Dossier spécial Quand gourmandise rime avec plaisir
L’alcool de prune « umeshu », un délice à la conquête du monde
[23.10.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Ces dernières années, si le saké japonais a le vent en poupe sur les marchés étrangers, le umeshu, l’alcool de prune, n’est pas en reste non plus. Sucré, facile à boire et bon pour la santé, il est surtout très apprécié des femmes et des jeunes. Nippon.com est allé à la rencontre d’un producteur de la préfecture de Wakayama, qui ne ménage pas ses efforts pour faire connaître au-delà des frontières de l’Archipel les délices de cet alcool. Il nous a expliqué son processus de fabrication tout en nous confiant ses attentes pour l’avenir.

Le umeshu, particulièrement apprécié de la gente féminine

Le degré d’alcool du umeshu, résultat de la macération de prunes dans un alcool (liqueur blanche, shôchû ou eau-de-vie), varie entre 8 et 15 degrés. Il conserve un arôme fruité et juste ce qu’il faut d’acidité, lui donnant une saveur simple et légèrement sucrée particulièrement appréciée des jeunes et des femmes.

Qui dit prune ume, dit bien évidemment umeboshi, les prunes salées. Mais si ces dernières, en raison de leur saveur si particulière, ont du mal à se faire une place sur le marché étranger, les exportations de umeshu, elles, se portent bien. Selon des données de l’Agence des impôts, les exportations de liqueurs, dont le umeshu, ont pratiquement doublé entre 2011 et 2016, passant de 1,8 milliard de yens à 4,2 milliards de yens. Cette tendance à la hausse s’est poursuivie en 2017, puisque les exportations atteignaient 2,2 milliards de yens pour la seule période de janvier à juin, soit une hausse de 9,6 %, dont une part importante de umeshu. Selon une étude de l’Agence des impôts, le umeshu est particulièrement apprécié des Hongkongaises qui le préfèrent au saké en raison de sa saveur plus sucrée.

Des bouteilles de umeshu à base de prunes vertes. En vente chez Nakano BC.

« Le umeshu n’est produit qu’au Japon. Il est non seulement bon pour les papilles mais également pour la santé », explique Yamamoto Yoshiaki, chef de production chez Nakano BC, entreprise qui exporte ses umeshu vers 22 pays à l’étranger. Selon lui, le umeshu contient de l’acide citrique qui permet de récupérer des forces lorsqu’on est fatigué et améliore la circulation du sang.

Le Kishû Umeshu Kônankô, produit par Yamamoto Yoshiaki. Il a remporté le premier prix au concours Tenma Tenjin, l’un des plus prestigieux concours de umeshu.

  • [23.10.2017]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Une récente tradition japonaise : la dégustation de l'« ehômaki »Au Japon, la fête du setsubun, qui a lieu autour du 3 février de chaque année, célèbre la fin de l’hiver et le début du printemps. Ce jour-là, la tradition de lancer des haricots de soja pour faire fuir les démons est solidement ancrée dans l’Archipel depuis les temps anciens. Cependant, un autre « rituel », jadis pratiqué uniquement à Osaka, s’est répandu dans tout le Japon il y a une vingtaine d’années, celui de déguster un long et épais rouleau maki, appelé ehômaki.
  • [Vidéo] L'art du « kazari makizushi » : de délicieux rouleaux de sushi en forme de poissonÀ l’occasion des fêtes de fin d’année, nous vous proposons de réaliser des maki en forme de poisson grâce à une experte en la matière.
  • Produire le fameux « katsuobushi » en Espagne : le défi accompli d’une entreprise japonaiseDans la cuisine japonaise, impossible de se passer de bonite séchée, ou « katsuobushi ». Cet ingrédient essentiel est pourtant frappé d’une interdiction d’importation dans l'Union européenne. Mais le président d'une entreprise japonaise a réussi à contourner cet obstacle tout en se conformant à la législation du bloc européen : il a délocalisé sa production. Il possède maintenant une usine en Espagne, à partir de laquelle son katsuobushi est exporté dans vingt pays du continent.
  • Le Big data au service du vin japonaisLes vins japonais n’ont maintenant plus rien à envier à des importations bon marché vendues dans les supermarchés, les consommateurs étant de plus en plus attirés par les histoires de producteurs proches de chez eux. La viticulture est justement un domaine qui a introduit de plus en plus le système du Big data. Que permet concrètement l'utilisation de quantités colossales de données ? Reportage dans les préfectures de Yamanashi et Nagano au moment de la récolte.
  • Le buri, le poisson le plus délicieux du Japon ?Il est un poisson appelé buri, qui ne vit que dans les eaux proches du Japon. Le buri sauvage des mers froides est un mets très apprécié de la cuisine japonaise d’hiver, où sa chair se déguste aussi bien crue que cuite. Allons à la rencontre de ce spécimen en passe de devenir le « poisson national » du Japon.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone