprète, compte désormais poursuivre les recherches. Il s’est entretenu avec la police de Nikkô le 28 novembre et a déjà prévu un rendez-vous avec l’ambassadeur de France au Japon le 13 décembre.

Parmi les nombreuses zones d’ombre qui subsistent, l’heure a laquelle Tiphaine a quitté l’hôtel le 29 juillet 2018. Si le gérant de l’établissement avait déclaré l’avoir vue sortir à 10 h du matin, les données de géolocalisation de son portable indiquent qu’elle avait utilisé le wifi de l’hôtel jusqu’à 11 h 40…

« Il n’y a pas de nouveau dans l’enquête », a expliqué Damien. « Mais l’équipe de police a changé et je voulais évoquer aussi d’autres cas assez proches. Comme cette personne retrouvée démembrée dans une valise en début d’année. »

Damien et Sibylle, son autre sœur, journaliste, ont publié un livre au sujet de leur enquête, Tiphaine où es-tu ? (Éditions Robert Laffont).

Si le Japon a l’image d’un pays où voyager seul ne présente aucun danger, sa réputation a été ternie auprès de la France. Les médias des deux pays avaient d’ailleurs dit que « c’est parce que cette disparition a eu lieu au Japon, et pas ailleurs, où cela aurait peut-être été moins étonnant, que l’intérêt pour ce fait divers est particulièrement important ».

Tiphaine s’est déjà rendue au Japon en 2013, et était tombée amoureuse de tout ce qui avait attrait à l’Archipel, de la culture à la nourriture en passant par les gens. Selon son frère, de nature timide et prudente, il y a peu de risque qu’elle ait suivi un inconnu rencontrée lors de sa balade.

(Voir la vidéo sur le lien ci-après. D’après la diffusion sur Prime Online du 1er décembre 2020)

https://www.fnn.jp/

[© Fuji News Network, Inc. All rights reserved.]

France société crime FNN Tochigi